Imassine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article est orphelin. Moins de trois articles lui sont liés (juillet 2016).

Aidez à ajouter des liens en plaçant le code [[Imassine]] dans les articles relatifs au sujet.

image illustrant le Maroc
Cet article est une ébauche concernant le Maroc.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Imassine
ⵉⵎⴰⵙⵉⵏ
إيماسين
Image illustrative de l'article Imassine
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Drâa-Tafilalet
Province Ouarzazate
Démographie
Population 2 500 hab. (est.)
Géographie
Coordonnées 31° 07′ 48″ Nord 6° 20′ 24″ Ouest / 31.13, -6.34
Altitude 1 314[1] m
Divers
Population amazigh (berbère)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Imassine
ⵉⵎⴰⵙⵉⵏ

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Imassine
ⵉⵎⴰⵙⵉⵏ

Imassine (amazigh : ⵉⵎⴰⵙⵉⵏ ; arabe : إيماسين) est un village amazigh (berbère) chleuh dans le Sud-Est du Maroc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage typique à Imassine

Situé sur le versant sud du Haut-Atlas dans la province de Ouarzazate, c’est un des villages de la tribu Aït Zekri de l'ancienne confédération des Imghrans dont les villages se situent entre le Haut-Atlas et le djebel Saghro.

Imassine est rattaché administrativement au Caïdat de Skoura et est localisé au nord-est de Ouarzazate, entre les communes de Skoura et de Kelaât-M'Gouna. Le village se trouve à près de 1 300 mètres d'altitude, en bordure d'une petite vallée traversée par l'Oued Dadès.

Population et douars[modifier | modifier le code]

Imassine compte entre 2500 et 3000 habitants répartis sur plusieurs douars. Le village ancien est composé des douars Tamesraoute, Idernine, Timirighte, Majgougue, Lbour, Ifrane, Igherm Aqdim et Aït Mhamd. Ainsi que d'autres petits villages légèrement éloignés de 2 à 4 km, faisant partie de l'ensemble d'Imassine comme Taghzoute au Nord-Est, Bouykba et Aït Gendou à l'Est et Assaka au Sud.

Environnement naturel et climat[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'oued Dadès traverse le village et permet aux populations locales d'irriguer leur jardins et champs selon les techniques traditionnelles des canaux (Seguia en arabe; Targa / ⵜⴰⵔⴳⴰ en amazigh). Ces canaux traversent le village en entier et alimentent les parcelles de jardins, chaque famille ayant ses propres parcelles. L'oued Dadès va ensuite se jeter sur le barrage El Mansour à environ 60 km, après avoir traversé plusieurs villages. La température varie de −5 °C en hiver à 38 °C en été.

Les ressources en eau y sont abondantes, hormis des cas exceptionnels de sécheresses connu entre 1998 et 1999[2] dans la région. Des puits privés sont présents dans un très grand nombre de foyers, même si une partie des douars sont raccordés en eau potable. Les douars de l'autre rive, comme Timiright ainsi que d'autres comme Bouykba, Assaka en sont dépourvu.

Les cultures maraichères sont présentes dans toute la vallée d'Imassine. La population y cultive de la luzerne pour le bétail, de l'orge, du blé, du maïs, et plusieurs arbres fruitiers tel que des amandiers, noyers, dattiers, figuiers, pêchers, grenadiers et des pieds de vignes de toutes sortes qui s'entremêlent aux arbres fruitiers. La culture de l'olivier y est de plus en plus présente ces dernières années.

Modèle d'habitat[modifier | modifier le code]

 Exemple d'une ancienne maison en pisé à Imassine.
Exemple d'une ancienne maison en pisé à Imassine.

Le pisé est le type d'habitation authentique et traditionnel à Imassine et plus largement dans la région Drâa-Tafilalet. Il est le modèle d'habitat qui reste majoritaire au village, même si de plus en plus d'habitants optent pour des constructions modernes de maisons en briques et ciment. Le pisé reste préféré car il est économique et la matière première disponible, ainsi que pour ses propriétés thermiques. Plus fraîches en été et plus chaudes en hiver qu'une maison moderne.

De nombreux igherm (casbahs fortifiées en pisé) sont encore présents mais pour la plupart en état de ruine, dont certains datant de plusieurs siècles selon des sources locales.

Pratiquement tous les foyers sont raccordés au réseau électrique avec des compteurs à carte rechargeable, les rares maisons non raccordés par manque de moyens utilisent le photovoltaïque à recharge de batteries.

Images diverses[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]