Ilyas El Omari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ilyas El Omari
Illustration.
Fonctions
Président du conseil régional de
Tanger-Tétouan-Al Hoceïma
En fonction depuis le
(2 ans, 1 mois et 6 jours)
Prédécesseur poste crée
Secrétaire général du Parti authenticité et modernité

(1 an, 6 mois et 13 jours)
Prédécesseur Mustapha Bakkoury
Successeur Habib Belkouch (intérim)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bni Bouayach (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité Marocaine
Parti politique Parti Authenticité et Modernité (PAM)

Ilyas El Omari est un homme politique marocain. Il est né en 1967 à Bni Bouayach. Il est actuellement secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et ancien directeur du groupe de presse Akhir Saâ.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est originaire de Nekor [1] ou de mnoud [2] dans la région d'Al Hoceïma.

Son père, Mohamed El Omari, était durant sa vie fqih dans une mosquée de son petit village [2]

Ilyas El Omari est le frère de Fouad El Omari, ancien président du conseil communal de Tanger [3],[4],[5].

Parcours[modifier | modifier le code]

Il se marie fin des années 1980[2].

Il se lance ensuite dans l'imprimerie [2].

En 2001, El Omari, est nommé membre de l'Institut royal de la culture amazighe, dirigé par Mohamed Chafik, directeur du collège royal [2].

En 2004 il rejoint l'instance équité et reconciliation (IER)[1].

À la suite du tremblement de terre d'Al Hoceïma en 2004, il rejoint l'Association du Rif pour la solidarité et le développement [6].

Lancement du PAM[modifier | modifier le code]

Il participe à l'initiative politique Mouvement pour tous les démocrates lancée par Fouad Ali El Himma qui deviendra par la suite le Parti Authenticité et Modernité [7].

Lors des émeutes de Gdim Izik, près de Laâyoune, Ilyas El Omari est pointé du doigt par ses rivaux politiques [2].

Le député Abdelilah Benkirane s’enflamme et l'accuse d’avoir mis le feu aux poudres dans la région et provoqué les événements qui ont mené au drame. « J’étais à Laâyoune où j’ai séjourné 12 jours. Ce jour-là, et par pur hasard, j’étais chez Dimaoui, un militant connu de la ville et ancien fondateur du Polisario [1]»

Son nom est évoqué au procès des accusés de Gdim Izik[1], qui présentaient Ilyas El Omari comme « un négociateur » de l’État [2]

Président de région[modifier | modifier le code]

Aux élections communales et régionales de 2015, il se présente dans la commune rurale de NEKOR sans aucun adversaire[8].

Interrogé par les médias sur ce sujet il déclare :

  • « Je me suis présenté dans la commune de Nikor qui est oubliée par tout le monde parce que je voulais aider mon douar dans lequel il y a toute ma famille et où j’ai passé toute ma jeunesse [9]»

Il devient président de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma [10],[11] avec le soutien du RNI [12],[10] et du Mouvement populaire [10] qui se désolidarisent de leur allié gouvernemental, le PJD[11].

En décembre 2015, il annonce le lancement d'un groupe de presse composé de 6 publications . Les publications sont publiées par la société Prestigia[12]. Comme actionnaire du groupe de presse, on retrouve Ilyas El Omari mais aussi les propriétaires des groupes agro-alimentaires Koutoubia et Copralim soit Tahar Bimzagh et Abderrahim Ben Daou [12]. Le publicitaire Casablancais Karim Bennani (ex-associé de Fouad Ali El Himma et de Karim Bouzida dans Intégral Media) est également actionnaire [12].

Ilyas El Omari lance le groupe de presse lors d'une soirée dans un grand hôtel de Rabat où on retrouve plusieurs personnalités marocaines influentes dont Anas Sefrioui, des ministres (Abdessalam Saddiki, Mamoune Bouhdoud), des chefs de partis politiques (Mohammed Sajid, Mohand Laenser), des figures du PAM (Ahmed Akhchichine, Ali Belhaj) ainsi des intellectuels[13].

Secrétaire général du PAM[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, bien que n'étant pas candidat au poste de secrétaire général du parti, il est donné favori par les médias[14],[15].

Lors du congrès du PAM de Bouznika, il est sans adversaire et est élu par plébiscite comme nouveau Secrétaire Général du parti [16],[17].

Pour le journaliste marocain Aziz Boucetta :

  • "Il le mérite, car il en a les compétences et il a longtemps travaillé d’arrache-pied pour le devenir. Mais il part et démarre avec une tare, qui est sa candidature unique. D’autres  compétences existent au sein du PAM, mais si personne n’a souhaité, ou osé, se présenter contre el Omari, cela montre le niveau de démocratie qui y règne [18]"

Le lundi 7 aout 2017, il démissionne de son poste de SG du PAM.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Fahd Iraqi, « Maroc : le fabuleux destin d’Ilyas El Omari », sur Jeune Afrique,
  2. a, b, c, d, e, f et g « Portrait-Enquête: Le mystérieux Ilyas El Omari », sur Telquel.ma,
  3. « Maroc : qui sont les grands gagnants et les grands perdants des régionales et des communales ? », sur Jeune Afrique,
  4. « A Tanger, Fouad el Omari (PAM) cèdera son fauteuil de maire à Bachir Abdellaoui (PJD) », sur Panora Post,
  5. « AFRICITÉS - LA DIPLOMATIE PARALLÈLE S’ACTIVE À JOHANNESBURG DNES, YOUNESS SAAD ALAMI », sur l'Economiste,
  6. « Qui est Hakim Benchamach, nouveau président de la Chambre des conseillers? », sur Telquel,
  7. « "L'ami du roi" Mohammed VI et son parti », sur l'Express.fr,
  8. « Communales: Ilyass El Omari déjà élu dans son village », sur Le360.ma, (consulté le 15 octobre 2015) — Cette source parle de la commune de Nagour, mais dans la province d'Al Hoceïma, il ne peut s'agir, a priori, que de celle de Nekkour (forme officielle en français).
  9. « A la loupe : les « vérités » d’Ilyas El Omari », sur Telquel.ma,
  10. a, b et c « Ilyas El Omari élu président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma », sur La Nouvelle Tribune Maroc
  11. a et b « Le PAM remporte 5 présidences de régions sur 12 », sur medias24.com,
  12. a, b, c et d « Maroc : Ilyas El Omari, n° 2 du PAM, lance un groupe de presse avec 6 titres », sur Jeune Afrique
  13. « Une cérémonie tres courue pour le lancement du groupe Akhir Saa », sur Medias24.com,
  14. « PAM : Ilyas El Omari grand favori », sur Medias24.com,
  15. « Ilyass El Omari sur toutes les lèvres au lancement du Congrès du PAM », sur Telquel.ma,
  16. « Ilyas el omari plebiscité secretaire general du PAM », sur Medias24.com,
  17. « Maroc: Qui est Ilyas El Omari, le nouveau patron du PAM », sur Huffington Post Maghreb,
  18. « Remarques sur l’élection d’Ilyas el Omari à la tête du PAM, par Aziz Boucetta », sur Panora Post, nil

Liens internes[modifier | modifier le code]