Ilminisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Syngman Rhee, Président de la République de Corée de 1948 à 1960, est le premier défenseur et le principal bénéficiaire politique du Principe d'un-seul-peuple.

L'Ilminisme (hangeul : 일민주의 ; RR : Ilminjuui ; fréquemment traduit par Principe d'un-seul-peuple) est l'idéologie politique de la Corée du Sud durant l'administration de son premier président, Syngman Rhee. Le principe du Ilmin est comparé par des universitaires contemporains à l'idée nazie de Herrenvolk (race supérieure), et fait partie d'une initiative pour former un peuple uni et obéissant autour du gouvernement central fort de Rhee avec des appels au nationalisme et à la suprématie ethnique.

Le concept du Principe d'un-seul-peuple est développé tout d'abord par le ministre de l'Éducation An Ho-sang, qui avait étudié la philosophie à l'université d'Iéna en Allemagne à la fin des années 1920.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le principe d'« un seul peuple » est rapproché de l'idéologie allemande de Herrenvolk (race supérieure), constituant un effort pour construire une base de citoyens loyaux et obéissants à travers l'homogénéité ethnique et les appels éhontés au nationalisme[1]. L'idée d'une adaptation coréenne de cette idée germanique émerge des travaux de philosophie de An Ho-sang, le ministre de l'Éducation dans l’administration de Syngman Rhee[1],[2].

Le principe du Ilmin devient l'idéologie centrale de la « Société nationale » de Rhee et de son successeur le Parti libéral, établi en 1951[1].

Le principe d'« un seul peuple » est basé sur un programme politique en quatre points, incluant l'élimination de la discrimination officielle entre la noblesse et les masses, l'égalisation économique des riches et des pauvres par la réforme agraire, l'égalité sociale et politique des sexes et la fin de la discrimination entre le Nord et le Sud ou entre la capitale urbaine et les provinces rurales[1]. La fin du multipartisme est énoncé, en faveur d'un peuple uni derrière un État à parti de facto unique[1].

Les fondements théoriques égalitaires du Principe d'un-seul-peuple, annonçant une société sans classes de l'égalité des sexes sous une administration centrale forte, se sont avérés être utopiques, Rhee émergeant dans la pratique en tant que le chef d'une dynastie semi-fasciste sur le modèle japonais, avec Rhee dans le rôle de l'empereur[1].

L'Ilminisme a cependant été efficace pour créer un fort nationalisme anticommuniste opposé aux appels du Front démocratique pour la réunification de la patrie, dirigé par Kim Il Sung et le Parti du travail de Corée communiste[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Su-kyoung Hwang, Korea's Grievous War. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2016; pg. 93.
  2. Vladimir Tikhonov and Pak Noja, "Social Darwinism as History and Reality: 'Competition' and 'The Weak' in Early Twentieth-Century Korea," Critical Asian Studies, vol. 48, no. 3 (2016).
  3. Hwang, Korea's Grievous War, pg. 94.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ko) Lim Jong-myoung, « ko:一民主義와 대한민국의 근대민족국가화 », Journal of Studies on the Korean National Movement, vol. 44,‎ (lire en ligne)