Il suffirait de presque rien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Il suffirait de presque rien

Chanson de Serge Reggiani
extrait de l'album Et puis…
Sortie 1968
Genre Chanson française
Auteur Jean-Max Rivière
Compositeur Gérard Bourgeois

Il suffirait de presque rien est une chanson de Serge Reggiani parue dans l'album Et puis… sorti en 1968. Écrite par Jean-Max Rivière et composée par Gérard Bourgeois, elle traite de l'amour d'une jeune femme pour un homme plus âgé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois proposent la chanson à Serge Reggiani, celui-ci refuse de l'interpréter[1]. Ce n'est qu'après l'insistance de son directeur artistique, Jacques Bedos, qu'il accepte de l'intégrer à l'album Et puis…, mais à la condition qu'elle figure en dernière position[1].

Très diffusée en radio, la chanson devient un succès, mais Reggiani ne veut pas la chanter en public. Ce n'est que plusieurs années plus tard qu'il finit par l'intégrer à ses tours de chant[1].

Reprises[modifier | modifier le code]

La chanson a notamment été reprise en 2001 par Pierre Bachelet sur l'album Une autre lumière, en 2009 par Gérard Berliner sur l'album Gérard Berliner chante Reggiani, en 2014 par Isabelle Boulay sur l'album Merci Serge Reggiani et la même année par Sanseverino sur l'album Le Petit Bal perdu. En 2020, le groupe Aurore Voilqué Trio reprend la chanson dans l'album Un soir d'été.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Lecœuvre 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]