Imagawa Yoshimoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Imagawa Yoshimoto est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Imagawa, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Yoshimoto Imagawa

Imagawa Yoshimoto (今川 義元, Imagawa Yoshimoto?, 1519-) est un daimyo de la province de Suruga pendant la période Sengoku de l'histoire du Japon. Basé dans la province de Suruga[1], il est l'un des trois daimyo qui dominent la région du Tōkaidō et l'un des principaux daimyo au Japon jusqu'à sa mort en 1560.

Jeunesse et succession[modifier | modifier le code]

Yoshimoto naît en 1519, troisième fils de Imagawa Ujichika[2] du clan Imagawa qui prétend descendre de l'empereur Seiwa (850-880). {C'est une branche du clan Minamoto par le clan Ashikaga.} Comme il n'est pas le fils aîné, il ne peut hériter de la position de chef de famille directement de son père. En conséquence, le jeune garçon est envoyé dans un temple où son nom est changé en Baigaku Shōhō (梅岳承芳?) ou Sengaku Shōhō (栴岳承芳?). Des troubles apparaissent quand son frère aîné Ujiteru meurt subitement en 1536. Son demi-frère aîné, Genkō Etan (玄広恵探?), tente de s'emparer de la qualité d'héritier, mais le clan se divise en deux factions. La faction de Yoshimoto exige que puisque la mère de Yoshimoto est l'épouse de Ujichika, il soit l'héritier légitime. La faction de Genkō Etan exige que puisqu'il est plus âgé, il soit l'héritier légitime. La mère de Genkō Etan est une concubine et membre de la famille Kushima, mais ils sont vaincus et tués lors des troubles Hanagura (花倉の乱, Hanagura-no-ran?)[3]. Baigaku Shōhō change alors son nom pour celui de Yoshimoto et prend la tête du clan[3].

Campagnes[modifier | modifier le code]

Après qu'Yoshimoto a réussi à devenir chef de la famille, il épouse la sœur de Takeda Shingen de la province de Kai. Cela lui permet de cimenter une alliance avec les Takeda. Peu de temps après, Yoshimoto entre en lutte contre les Hōjō de la province de Sagami. À partir de 1542, il commence son avancée dans la province de Mikawa dans un effort pour lutter contre l'influence croissante d'Oda Nobuhide dans cette région. Dans les campagnes au cours des décennies qui suivent, Yoshimoto prend le contrôle d'une vaste zone, dont les provinces de Suruga, Totomi et Mikawa[4].

En 1552, Takeda Yoshinobu, le fils de Shingen, épouse la fille de Yoshimoto. Yoshimoto et le clan Hōjō parviennent à un accord de paix en 1554 avec le mariage d'Ujizane, fils de Yoshimoto, avec la fille de Hōjō Ujitsuna. En 1558, Yoshimoto confie les affaires politiques du clan à Ujizane, afin de se concentrer sur la question de l'avancée vers l'ouest dans la province de Mikawa.

Bataille d'Okehazama et décès[modifier | modifier le code]

Article principal : Bataille d'Okehazama.
Tombe d'Imagawa Yoshimoto à Okehazama

À l'été 1560, après la formation d'une alliance à trois avec les Takeda et les Hōjō, Yoshimoto se dirige vers la capitale avec Tokugawa Ieyasu (alors connu sous le nom de Matsudaira Motoyasu) de Mikawa dans l'avant-garde[5]. Alors que le nombre de ses troupes se monte à 25 000 hommes[5], Yoshimoto annonce crânement qu'il en dispose de 40 000. Bien que cette déclaration fassent peur dans de nombreuses factions, Oda Nobunaga de la province d'Owari ne s'y laisse pas prendre. (Certaines sources historiques donnent le nombre de 40 000[6]).

Ayant remporté de nombreuses victoires, l'armée de Yoshimoto baisse la garde et célèbre sa réussite avec des chants et du sake.

D'après Meiryō Kōhan (un recueil en 40 volumes écrit par le moine Shingon Sanada Zōyo, sur les actes et les paroles de fameux samouraïs entre les années 1596 à 1715), Yoshimoto avaient ce jour là deux sabres extrêmement prestigieux : un sabre de Matsukura-Gō qu'il avait hérité de ses ancêtres, et un second sabre signé par Samonji. Tous deux sont associés à Masamune, le plus célèbre forgeron japonais, dont ils étaient les disciples.

Une attaque surprise de l'armée d'Oda forte de 3 000 hommes[7] pendant une violente tempête laisse l'armée de Yoshimoto dans un désordre complet[8]. Deux samouraï d'Oda (Mōri Shinsuke et Hattori Koheita) s'enfoncent dans la mêlée entre les deux armées et tranchent la tête de Yoshimoto à Dengakuhazama. Malgré son désespoir, il ne fût pas surpris sans ses armes et son armure, et ne tomba pas sans résister et être blessé plusieurs fois avant de recevoir le coup de grâce.

Imagawa Ujizane accède à la position de chef de famille après la mort de Yoshimoto[9] mais le clan Imagawa perd le pouvoir. Ujizane est plus tard appelé par Tokugawa Ieyasu et devient kōke au sein de l'administration du clan Tokugawa. La nièce de Yoshimoto est dame Tsukiyama, l'épouse de Tokugawa Ieyasu.

Yoshimoto a plusieurs tombes; son corps lui-même est enterré au Daisei-ji, un temple dans la ville de Toyokawa dans l'actuelle préfecture d'Aichi.

Famille[modifier | modifier le code]


Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Il est un des personnages de Pokémon Conquest (Pokémon + Nobunaga's Ambition in Japan), avec Pokémon Pineco et Forretress pour partenaires[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zusetsu: Nihon meijōshū. (Tokyo: Gakken, 2003), p. 55.
  2. Naramoto Michael, Nihon no kassen: Monoshiri jiten. (Tokyo: Shufu-to-seikatsusha, 1992), p. 259
  3. a et b (ja) "Suruga Imagawa-shi" sur Harimaya.com (12 juillet 2008)
  4. Nihonshi yōgoshū B (Tokyo: Yamakawa shuppansha, 2000), p. 122.
  5. a et b Naramoto, p. 254.
  6. Frank Brinkley, A History of the Japanese People. (New York: Encyclopædia Britannica, Inc., 1915.), p. 784.
  7. Nihonshi yōgoshū B, p. 122.
  8. Naramoto, pp. 258-259.
  9. Naramoto, p. 259.
  10. « Yoshimoto + Pineco - Pokemon Conquest characters », Pokemon (consulté le 17 juin 2012)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]