Im Kwon-taek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant sud-coréen
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur sud-coréen.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Dans ce nom coréen, le nom de famille, Im, précède le nom personnel.
Im Kwon-taek
Hangeul 임권택
Hanja 林權澤
Romanisation révisée Im Gwontaek
McCune-Reischauer Im Kwŏnt'aek

Im Kwon-taek (임권택) est un réalisateur et scénariste de cinéma coréen né à Jangseong en Corée le . Principal représentant des films coréens de style classique, il a cent films à son actif. Il a remporté tous les prix existant en Corée du Sud. Son film La Chanteuse de pansori (서편제, Seopyeonje) a remporté à ce jour à lui seul 27 prix coréens et 3 prix internationaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il grandit à Gwangju et passe une partie de son enfance dans la rue après la guerre de Corée, puis part à Busan pour chercher du travail. Après quelques petits boulots, il se rend à Séoul en 1956 et travaille dans une usine de recyclage de bottes de l'armée américaine qui décide de se reconvertir dans l'industrie du cinéma. Im Kwon-Taek devient coursier et le réalisateur Chung Chang-hwa lui propose ensuite un poste d'assistant de production. Il gravit rapidement les échelons et travaille comme assistant réalisateur avant de devenir lui-même réalisateur.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il réalise son premier long métrage : Adieu fleuve Duman en 1962, et enchaîne ensuite plus de 50 films de série B jusqu'à la fin des années 1970 à partir desquelles il change de registre en proposant des films plus sérieux comme L'Arbre généalogique en 1979.

Il est depuis son film Mandala (1981) considéré comme l'un des plus grands réalisateurs coréens; Pierre Rissient déclare à son sujet : « En 1977, je passe par Séoul, mais je n'arrive pas à voir de film d'Im Kwon-taek. Sur place, on me dit que c'est un tâcheron, que son œuvre n'a aucun intérêt. Cinq ans plus tard, grâce à l'attaché audiovisuel français, je vois enfin Mandala, que je trouve très intéressant : le voyage physique et initiatique de deux moines bouddhistes. Un cinéaste capable d'un tel film n'a pas pu réaliser que des navets ! »[1].

Son succès international n'a fait que s'amplifier avec la Chanteuse de pansori (premier de ses films à sortir en France en 1995) suivi du Chant de la fidèle Chunhyang (2000). Sa consécration en Occident est sans aucun doute son prix de la mise en scène au Festival de Cannes pour son film Ivre de femmes et de peinture (2002).

Hommages[modifier | modifier le code]

Im Kwon-Taek (médaillé par l'UNESCO pour son œuvre) est aujourd'hui considéré comme l'ambassadeur du cinéma coréen dans le monde.

Une rétrospective de 25 films lui est consacrée au Festival des trois continents de Nantes en 2015[2] puis une autre à la Cinémathèque française durant l'hiver 2015-2016 où sont présentés 74 de ses films[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Im Kwon-taek est l'auteur de 104 films :

Récompenses[modifier | modifier le code]

Grand Bell Awards[modifier | modifier le code]

Meilleur film[modifier | modifier le code]

  • 1979 : The Hidden Hero (깃발없는 旗手, Kipparomneun gisu)
  • 1987 : Chronique du roi Yonsan (연산일기, Yeonsan ilgi)
  • 1989 : Come Come Come Upward (아제 아제 바라 아제, Aje aje bara aje)
  • 1991 : Fly High Run Far (개벽, Gaebyeok)
  • 1993 : La Chanteuse de pansori (서편제, Seopyeonje)

Meilleur réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1979 : L'Arbre généalogique (족보, Jokbo)
  • 1981 : Mandala (만다라)
  • 1986 : Le Ticket]] (티켓)
  • 1987 : Chronique du roi Yonsan (연산일기, Yeonsan ilgi)
  • 1993 : La Chanteuse de pansori (서편제, Seopyeonje)

Blue Dragon Film Awards[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Prix du Meilleur film et Prix du Meilleur réalisateur pour Ivre de femmes et de peinture.

Festival de Cannes[modifier | modifier le code]

Berlinale[modifier | modifier le code]

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rétrospective Im Kwon-taek à la Cinémathèque : bien plus qu'un John Ford coréen sur le site de Télérama, 2 décembre 2015
  2. Rétrospective Im Kwon-taek sur le site du Festival des trois continents
  3. La Corée, corps et âme sur le site de la Cinémathèque française

Liens externes[modifier | modifier le code]