Aller au contenu

Illusion de maîtrise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'illusion de maîtrise (angl. : illusion of control) se réfère à la tendance des individus à surestimer leur capacité à maîtriser les événements de leur vie. Elle survient lorsque quelqu'un a l'impression de dominer une situation sur laquelle il n'a en réalité aucun pouvoir[1]. Ce phénomène a été identifié par la psychologue américaine Ellen Langer et a été observé dans de nombreux contextes différents[2]. On pense que cette illusion influence les comportements face aux jeux d'argent ainsi que la croyance en des phénomènes paranormaux[3]. L'illusion de maîtrise est l'une des illusions positives, en plus de l'illusion de supériorité et du biais d'optimisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Les théoriciens de la psychologie ont depuis longtemps souligné l'importance de la perception de maîtrise des individus sur les événements de leur vie. Alfred Adler a soutenu que les individus s'efforcent de devenir maîtres de leur vie. Fritz Heider a ensuite avancé que l'être humain est animé du puissant désir de gérer son environnement, et Wyatt Mann a émis l'hypothèse d'un désir fondamental de développer des compétences que les gens satisfont en s'efforçant d'agir sur leur vie et sur leur environnement. Bernard Wiener, théoricien de l'attribution, a modifié sa théorie originale de la motivation de la réussite pour inclure une dimension de maîtrise. Harold Kelley a alors soutenu que l'incapacité des personnes à détecter les situations sans relation causale peut les amener à s'attribuer des résultats indépendants de leur action. Plus récemment, Taylor et Brown ont soutenu que les illusions positives, y compris l'illusion de maîtrise, favorisent la santé mentale[4].

Manifestation de l’illusion[modifier | modifier le code]

L'illusion de maîtrise peut se manifester lorsque l'on n'est pas en mesure de percevoir directement sa propre introspection pour déterminer si l'on est réellement aux commandes des événements. On qualifie cela d'illusion d'introspection. Au lieu de cela, on évalue son degré de maîtrise au moyen d'un processus peu fiable. Par conséquent, on pourrait se croire responsable d'événements, même lorsque le lien de causalité est faible ou inexistant.

Dans le cadre d'une étude, des étudiants ont été placés dans un environnement de réalité virtuelle pour traiter leur acrophobie à l'aide d'un ascenseur. Ceux à qui on a dit qu'ils étaient aux commandes, alors qu'en réalité ils n'y étaient pas, ont ressenti le même degré de maîtrise que ceux qui pilotaient l'ascenseur. En revanche, ceux à qui on a fait croire qu'ils ne dirigeaient rien ont déclaré avoir l'impression de ne pas vraiment avoir agi[5].

L'illusion de maîtrise est plus fréquente dans des situations familières, lorsque l'on connaît le résultat souhaité. Les rétroactions qui mettent l'accent sur le succès plutôt que l'échec peuvent intensifier l'effet, tandis que les rétroactions qui mettent l'accent sur l'échec atténuent ou inversent l'effet. L'illusion est moins prononcée chez les individus dépressifs et elle se renforce lorsque l'on ressent un besoin émotionnel de maîtriser le résultat[6]. Les situations stressantes et compétitives, y compris les opérations financières, amplifient cette illusion. Bien que l'on ait tendance à surestimer notre capacité de maîtrise dans des situations fortement déterminées par le hasard, on a également tendance à la sous-estimer lorsque l'on est réellement aux commandes, ce qui va à l'encontre de certaines théories sur l'illusion et son adaptabilité[7].

L'illusion de maîtrise est plus prononcée lorsque l'on a la possibilité de s'habituer à une tâche grâce à des essais pratiques, de prendre sa décision avant que l'événement ne se produise (comme lorsqu'on lance des dés) et d'avoir la liberté de faire ses propres choix plutôt que de les voir imposés, avec des chances égales. On a tendance à être plus enclin à ressentir un sentiment de maîtrise lorsque nos réponses sont majoritairement correctes au début plutôt qu'à la fin, même si le nombre total de réponses correctes est le même.

Par procuration[modifier | modifier le code]

Il arrive parfois que l'on tente de prendre les chose en main en transférant sa propre responsabilité à des personnes plus capables ou plus « chanceuses », pour qu'elles agissent à notre place. On perçoit alors le renoncement à sa maîtrise directe comme un moyen valable de maximiser ses propres résultats. Cette illusion de maîtrise par procuration est une extension théorique majeure du modèle traditionnel de l'illusion de maîtrise. Bien sûr, on abandonnera sa maîtrise si l'on pense qu'une autre personne possède plus de connaissances ou de compétences, notamment dans des domaines tels que la médecine qui supposent des compétences et des connaissances réelles. Dans de tels cas, il est tout à fait rationnel de déléguer des responsabilités à des professionnels tels que les médecins. Cependant, lorsqu'il s'agit d'événements de pur hasard, permettre à une autre personne de prendre des décisions (ou de parier) en son nom, simplement parce qu'elle est considérée comme plus chanceuse, n'est pas rationnel et va à l'encontre du désir bien documenté des individus de maîtriser les situations qui leur échappent. Cependant, cela semble plausible, puisque l'on croit généralement qu'il est possible d'avoir de la chance et de l'utiliser à son propre avantage dans les jeux de hasard. Il n'est pas étonnant que des tiers soient également perçus comme chanceux et capables de maîtriser l'aléatoire.

Dans un cas, un groupe de joueurs de loterie dans une entreprise décide qui choisit les numéros et achète les billets en fonction des gains et des pertes de chaque membre. Le membre ayant le meilleur résultat devient le représentant jusqu'à ce qu'il accumule un certain nombre de pertes, puis un nouveau représentant est choisi en fonction des victoires et des défaites. Même si aucun membre n'est réellement meilleur que les autres et que tout dépend du hasard, ils préfèrent toujours qu'une personne apparemment plus chanceuse qu'eux prenne la situation en main[8].

Dans un autre exemple concret, lors des finales de hockey masculin et féminin des Jeux olympiques de 2002, l'équipe du Canada a battu l'équipe des États-Unis. Avant le match, une pièce de monnaie canadienne avait été secrètement placée sous la glace. Les joueurs et les responsables croyaient que cela portait chance. Les membres de l'équipe du Canada étaient les seules personnes à savoir que la pièce avait été placée là. La pièce a ensuite été exposée au Temple de la renommée du hockey où il était possible de la toucher. Des gens croyaient que cette pièce avait le pouvoir de leur transférer sa chance[9].

Démonstration[modifier | modifier le code]

L'illusion du maîtrise est démontrée par trois lignes de données convergentes : 1) des expériences en laboratoire, 2) des comportements observés dans des jeux de hasard familiers tels que les loteries, et 3) des autoévaluations de comportements réels[10].

Expériences en laboratoire[modifier | modifier le code]

Un type de démonstration en laboratoire implique deux lumières marquées "Score" et "No Score". Les sujets doivent essayer de maîtriser celui qui s'allume. Dans une version de cette expérience, les sujets pouvaient appuyer sur l'un des deux boutons[11]. Une autre version comportait un bouton, sur lequel les sujets décidaient à chaque essai d’appuyer ou non[12]. Les sujets avaient un degré de maîtrise variable sur les lumières, voire pas du tout, selon la manière dont les boutons étaient connectés. Les expérimentateurs ont précisé qu'il pouvait ne pas y avoir de relation entre les actions des sujets et les lumières[12]. Les sujets ont estimé combien de maîtrise ils avaient sur les lumières. Ces estimations n’avaient aucune relation avec la quantité de maîtrise qu’elles avaient réellement, mais étaient liées à la fréquence d’éclairage du voyant «Score». Même si leurs choix ne faisaient aucune différence, les sujets ont déclaré en toute confiance exercer une certaine maîtrise sur les phares[12].

Comportements dans des jeux de hasard[modifier | modifier le code]

Les recherches d'Ellen Langer ont montré que les personnes étaient plus susceptibles de se comporter comme si elles pouvaient exercer une maîtrise dans une situation imprévue où des «indices de compétences» étaient présents[13],[14]. Par indices de compétence, Langer signifiait des propriétés de la situation plus normalement associées à l'exercice de la compétence, en particulier l'exercice du choix, la compétition, la familiarité avec le stimulus et l'implication dans les décisions. Une forme simple de cet effet se trouve dans les casinos : quand on lance des dés dans un jeu de craps, les gens ont tendance à lancer plus fort quand ils ont besoin de chiffres élevés et plus doux pour des nombres faibles[15].

Dans une autre expérience, les sujets devaient prédire l'issue de trente lancers de pièces. Les réactions ont été truquées de sorte que chaque sujet a eu raison exactement la moitié du temps, mais les groupes ont différé en ce qui concerne leurs "hits". Certains ont été informés que leurs premières suppositions étaient exactes. D'autres ont été informés que leurs succès étaient répartis de manière égale dans les trente essais. Ils ont ensuite été interrogés sur leurs performances. Les sujets avec des "hits" précoces surestimaient leurs succès totaux et attendaient beaucoup de leurs performances lors de futurs jeux de devinettes. Ce résultat ressemble à l'effet de primauté irrationnelle dans lequel les personnes accordent plus de poids aux informations qui surviennent plus tôt dans une série. Quarante pour cent des sujets pensaient que leur performance dans cette tâche de chance s'améliorerait avec la pratique et vingt-cinq pour cent ont déclaré que la distraction nuirait à leurs performances.

Une autre des expériences de Langer, reproduite par d'autres chercheurs, implique une loterie. Les sujets reçoivent des tickets au hasard ou sont autorisés à choisir les leurs. Ils peuvent ensuite échanger leurs billets pour d'autres avec une plus grande chance qu'ils soient gagnants. Les sujets qui avaient choisi leur propre billet étaient plus réticents à s'en séparer. Les billets portant des symboles familiers étaient moins susceptibles d'être échangés que d'autres avec des symboles inconnus. Bien que ces loteries aient été aléatoires, les sujets se sont comportés comme si leur choix de billet avait un impact sur le résultat[16]. Les participants qui choisissaient leur propre numéro étaient moins susceptibles d'échanger leur billet même pour un autre billet qui leur donnerait davantage de chances de gagner.

Autoévaluations de comportement réel[modifier | modifier le code]

Une autre façon d'étudier les perceptions de la maîtrise consiste à interroger les gens sur des situations hypothétiques, par exemple sur leur probabilité d'être impliqués dans un accident de la route. En moyenne, les conducteurs considèrent que les accidents sont beaucoup moins probables dans les situations de «maîtrise élevée», par exemple lorsqu'ils conduisent, que dans les situations «à faible maîtrise», par exemple lorsqu'ils se trouvent sur le siège passager. Ils évaluent également un accident avec un niveau de maîtrise élevé, tel que la conduite dans la voiture à l’avant, beaucoup moins probable qu’un accident avec peu de maîtrise, par exemple en étant heurté par derrière par un autre conducteur[17].

Explications[modifier | modifier le code]

Ellen Langer, qui a d’abord démontré l’illusion de maîtrise, a expliqué ses conclusions en termes de confusion entre compétences et situations de chance. Elle a proposé que les jugements de maîtrise reposent sur des "indices de compétences". Ce sont des caractéristiques d'une situation qui sont généralement associées à des jeux d'adresse, tels que la compétitivité, la familiarité et le choix individuel. Lorsque plus de ces indices de compétence sont présents, l'illusion est plus forte[18],[19].

Suzanne Thompson et ses collègues ont fait valoir que l'explication de Langer était insuffisante pour expliquer toutes les variations de l'effet. En guise d'alternative, ils ont proposé que les jugements sur la maîtrise sont basés sur une procédure qu'ils ont appelée "l'heuristique de maîtrise"[20]. Cette théorie propose que les jugements de maîtrise dépendent de deux conditions ; l'intention de créer le résultat et une relation entre l'action et le résultat. Dans les jeux de hasard, ces deux conditions vont souvent de pair. En plus d'une intention de gagner, il y a une action, comme lancer un dé ou tirer un levier sur une machine à sous, qui est immédiatement suivie d'un résultat. Même si le résultat est sélectionné aléatoirement, l'heuristique de maîtrise permet au joueur de maîtriser le résultat.

La théorie de l'autorégulation offre une autre explication. Dans la mesure où les individus sont motivés par des objectifs internes liés à l’exercice du contrôle de leur environnement, ils chercheront à réaffirmer leur maîtrise dans des conditions de chaos, d’incertitude ou de stress. Une façon de faire face à un manque de maîtrise réel consiste à attribuer faussement la maîtrise de la situation.

Le trait de base des autoévaluations (CSE) est un trait de personnalité stable composé de l'internalité, du neuroticisme, de l'efficacité personnelle et de l'estime de soi[21]. Bien que les autoévaluations de base soient susceptibles de croire qu'elles maîtrisent leur propre environnement (c.-à-d. lieu de maîtrise interne)[22], des niveaux très élevés de CSE peuvent mener à une illusion de maîtrise.

Avantages et coûts pour l'individu[modifier | modifier le code]

Taylor et Brown ont soutenu que les illusions positives, y compris l’illusion de maîtrise, sont adaptatives car elles incitent les gens à persister dans des tâches où ils pourraient autrement abandonner[23]. Cette position est étayée par l'affirmation d'Albert Bandura selon laquelle «des autoévaluations optimistes de la capacité, qui ne sont pas indûment disparates de ce qui est possible, peuvent être avantageuses, alors que les jugements véridiques peuvent être autolimitatifs»[24]. Son argument concerne essentiellement l'effet adaptatif des croyances optimistes sur la maîtrise et la performance dans des circonstances où la maîtrise est possible, plutôt que sur la maîtrise perçue dans des circonstances où les résultats ne dépendent pas du comportement de l'individu.

Bandura a également suggéré que : « Dans les activités où les marges d'erreur sont étroites et où les erreurs peuvent entraîner des conséquences coûteuses ou préjudiciables, le mieux-être personnel est une évaluation très précise de l'efficacité[25]. » Taylor et Brown soutiennent que les illusions positives sont adaptatives, car il est prouvé qu'elles sont plus fréquentes chez les individus normalement en bonne santé mentale que chez les individus déprimés. Cependant, Pacini, Muir et Epstein ont montré que cela peut être dû au fait que les personnes déprimées compensent une tendance au traitement intuitif inadapté en exerçant une maîtrise rationnelle excessive dans des situations insignifiantes et notent que la différence avec les personnes non déprimées disparaît dans des circonstances plus importantes[26].

Il existe également des preuves empiriques selon lesquelles une autoefficacité élevée peut être inadaptée dans certaines circonstances. Dans une étude basée sur des scénarios, Whyte et al. ont montré que les participants chez qui ils avaient provoqué une autoefficacité élevée étaient significativement plus susceptibles de connaître une escalade d'engagement en faveur d'un plan d'action défaillant[27]. Knee et Zuckerman ont contesté la définition de la santé mentale utilisée par Taylor et Brown et affirment que le manque d'illusions est associé à une personnalité non défensive orientée vers la croissance et l'apprentissage et à une faible implication du moi dans les résultats[28]. Ils présentent des preuves que les individus autodéterminés sont moins sujets à ces illusions. À la fin des années 1970, Abramson et Alloy ont démontré que les individus déprimés avaient une vision plus précise que leurs homologues non déprimés dans un test qui mesurait l’illusion de maîtrise[29]. Cette constatation est restée vraie même lorsque la dépression a été manipulée expérimentalement. Cependant, lors de la reproduction des résultats, Msetfi et al. (2005, 2007) ont constaté que la surestimation de la maîtrise chez les personnes non déprimées n'apparaissait que lorsque l'intervalle était suffisamment long, ce qui impliquait que cela était dû au fait qu'ils prennent en compte plus d'aspects d'une situation que leurs homologues déprimés[30],[31]. Aussi, Dykman et al. (1989) ont montré que les personnes déprimées pensent ne pas avoir de maîtrise dans les situations où elles en ont, de sorte que leur perception n'est pas plus précise dans son ensemble[32]. Allan et al. (2007) ont suggéré que le biais pessimiste des dépressifs entraînait un «réalisme dépressif» lorsqu'on leur posait des questions sur l'estimation de la maîtrise, parce que les personnes dépressives sont plus susceptibles de dire non, même si elles ont la maîtrise[33].

Un certain nombre d'études ont trouvé un lien entre le sentiment de maîtrise et la santé, en particulier chez les personnes âgées[34].

Fenton-O'Creevy et coll. soutiennent, comme le font Gollwittzer et Kinney[35], que si les croyances illusoires sur la maîtrise peuvent favoriser la poursuite d'objectifs, elles ne sont pas propices à une prise de décision judicieuse. Les illusions de maîtrise peuvent entraîner une insensibilité à la rétroaction, entraver l'apprentissage et prédisposer à une prise de risque plus objective (le risque subjectif étant réduit par une illusion de maîtrise).

Applications[modifier | modifier le code]

Le psychologue Daniel Wegner soutient qu'une illusion de maîtrise sur des événements externes est à la base de la croyance en la psychokinésie, une capacité supposée paranormale à déplacer les objets directement en utilisant le mental[36]. Pour preuve, Wegner cite une série d'expériences sur la pensée magique dans lesquelles les sujets ont été amenés à penser qu'ils avaient influencé des événements externes. Dans une expérience, les sujets ont vu un joueur de basket-ball prendre une série de lancers francs. Lorsqu'ils ont reçu l'ordre de le visualiser en train de faire ses tirs, ils ont estimé qu'ils avaient contribué à son succès[37].

Une étude a examiné les traders travaillant dans les banques d'investissement de la ville de Londres. Ils ont chacun regardé un graphique tracé sur un écran d'ordinateur, semblable à un graphique en temps réel d'un cours ou d'un indice boursier. À l'aide de trois touches d'ordinateur, elles devaient augmenter la valeur aussi haut que possible. Ils ont été avertis que la valeur montrait des variations aléatoires, mais que les touches pouvaient avoir un effet. En fait, les fluctuations n'ont pas été affectées par les touches. Les cotes des traders quant à leur succès mesuraient leur susceptibilité à cette illusion de maîtrise. Ce score a ensuite été comparé à la performance de chaque trader. Ceux qui étaient plus enclins à l'illusion ont obtenu des résultats nettement inférieurs en matière d'analyse, de gestion des risques et de contribution aux bénéfices. Ils ont également gagné beaucoup moins[38],[39],[40].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thompson 1999, p. 187,124
  2. Plous 1993, p. 171
  3. Vyse 1997, p. 129–130
  4. Paul K. Presson et Victor A. Benassi, « Illusion of control: A meta-analytic review », Journal of Social Behavior & Personality, vol. 11, no 3,‎ (lire en ligne)
  5. Christin Hobbs, Kreiner, Honeycutt et Hinds, Brockman, « The Illusion of Control in a Virtual Reality Setting », North American Journal of Psychology, vol. 12, no 3,‎ (lire en ligne)
  6. Thompson 1999, p. 187
  7. Francesca Gino, Zachariah Sharek et Don A. Moore, « Keeping the illusion of control under control: Ceilings, floors, and imperfect calibration », Organizational Behavior and Human Decision Processes, vol. 114, no 2,‎ , p. 104–114 (DOI 10.1016/j.obhdp.2010.10.002)
  8. Michael E. Enzle et Michael J. A. Wohl, « Illusion of control by proxy: Placing one's fate in the hands of another », British Journal of Social Psychology, vol. 48, no 1,‎ , p. 183–200 (DOI 10.1348/014466607x258696)
  9. « Europe, the LIHG, and Olympic Hockey: », dans Hockey, University of Illinois Press (lire en ligne), p. 273–294
  10. Thompson 2004, p. 116
  11. Herbert M. Jenkins et William C. Ward, « Judgment of contingency between responses and outcomes », Psychological Monographs: General and Applied, vol. 79, no 1,‎ , p. 1–17 (PMID 14300511, DOI 10.1037/h0093874)
  12. a b et c L.G. Allan et H.M. Jenkins, « The judgment of contingency and the nature of the response alternatives », Canadian Journal of Psychology, vol. 34,‎ , p. 1–11 (DOI 10.1037/h0081013)
  13. Ellen J. Langer, « The Illusion of Control », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 32, no 2,‎ , p. 311–328 (DOI 10.1037/0022-3514.32.2.311)
  14. Ellen J. Langer et Jane Roth, « Heads I win, tails it's chance: The illusion of control as a function of the sequence of outcomes in a purely chance task », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 32, no 6,‎ , p. 951–955 (DOI 10.1037/0022-3514.32.6.951)
  15. J. M. Henslin, « Craps and magic », American Journal of Sociology, vol. 73, no 3,‎ , p. 316–330 (DOI 10.1086/224479)
  16. Thompson 2004, p. 115
  17. F. P. McKenna, « It won't happen to me: Unrealistic optimism or illusion of control? », British Journal of Psychology, British Psychological Society, vol. 84, no 1,‎ , p. 39–50 (DOI 10.1111/j.2044-8295.1993.tb02461.x)
  18. Thompson 1999, p. 188
  19. Thompson 2004, p. 122
  20. Suzanne C. Thompson, Wade Armstrong et Craig Thomas, « Illusions of Control, Underestimations, and Accuracy: A Control Heuristic Explanation », Psychological Bulletin, American Psychological Association, vol. 123, no 2,‎ , p. 143–161 (PMID 9522682, DOI 10.1037/0033-2909.123.2.143)
  21. Timothy A. Judge, Edwin A. Locke et Cathy C. Durham, Research in Organizational Behavior, vol. 19, , 151–188 p. (ISBN 978-0-7623-0179-9), « The dispositional causes of job satisfaction: A core evaluations approach »
  22. Timothy A. Judge et John D. Kammeyer-Mueller, « Implications of core self-evaluations for a changing organizational context », Human Resource Management Review, vol. 21, no 4,‎ , p. 331–341 (DOI 10.1016/j.hrmr.2010.10.003, lire en ligne)
  23. Shelley E. Taylor et Jonathon D. Brown, « Illusion and well-being: A social psychological perspective on mental health. », Psychological Bulletin, vol. 103, no 2,‎ , p. 193–210 (PMID 3283814, DOI 10.1037/0033-2909.103.2.193, lire en ligne [archive du ])
  24. A. Bandura, « Human Agency in Social Cognitive Theory », American Psychologist, vol. 44, no 9,‎ , p. 1175–1184 (PMID 2782727, DOI 10.1037/0003-066x.44.9.1175)
  25. Bandura, A. (1997). Self-efficacy: The exercise of control. New York: W.H. Freeman and Company.
  26. Rosemary Pacini, Francisco Muir et Seymour Epstein, « Depressive realism from the perspective of cognitive-experiential self-theory », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 74, no 4,‎ , p. 1056–1068 (PMID 9569659, DOI 10.1037/0022-3514.74.4.1056)
  27. Glen Whyte, Alan M. Saks et Sterling Hook, « When success breeds failure: the role of self-efficacy in escalating commitment to a losing course of action », Journal of Organizational Behavior, vol. 18, no 5,‎ , p. 415–432 (DOI 10.1002/(SICI)1099-1379(199709)18:5<415::AID-JOB813>3.0.CO;2-G)
  28. C.Raymond Knee et Miron Zuckerman, « A Nondefensive Personality: Autonomy and Control as Moderators of Defensive Coping and Self-Handicapping », Journal of Research in Personality, vol. 32, no 2,‎ , p. 115–130 (DOI 10.1006/jrpe.1997.2207, lire en ligne)
  29. Lyn Y. Abramson et Lauren B. Alloy, Advances in Environmental Psychology : Volume 2 : Applications of Personal Control, Psychology Press, , 111–130 p. (ISBN 978-0-89859-018-0, lire en ligne), « The judgment of contingency: Errors and their implications. »
  30. « Depressive realism and the effect of intertrial interval on judgements of zero, positive, and negative contingencies », The Quarterly Journal of Experimental Psychology, vol. 60, no 3,‎ , p. 461–481 (PMID 17366312, DOI 10.1080/17470210601002595)
  31. « Depressive realism and outcome density bias in contingency judgments: the effect of the context and intertrial interval », Journal of Experimental Psychology. General, vol. 134, no 1,‎ , p. 10–22 (PMID 15702960, DOI 10.1037/0096-3445.134.1.10, lire en ligne [archive du ] [PDF])
  32. Dykman, B.M., Abramson, L.Y., Alloy, L.B., Hartlage, S., « Processing of ambiguous and unambiguous feedback by depressed and nondepressed college students: Schematic biases and their implications for depressive realism », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 56, no 3,‎ , p. 431–445 (PMID 2926638, DOI 10.1037/0022-3514.56.3.431)
  33. « The sad truth about depressive realism », The Quarterly Journal of Experimental Psychology, vol. 60, no 3,‎ , p. 482–495 (PMID 17366313, DOI 10.1080/17470210601002686, lire en ligne [PDF])
  34. Plous 1993, p. 172
  35. P.M. Gollwitzer et R.F. Kinney, « Effects of Deliberative and Implemental Mind-Sets On Illusion of Control », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 56, no 4,‎ , p. 531–542 (DOI 10.1037/0022-3514.56.4.531)
  36. Daniel M. Wegner, Are we free? : psychology and free will, New York, Oxford University Press, , 356 p. (ISBN 978-0-19-518963-6, lire en ligne), « Self is Magic »
  37. Emily Pronin, Daniel M. Wegner, Kimberly McCarthy et Sylvia Rodriguez, « Everyday magical powers: The role of apparent mental causation in the overestimation of personal influence. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 91, no 2,‎ , p. 218–231 (PMID 16881760, DOI 10.1037/0022-3514.91.2.218, lire en ligne [archive du ])
  38. Mark Fenton-O'Creevy, Nigel Nicholson, Emma Soane et Paul Willman, « Trading on illusions: Unrealistic perceptions of control and trading performance », Journal of Occupational and Organizational Psychology, vol. 76, no 1,‎ , p. 53–68 (DOI 10.1348/096317903321208880)
  39. Hardman 2009, p. 101–103
  40. Fenton-O'Creevy, M., Nicholson, N. and Soane, E., Willman, P. (2005) Traders - Risks, Decisions, and Management in Financial Markets (ISBN 0-19-926948-3)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nathanael J. Fast, Deborah H Gruenfeld, Niro Sivanathan et Adam D. Galinsky, « Illusory Control: A Generative Force Behind Power's Far-Reaching Effects », Psychological Science, vol. 20, no 4,‎ , p. 502–508 (PMID 19309464, DOI 10.1111/j.1467-9280.2009.02311.x)