Île-aux-Moines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ile aux Moines)

Île-aux-Moines
Île-aux-Moines
Le port.
Blason de Île-aux-Moines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Le Bérigot
2020-2026
Code postal 56780
Code commune 56087
Démographie
Gentilé Îlois, Îloises
Population
municipale
613 hab. (2018 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013)
Densité 192 hab./km2
Population
agglomération
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 51″ nord, 2° 50′ 36″ ouest
Altitude Min. −1 m
Max. 31 m
Superficie 3,20 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vannes-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Île-aux-Moines
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Île-aux-Moines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Île-aux-Moines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Île-aux-Moines
Liens
Site web http://www.mairie-ileauxmoines.fr/

L'Île-aux-Moines [ilomwan] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Elle est constituée de l'île aux Moines, la plus grande île du golfe du Morbihan, de l'île de Creïzic, de l'île d'Holavre, et des deux îles de Brouël.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Enizenac'h, plus communément Izenah[1].

Elle fut appelée successivement Crialeis (« croix courte ») en 856 dans le cartulaire de Redon sous la forme « Crialeis, id est enes-manac ad faba », puis Enez manac'h (graphie du XIe siècle: Enest Manach), qui donna la contraction du breton actuel en Enizenac'h. « Île-aux-Moines » n'est que la traduction imprécise du toponyme breton qui ne parle que d'un moine (il est possible que l'île ait été le refuge d'un moine ermite) alors que la francisation en voit plusieurs[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de l'Île-aux-Moines.

L'Île-aux-Moines est située dans le golfe du Morbihan. Elle mesure 7 km de long sur 3,5 km de large pour une superficie de 310 ha. Sa forme est celle d'une croix irrégulière et aucun point de l'île n'est situé à plus de 450 m de la mer.

Les quatre bras de la croix que dessine l'île aboutissent à leurs extrémités à la pointe du Trec'h pour la branche nord, à la pointe de Nioul pour la branche sud (la plus longue), à la pointe de Brouel pour la branche orientale et à la pointe de Toulindac pour la branche occidentale, la plus petite, mais qui est celle où se trouve le port de l'île. Entre ces bras se trouvent des baies dénommées respectivement Anse du Lério pour celle du nord-ouest, Anse du Guéric pour celle du nord-est et Anse du Vran pour celle du sud-est (les deux dernières citées sont étendues et contiennent de nombreux parcs à huîtres). Le bourg est situé au point central de l'île, au croisement des quatre branches de la croix que dessine l'île. La petite Anse du Guip, située au sud-est de l'île, abrite un chantier naval connu, le "Chantier du Guip" spécialisé dans la restauration et la construction de bateaux en bois comme des bateaux du patrimoine, mais aussi des bateaux de pêche et des yachts ; ce chantier a essaimé à Brest où se trouve désormais son activité principale, ainsi qu'à Lorient[3].

Son relief est toutefois relativement accidenté, atteignant au maximum 31 mètres d'altitude entre Kerscot et Kergonan, mais aussi entre 20 et 26 mètres dans l'étroite presqu'île du Trec'h au nord et 22 mètres dans celle de Penhap, au sud, y compris à l'extrême sud dans la pointe du Nioul (avec des falaises assez spectaculaires au niveau de cette pointe, ainsi que vers Er Boglieux). La presqu'île orientale, celle de Brouel, est par contre plus plane, ne dépassant pas 14 mètres et sa majeure partie est même seulement à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer. Plusieurs plages existent, principalement la "Grande Plage" au sud du Lério, mais aussi la plage de Port Miquel et la plage du Gored, cette dernière ayant un nom révélateur, un gored étant un barrage à poissons en langue bretonne, lequel étant encore visible principalement à marée basse.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'étroitesse de l'île explique l'absence de tout réseau hydrographique notable. L'Île-aux-Moines est essentiellement granitique, son granite ayant été exploité et a servi par exemple pour certaines constructions de la ville de Vannes[4].

Des îles annexes dépendent de l'Île-aux-Moines : l'île Creïzic au sud-ouest, l'île Holavre au nord-est, ainsi que les deux îlots dénommés "îles de Brouel" ; elles sont inhabitées de nos jours, l'île Creïzic ayant été habitée par le passé.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Habitat[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, plusieurs hameaux existaient traditionnellement, les principaux étant ceux de Kerscot, Kergantelec, Kergonan, Locmiquel et Kerno. Un habitat dispersé, souvent constitué en partie de résidences secondaires (72,3 % des logements en 2020[5]), a essaimé dans une bonne partie de l'île depuis les années 1960, seules la branche orientale (de Brouel) et le sud de la branche méridionale (celle allant à la pointe de Nioul et à la pointe annexe de Brannec) ont en partie échappé à cette rurbanisation qui a transformé les paysages de l'île.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transports[modifier | modifier le code]

On peut y accéder en cinq minutes depuis Port-Blanc, à Baden ; le détroit n'est large à cet endroit que d'environ 300 mètres.

Seules des routes secondaires, souvent peu larges, desservent les quatre coins de l'île.

Écologie[modifier | modifier le code]

Le Conservatoire du littoral a acquis en 1980 la pointe méridionale de l'île, la pointe de Penhap qui est gérée par la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 775 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Larmor-Baden », sur la commune de Larmor-Baden, mise en service en 1995[12] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[13],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,7 °C et la hauteur de précipitations de 868,2 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 8 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[16] à 12,4 °C pour 1991-2020[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Île-aux-Moines est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[18],[19],[20]. La commune est en outre hors attraction des villes[21],[22].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[23]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (38,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (34,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (38,3 %), zones urbanisées (25,8 %), zones agricoles hétérogènes (20,6 %), prairies (13,2 %), zones humides côtières (1,7 %), eaux maritimes (0,4 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

L'Île-aux-Moines est habitée depuis l'époque néolithique comme l'attestent les dolmens encore visibles ainsi que d'autres vestiges.

La première mention de l'existence du cromlech de Kergonan date de 1827 et il est classé monument historique dès 1862 ; il subsiste 24 des 36 menhirs décomptés en 1877 ; ils forment désormais une enceinte en forme de fer à cheval (96 m d’ouverture et 70 m de profondeur) ; le plus grand est surnommé "Le moine" car son aspect le fait un peu ressembler à un moine[28]. En 1923 Zacharie Le Rouzic observe qu'une hache est gravée sur l'un des menhirs.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

René Merlet a montré en 1929 que le cromlech de Kergonan forme un ensemble avec celui d'Er Lannic : pour un observateur situé à Er Lannic le soleil lors du solstice d'été se lève exactement sur une ligne passant par la pointe d'un des menhirs de Kergonan (intégré depuis 1825 dans une maison) et le centre de l'ellipse que forme le cromlech de Kergonan. René Merlet a aussi dressé un plan très précis du monument et daté le cromlech entre mai et mars avant notre ère[29].

Deux dolmens à couloir se trouvent l'un à Kerno, l'autre à Penhap ; deux petits dolmens sont situés côte à côte à Pen Nioul[28]. Benjamin Girard écrit en 1889 qu'à Penhap « il n'y a pas plus d'un demi-siècle (...) on pouvait voir une ligne de tumulus dont le plus oriental était surmonté d'un menhir. Cette rangée de tombelles était précédée d'un très beau dolmen. (...) Les tumulus ont été rasés, le menhir a été employé à fermer l'entrée d'un champ ; le dolmen seul est resté »[30].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Des traces d'occupation à l'époque gallo-romaine ont également été découvertes au bourg.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

L'Île-aux-Moines est issue, comme sa paroisse-mère Arradon, d'un démembrement de la paroisse de l'Armorique primitive de Ploeren[31].

Les pages du cartulaire de Redon dans lesquelles il est fait mention pour la première fois de l'Île-aux-Moines lors du don de l'île fait par Erispoë à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon.

Une boîte en fer cachée dans un muret de pierres sèches et contenant des pièces de Louis le Débonnaire (mort en 840) fut découverte en 1904 à Kerscot.

En 854 (ou du moins entre juillet 851 et le ), le roi de Bretagne Erispoë en fit don à Conwoion, fondateur de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon (créée par son père, Nominoë). « Cette charte conserve et indique comment Erispoë donna la paroisse appelée Chaer[Note 5], avec les tenues qui en dépendent et leurs colons, à savoir Avaellon, Clides et Villata, avec ses vignes et prairies, et l'île appelée Crialeis, c'est-à-dire Enesmanac, en fief aux moines de l'abbaye de Saint-Sauveur, en aumône pour son âme et pour le règne de Dieu. Il fit ce don en déposant son gant dans les mains de l'abbé Conwoïon à l'endroit appelé Cancell. Fait en présence de nombreux hommes nobles. Témoins : Erispoë, qui fit le don et ordonna de le confirmer, Budic, Hoiarnocet, Worveten, Penot, Pascweten, Festgen, le diacre Félix, le prêtre Meior, le seigneur Lothaire, le roi Charles régnant, Erispoë gouvernant la Bretagne, Courantgen étant évêque dans la cité de Vannes ».

L'île sert alors de grenier pour l'abbaye.

Après les invasions normandes du Xe siècle, l'île est rattachée à la paroisse d'Arradon.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1543, elle est érigée en trève, sous le nom de trève de Saint-Michel, dépendant de la paroisse d'Arradon ; Au XVIe siècle des fonts baptismaux sont érigés dans la chapelle tréviale Saint-Michel, évitant aux insulaires de devoir se rendre à Arradon pour les baptêmes.

Le premier manoir du Guéric est mentionné pour la première fois en 1532 ; il appartenait alors à Olivier d'Arradon et son épouse Louise de Quélen[32]. En 1669 Henry Daviers[Note 6], achète le manoir du Guéric, dit alors manoir Sainte-Anne[32]. Selon A. Mreville et P Varin, une famille irlandaise immigrée en France lors de l'exode de Jacques II (probablement à la suite de la bataille de la Boyne en 1690) construisit la maison de campagne du Guéric, apportant avec elle deux statues de la Vierge Marie, dont une se trouve encore dans la chapelle du Guéric, l'autre étant transportée à Hennebont[33]. Le château actuel aurait été construit par la famille Guillo du Bodan à la fin du XVIIIe siècle[32].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi l'Île aux Moines en 1778 :

« Isle-aux-Moines : dans le Morbihan. C'est une trève de la paroisse d'Arradon, à 2 lieues au sud-ouest de Vannes, son évêché et sa subdélégation et à 22 lieues ½ de Rennes. On y compte 120 communiants[Note 7],[34] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1792, elle devient une commune sous le nom francisé d’Isle-aux-Moines[35]. Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d’Isle-du-Morbihan[35].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Michel est construite en 1802 ; elle a été agrandie à trois reprises par la suite en 1871, 1902 et 1931[36].

Un décret de 1829 décide que « les pilotes de Locmariaquer et de Port-Navalo feront à tour de rôle l'entrée des bâtiments [dans le Golfe du Morbihan] jusqu'à destination ; ceux de l'île aux Moines et de l'île d'Ars feront aussi, à tour de rôle, la sortie des bâtiments »[37].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi l'Île-aux-Moines en 1843 :

« Île-aux-Moines (sous l'invocation de saint Michel): commune formée de l'ancienne trève d'Arradon, aujourd'hui succursale ; syndicat des gens de mer ; lieutenance d'ordre des douanes.Principaux villages : Penhap, Corniguel, le Reste, Grahic, Kergonan, Grohel, Kerbosec, Grin-Huel, Guern-Hué. Superficie totale : 315 hectares dont (...) terres labourables 138 ha, prés et pâturages 65 ha, vergers et jardins 3 ha, étangs et abreuvoirs 4 ha, landes et incultes 85 ha. ...) L'Île-aux-Moines, en breton Izénah, est (...) divisée en trois parties, ce sont Creïzic à l'ouest (...), Holavre, enfin l'île elle-même. (...) Cette île est la plus belle de toutes celles du Morbihan ; nul paysage n'est plus varié que ses côtes, tantôt sauvages, tantôt verdoyantes, que ses collines et ses vallons., et rien ne respire l'aisance et le bonheur comme ses habitations. Le bourg, situé dans la partie nord de l'île, est formé par une irrégulière agglomération de maisons ; le centre se nomme Luruec; la partie nord le Bundo ; la partie sud Guergantelec. Au nord-ouest est le port, qui a reçu le nom de Lerio ; c'est un hâvre bien abrité. L'église est moderne, la tour est de 1836. Le sol de l'île a généralement peu de profondeur et repose sur le granite, qui perce de distance en distance. Ce granite est recherché par les constructeurs. (...) On parle le breton, dialecte de Vannes.[33] »

Citant Amédée de Francheville, les mêmes auteurs indiquent que « la principale production de l'île est le gros froment », qu'« on y cultive aussi le lin, le chanvre, le mil et les légumes. On y trouve quelques arpents de vignes qui produisent un vin blanc d'une faible qualité », que « les hommes y sont presque tous marins » et qu'on y compte 93 navires « dont 7 trois-mâts, 17 bricks, 3 goélettes, 10 lougres et 56 chasse-marées » dont beaucoup ont été construits sur les chantiers établis au port du Lério[33].

« À l'île-aux-Moines se tenait une "foire aux mariages", un dimanche après vêpres sur la jetée du port. Des jeunes marins qui étaient assis sur le parapet regardaient les jeunes filles qui passaient et repassaient, vêtues de leurs plus beaux costumes et de leurs superbes tabliers, marchant les yeux baissés (...). Le marin, lorsqu'il en voyait une qui lui plaisait (...) descendait et s'avançait vers elle »[38].

En 1887 une délégation des royalistes de Vannes, d'Arradon, de Plescop, de Sarzeau, de Theix, de l'Île-aux-Moines et de Saint-Avé se rendit à Jersey afin d'y rencontrer le comte de Paris qui y était en exil[39].

Le journal Le Constitutionnel fait en 1888 référence à une brochure du docteur J.-J. Mauricet, qui exerça la médecine sur l'île pendant une cinquantaine d'années et en publie un assez long extrait. Il décrit notamment le pardon de la Saint-Michel, « fête religieuse qui réunit toutes les familles, qui appelle dans l'île les dignitaires du clergé, les amis intimes et une foule de curieux. Elle se termine par des repas où figure, sur toutes les tables, un gâteau national désigné sous le nom de fard » ; l'auteur écrit aussi que beaucoup des enfants sont orphelins de père, mais « l'Océan, qui a déjà englouti le père, n'en a pas moins pour le fils un attrait irrésistible (..) ; il est vrai que ces hommes énergiques ont été élevées par des femmes exemplaires », presque toutes vêtues de noir en raison des deuils[40].

Un décret du du préfet du Morbihan laïcise l'école congréganiste des garçons de l'Île-aux-Moines[41].

En 1889 Benjamin Girard écrit qu'à l'Île-aux-Moines « la population est en général aisée ; les hommes sont presque tous marins. L'île fournit un grand nombre de capitaines au long-cours et de maîtres au cabotage »[42].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Les régates des sinagots (carte postale Henri Laurent, 1907).

En 1901 le docteur Motel, d'Arradon, demande l'adoption d'un tarif spécial pour ses visites à l'Île-aux-Moines en raison du « retard résultant du passage par eau et du défaut de moyens de communications dans l'intérieur de l'île »[43].

En 1912 Charles Géniaux décrit l'île-aux-Moines, écrivant que « l'île demeure merveilleuse avec ses chemins creux, ses peupliers sensibles au bord des prés, et ses sentiers pittoresques tracés par la libre fantaisie des habitants, qui bâtirent sans souci des tracés linéaires », et que « c'est ici l'île des femmes ! Les hommes bourlingent », évoquant « l'île de la propreté méticuleuse. Son sol est tenu comme le plancher d'un navire de guerre, et ses maisons, fraîchement chaulées »[44].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de l'Île-aux-Moines.

La plaque commémorative située dans l'église paroissiale porte les noms de 26 marins et soldats morts pour la France[45].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1918 les habitants de l'île-aux-Moines se plaignent de la « situation extrêmement précaire en ce qui concerne leurs relations avec le continent », arguant que « le bateau à vapeur relie l'île-aux-Moines à Vannes seulement » et « ne prend ni les chevaux ni les bêtes à cornes ; voici donc les 20 fermes de l'île, représentant 400 à 500 hectares, dans l'impossibilité de faire le commerce de ces animaux » et demandent de rétablir un service de passage avec la pointe d'Arradon comme il en existait un, autrefois et jusqu'à ces dernières années, assuré « par un passeur disposant d'une barque solide et large, entre la pointe du Trech et celle d'Arradon »[46].

En 1924 une "Reine des îles" et deux demoiselles d'honneur sont élues pour la première fois à l'Île-aux-Moines en 1924[47]. Cette même année, des travaux d'élargissement de la cale de débarquement de Toul-in-Dag (Toulindac) sont décidés car « par suite du grand nombre de passagers et de marchandises, elle est devenue tout à fait insuffisante »[48] ; les travaux commencèrent en 1926[49].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de l'Île-aux-Moines porte les noms de 20 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale (la plaque commémorative de l'église porte elle 22 noms[50]) ; parmi elles deux personnes d'origine juive[Note 8] réfugiées à l'Île-aux-Moines et victimes de la Shoah[51], des marins[Note 9] et des résistants[Note 10],[45].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste en 2020 dans l'île aucune activité agricole. Une tentative de création d'une entreprise maraîchère a échoué en 2016 faute de trouver des terres agricoles disponibles.[52]

Le un nouveau médecin s'installe dans l'île, mais il a fallu en chercher un pendant deux ans et son installation a été rendue difficile par la difficulté de trouver pour elle un logement, en raison du prix de l'immobilier dans cette île très touristique[53].

En 2020 l'Île-aux-Moines est la commune de Bretagne où le prix de l'immobilier est le plus élevé : le prix médian des maisons vendues y a été de 700 000 euros, devançant de loin Cesson-Sévigné, deuxième commune avec 450 000 euros.[54]

Des sangliers qui avaient envahi l'Île-aux-Moines en 2020, saccageant des jardins[55], semblent, à la suite d'une battue organisée en novembre 2020, avoir quitté l'île[56].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Île-aux-Moines (Morbihan).svg

l'Île-aux-Moines porte :

« D'azur à une ancre avec sa gumène d'or, la trabe chargée des mots IZ ENAH en lettres capitales de sable, et à une crosse abbatiale aussi d'or passées en sautoir et posées sur une île de sinople baignant dans une mer moutonnante d'argent issant de la pointe ; au chef d'hermine. »


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1837 Paul Luco[57]   Capitaine au long cours. Vivait à Locmiquel[58]
         
avant 1901 après 1901 Morcretti    
         
avant 1980 après 1980 Louis Garin    
1983 1995 Henry Bastin    
1995 2001 Charles-André Govys[59]   Général de brigade.
mars 2001 mars 2014 Jean Pressard    
mars 2014
Réélu en 2020[60]
En cours Philippe Le Bérigot    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

L'Île-aux-Moines est jumelée avec l'île de Pašman, en Croatie[61],[62] :

Nom de la Ville Pays de la Ville Coordonnées
Pašman Drapeau de la Croatie Croatie 43° 57′ 00″ nord, 15° 22′ 59″ est

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[63]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[64].

En 2018, la commune comptait 613 habitants[Note 11], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9921 0771 0731 0581 5381 7091 7021 7401 767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6011 7141 6621 6051 6291 6021 4591 4011 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2261 1781 1161 0161 0771 0511 0291 051879
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
748711588590617610527629600
2018 - - - - - - - -
613--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[65] puis Insee à partir de 2006[66].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2018, selon l'Insee, 73,2 % des logements étaient des résidences secondaires à l'Île-aux-Moines.

Economie et attractivité locale[modifier | modifier le code]

Le chantier du Guip à l'Île-aux-Moines.

L'économie locale repose principalement sur les secteurs de la distribution alimentaire, de la restauration et du souvenir (artisanat), induits par le tourisme estival. En pleine saison l'île voit sa population décupler, car l'habitat est constitué d'une majorité de résidences secondaires réservées à l'usage familial ou locatif.

Il existe sur l'île plusieurs activités liées à la pêche et à l'ostréiculture[67]. et un chantier naval, le chantier du Guip.

Un potier est installé depuis 2004[68].

Légende[modifier | modifier le code]

  • La légende de la châtelaine : Les îles d'Arz et d'Izenah (Île aux Moines), reliées par une chaussée à la pointe de Brouel, ne formaient qu'une seule et grande île aux deux extrémités de laquelle se trouvaient, d'un côté un château, de l'autre un monastère. Or il arriva qu'un jeune seigneur fort pauvre, amoureux de la fille du château, se fit éconduire et décida alors de devenir moine ; mais avant de prononcer ses vœux, il résolut de dire adieu à sa fiancée ; la nuit venue chacun des deux amoureux fit la moitié du chemin, quand la mer en courroux vint les séparer, noyant la jeune fille et séparant les deux îles. Cette légende a été rapportée par Auguste Brizeux[47].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1979 a été tourné sur l'île le feuilleton télévisé L'Île aux trente cercueils de Marcel Cravenne.[réf. souhaitée]

En 1985, a été tourné le film À nous les garçons, réalisé par Michel Lang.

En 2002, a été tourné le film La Petite Lili réalisé par Claude Miller.[réf. souhaitée][69]

Depuis août 2019, l'association Passeurs de Films organise un festival annuel de cinéma en plein air. Lors de la première édition, les réalisateurs Alain Cavalier et Arnaud Desplechin sont venus présenter leurs films au public de l'île-aux-Moines.[70]

En 2020, ce sont Maïwenn, Emmanuel Mouret, le duo Kervern et Delépine qui ont montré leurs derniers films.[71]

En 2021, les réalisateurs Jacques Audiard et François Ozon sont les invités de la troisième édition. Ils y présentent Les Olympiades et Tout s'est bien passé, en compétition au Festival de Cannes 2021.[72]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Michel de l'Île-aux-Moines.
Contours de l'Île-aux-Moines.

Plusieurs vestiges mégalithiques (dolmens et cromlech notamment) subsistent sur la pointe sud :

  • le Cromlech de Kergenan, au milieu de l'île, d'un rayon de plus de 70 mètres, est l'un des plus grands d'Europe ;
  • le dolmen de Penhap, situé au sud à 5 kilomètres du bourg, est le mieux conservé de l'île.

On trouve des calvaires aux pointes du Trec'h, de Brouël et de Toulindac (Bois d'Amour) ainsi qu'à Penhap et à la Croix de Kerno.

L'église Saint-Michel[31], située à la sortie du bourg en direction du Nord, présente quelques ex-votos à sainte Anne. Elle possède aussi une antique statue en bois, un buste de saint Vincent Ferrier, qui se trouvait à l'origine dans la cathédrale de Vannes, mais avait été abandonnée, dont la translation dans l'île depuis le continent en 1780 est racontée en 1906 par l'abbé Nicol, alors recteur d'Arradon[73] ; mangée par les vers, elle fut restaurée en 1902[36].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle Notre-Dame d'Espérance (XIXe), dans la rue de la Mairie, présente également plusieurs ex-voto.

La chapelle Sainte-Anne (XVIIe), dans l'anse du Guéric, appartient au « château » voisin[74].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ouvrages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Expositions à l'Île-aux-Moines (traitant principalement de l'île-aux-Moines)[modifier | modifier le code]

  • Sylvie André : photographies en 2008
  • Étienne Dehau : photographies (à la Mairie) en 2009
  • Gildas Flahault et Aude Sirvain, (chapelle Sainte-Anne) en 2009
  • Denis Leroy : photographies en noir et blanc (à la mairie) en 2009
  • Martin Lenclos : aquarelles (à la Librairie-galerie) en 1993 et 2003
  • Marylène Montfort-Govys, Gaëtan Sartor, Yannick Decressac (à la mairie en 2010)
  • Odile A. Boisnard : photos panoramiques en plein air (Chantier ostréicole Beg Moussir Pointe du Trec'h) en 2010, à la mairie en 2009, 2011 & 2012, à la Poste de l'Île-aux-Moines en 2011, également à l'Île-aux-Moines en 2007. Depuis 2011, exposition tournante sur la vie de l'huître (« de la naissance à l'assiette la fabuleuse histoire de l'huître ») racontée en cinq panneaux.
  • Georges HORNN : exposition photographique "Je, Tu, Île", 2008

Tableaux représentant l'Île-aux-Moines[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Caer est l'ancien nom de Locmariaquer
  6. Henry Daviers, né vers 1638, marchand, négociant, syndic, consul, décédé le à Vannes.
  7. Personnes en âge de communier.
  8. Élise Jacobsohn, épouse Kwass, née en Lituanie, qui résidait dans l'île, déportée du camp de Drancy vers le camp de concentration d'Auschwitz et morte au camp de Birkenau le et Henri Marx, commerçant originaire de Calais, réfugié à l'Île-aux-Moines, déporté aussi depuis le camp de Drancy vers le camp de concentration d'Auschwitz et décédé à Birkenau le .
  9. Par exemple Pierre Pluyette, capitaine de corvette, est mort des suites de ses blessures le après que son navire, le Golo, qui assurait un service de transport, ait été attaqué en rivière de Rochefort par les Allemands.
  10. Par exemple Aimé Le Bouler, né le à l'Île-aux-Moines, sous-lieutenant, membre de la France libre, fut arrêté à Bron (Rhône) alors qu'il était opérateur radio et déporté au camp de concentration de Dachau et affecté au kommando de Dautmergen, localité où il est mort le .
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Joanne, "Géographie du département du Morbihan", 4e édition, 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k393446/f13.image.r=Izenah?rk=150215;2
  2. Henri d'Arbois de Jubainville et Émile Ernault, "Études grammaticales sur les langues celtiques", 1881-1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5711116g/f47.image.r=Izenah?rk=321890;0
  3. http://www.chantierduguip.com/
  4. Marie-France Barrier et Michel Ogier, "Vannes", 1987.
  5. Martin Vaugoude, « Limiter les résidences secondaires : le sujet qui divise la Bretagne. », sur https//www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  12. « Station Météo-France Larmor-Baden - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Orthodromie entre Île-aux-Moines et Larmor-Baden », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Larmor-Baden - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Île-aux-Moines et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  24. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  28. a et b https://www.lieux-insolites.fr/morbihan/moines/moines.htm
  29. Panneau d'information touristique situé sur place
  30. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f404.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=1523612;4
  31. a et b http://www.infobretagne.com/ile-aux-moines.htm
  32. a b et c http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/manoir-sainte-anne-dit-chateau-du-gueric-ile-aux-moines/b51a6a11-17bc-412c-87f4-b9ce470dac80
  33. a b et c A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiB7fzS45DvAhWmy4UKHaeZDkAQ6wEwAXoECAAQAQ#v=onepage&q=%C3%8Ele-aux-Moines&f=false
  34. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og/page/240/mode/2up
  35. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Île-aux-Moines », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  36. a et b http://www.doyenne-arradon.fr/autour-de-nos-paroisses/lieu/33/eglise-saint-michel-de-l-ile-aux-moines
  37. Ch.-M. Galisset, "Corps du droit français, ou Recueil complet des lois, décrets, ordonnances, arrêtés, senatus-consultes, règlemens, avis du conseil d'État, publiés depuis 1789", tome 3, 1828-1853, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9613140b/f1007.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=1115885;2
  38. Paul-Yves Sébillot, "La Bretagne et ses traditions", éditions Maisonneuve et Larose, 2e édition, 1997, (ISBN 2-908670-46-1).
  39. Journal La Petite Presse, n° du 5 juillet 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4723772v/f1.image.r=Arradon?rk=21459;2
  40. Journal Le Constitutionnel, n° du 27 mars 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k678491t/f2.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=2532201;2
  41. Journal La Lanterne, n° du 22 août 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7503558g/f4.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=236052;4
  42. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f404.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=1523612;4.
  43. " Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 15 avril 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57865704/f13.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=278971;2
  44. Charles Géniaux, "La Bretagne vivante", 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5786120v/f283.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=5150240;0
  45. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=29647&dpt=56
  46. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 16 septembre 1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57834236/f474.item.r=Ile%20aux%20Moines
  47. a et b Journal Le Matin, n° du 9 août 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5747847/f4.image.r=Izenah?rk=193134;0
  48. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 15 septembre 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5767360t/f521.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=171674;4
  49. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 27 septembre 1926, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57674086/f334.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=214593;2
  50. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=47565&dpt=56
  51. http://www.ajpn.org/commune-ile-aux-Moines-56087.html
  52. https://www.letelegramme.fr/bretagne/les-iles-bretonnes-terres-d-agriculteurs-06-12-2020-12667977.php
  53. https://www.letelegramme.fr/morbihan/ile-aux-moines/a-l-ile-aux-moines-le-casse-tete-du-logement-pour-le-nouveau-medecin-video-13-01-2021-12687344.php
  54. Blandine Le Cain, Immobilier : ces secteurs bretons où recherches et prix grimpent, journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 25 janvier 2021, page 3.
  55. https://www.letelegramme.fr/dossiers/sangliers-la-chasse-est-ouverte/sur-l-ile-aux-moines-pres-d-un-hectare-de-terrain-saccage-par-les-sangliers-28-12-2020-12680929.php
  56. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 22 mars 2021.
  57. Paul Luco, né le à l'Île aux Moines, décédé le à l'Île-aux-Moines.
  58. http://locmariaquer.info/f843-4-moine-broel-creizic-holaire.htm
  59. https://www.ouest-france.fr/bretagne/ile-aux-moines-56780/charles-andre-govys-ancien-maire-est-decede-2635744
  60. « Philippe Le Bérigot repart pour un deuxième mandat », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  61. « L'Île-aux-Moines jumelée avec une île croate », Ouest-France, édition de Vannes, no 21532,‎ 16-17 mai 2015, p. 12.
  62. « Semaine du Golfe. Jumelage en vue », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  63. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  64. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  65. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  66. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  67. Christine Zazial, « Ile aux Moines, l'ostréiculteur Pierre Martin, la troisième génération de sa famille dans cette activité », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  68. Mariette THOM, « Plages, dolmens et criques sur l’Ile-aux-Moines », sur Ouest-france.fr, (consulté le ).
  69. Christophe Carrière, « Silence! Miller tourne », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  70. Ouest-France, « Ile-aux-Moines. Des grands du cinéma et des films », sur Ouest-france.fr, .
  71. Le Télégramme, « Sur l’Île-aux-Moines, de sacrées bobines pour le festival Passeurs de films », sur letelegramme.fr, .
  72. Estelle Aubin, « L’Île-aux-Moines fait son cinéma avec Jacques Audiard et François Ozon », Ouest-France,‎
  73. "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565614q/f176.image.r=Ile%20aux%20Moines?rk=107296;4
  74. « Le site des clochers de la France :: Ile aux Moines (56780) », sur lafrancedesclochers.clicforum.com (consulté le ).
  75. http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=78754
  76. Music By Gabriel Yared (Documentary, 2007, Rani Khanna)
  77. Jacques Isorni
  78. Yannick OCEANE, « Lili Cros et Thierry Chazelle offrent un double album de leurs "chansons confinées" », sur Océane FM, (consulté le ).
  79. http://www.mairie-ileauxmoines.fr/upload/gedit/1/file/2%20Vie%20municipale/2-8%20Gazette/24gazette.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :