Il jouait du piano debout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Il jouait du piano debout
Chanson de France Gall
extrait de l'album Paris, France
Sortie
Enregistré Studio Gang
Paris (5e arr.)
Durée min 30 s
Genre Rock
Auteur Michel Berger
Compositeur Michel Berger
Producteur Michel Berger
Label Atlantic Records

Pistes de Paris, France

Il jouait du piano debout est une chanson écrite par Michel Berger et interprétée en 1980 par France Gall.

Première chanson de l'album studio 33 tours LP Paris, France sorti le [1], il remporte un grand succès et demeure l'une des chansons les plus marquantes de la carrière de son interprète.

Historique[modifier | modifier le code]

Jerry Lee Lewis en 1977 : « The Killer » du rock 'n' roll jouait aussi bien du piano assis que debout, parfois montait dessus pour danser et y mettait aussi le feu (en fin de concert) car « Il voulait être lui, vous comprenez »[2].

La chanson fait référence à Jerry Lee Lewis et se veut un hommage à sa façon particulière de jouer debout du piano, symbole, selon Berger et Gall, du droit à la différence. France Gall l'écrit dans le livret des compilations et intégrale Évidemment parues en 2004[1] : « Je ne savais pas que ce serait si énorme cette chanson en la chantant en studio. Je ne pense jamais à ça avant que le public ne décide. Michel avait organisé un petit déjeuner à la Tour Eiffel avec les médias pour la sortie de l'album Paris, France dont Il jouait du piano debout était le premier extrait. Cette chanson sur la différence, inspirée par Jerry Lee Lewis, sera no 1 tout l'été ».

Les journalistes Hugues Royer et Philippe Seguy le notent dans leur biographie consacrée à France Gall et Michel Berger, Deux destins pour une légende[3] : « Dans cette chanson, Michel Berger a voulu rendre hommage au pianiste et compositeur américain Jerry Lee Lewis. Chemin faisant, il exalte aussi le courage contre la lâcheté, et remet au goût du jour une idée caressée par Aragon, selon laquelle la vraie liberté suppose de vivre debout plutôt que de mourir à genoux ».

De la même façon, des universitaires et diplômés de HEC comme Jean-François Brieu et Éric Didi[4],[5] se penchent sur ce « Tube colossal. [...] Un tube mémorable, une image inversée de l'intrigue qui se joue dans La Groupie du pianiste : Il jouait du piano debout. [...] Impact de cet hommage à Jerry Lee Lewis, le Killer dont le colt tire plus vite que le canon scié d'Idi Amin Dada et dont l'estomac transforme le whisky brut de décoffrage en rock 'n' roll 50°C sans eau et sans glaçon. D'aucuns voudront faire de ce texte insouciant une ode à la différence, au droit de vivre selon son bon plaisir. Voilà une hypothèse bien tirée par les cheveux. Ces vers ne sont pas à ce point exemplaires qu'ils puissent donner matière à une philosophie de cette portée-là. »

Et France Gall de confier à Paris Match[6] : « Lorsque j'ai fait Il jouait du piano debout, tant de gens se sont reconnus dans ce thème : celui de la différence. Celui de l'amour du rythme aussi. Les lettres que je lis expriment une recherche d'amour, un mal dans la peau, la solitude, le refus de la haine. Or si vous écoutez les chansons de mon nouvel album[7], vous verrez qu'elles répondent à cela. C'est Michel qui les a écrites, mais si j'avais ce pouvoir d'écrire qu'il possède, je n'aurai pas écrit autre chose ».

Elton John se manifeste alors en téléphonant en juillet 1980[5] à Michel Berger parce que, entendant les titres La Groupie du pianiste et Il jouait du piano debout diffusés en boucle à la radio depuis leur sortie, il souhaiterait enregistrer un disque en duo avec France Gall. Elle écrit à propos de cette rencontre[1] : « On traverse le monde pour aller au rendez-vous qu'Elton John nous avait donné genre , studio Sunset Sound, L.A., Californie. Michel, pas perturbé du tout par le fait que je sois tombée enceinte quinze jours avant, dirige les séances et, avec les musiciens d'Elton, cherche une couleur pour ne pas trop le déstabiliser, déjà qu'il va chanter une chanson écrite par quelqu'un d'autre ». Le 45 tours S comportant les titres Donner pour donner et Les Aveux sort en octobre 1980[1]. À partir de là, beaucoup de médias mal informés font une confusion en citant Elton John comme inspirateur de la chanson Il jouait du piano debout, tel Pascal Bernheim qui, dans son émission Airs de rien sur la radio suisse romande (RTS), spécule sur l'hypothèse que cette chanson ferait référence à Elton John[8] parce que celui-ci, une des premières grandes stars de l'Ouest à franchir le rideau de fer, a notamment donné un concert en URSS en 1979[9]. La confusion est également faite dans des émissions radio et télé[10].

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Piano : Michel Berger
  • Synthétiseurs, orgue Hammond, piano électrique : Georges Rodi
  • Basse : Jannick Top
  • Guitares : Slim Pezin
  • Percussions : Marc Chantereau
  • Batterie : Simon Phillips
  • Saxophone, clarinette, flûte : Patrick Bourgoin
  • Chœurs : Bernard Ilous, France Gall
  • Enregistrement et mixage : Jean-Pierre Janiaud et Patrick Foulon au studio Gang (Paris, 5e arr.)
  • Réalisation : Michel Berger

Classement[modifier | modifier le code]

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1980) Meilleure
position
Drapeau de la France France (IFOP)[11] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[12] 26
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[13] 22

Classement annuel[modifier | modifier le code]

Classement (1980) Meilleure
position
Drapeau de la France France (IFOP)[14] 6

Reprise[modifier | modifier le code]

En 2007, la chanson est reprise par le duo Peter et Sloane sur l'album En Harmonie.

En 2013, la chanson est reprise par le duo Slaï et Mélissa Nkonda sur l'album collectif Tropical Family.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notes dans le livret de Évidemment (Les années Warner), édité en plusieurs versions, compilations et intégrale : 2 CD (réf. 2564618762), 2 CD + DVD (réf. 2564618782), 3 CD (2564618772), et intégrale en 13 CD + 1 DVD (réf. 2564618892).
  2. 10e et dernière phrase du refrain :

    Il jouait du piano debout
    […]
    Simplement sur ses deux pieds
    Il voulait être lui, vous comprenez.

  3. Page 97, Éditions du Rocher, 1994 (ISBN 2268018733).
  4. Éric Didi est diplômé de HEC. Il est producteur de musique indépendant, concepteur et réalisateur d’intégrales musicales (sa présentation en quatrième de couverture de l’ouvrage Michel Berger cosigné avec Jean-François Brieu).
  5. a et b Jean-François Brieu et Éric Didi, Michel Berger : Quelques mots d'amour, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, coll. « Essais et documents », , 288 p. (ISBN 9782709617987, présentation en ligne).
  6. Paris Match, no 1702 du .
  7. Album Tout pour la musique sorti le .
  8. Airs de rien du 15 juillet 2013 (Pascal Bernheim) : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/airs-de-rien/5010157-airs-de-rien-du-15-07-2013.html.
  9. Un court documentaire est tourné à cette occasion : To rush away Elton. Elton John debout entame Benny and The Jets face un public moscovite effervescent, sous l’œil sévère des militaires qui surveillent le concert.
  10. Notamment à la télévision par l'animateur Nagui dans le no 39 de l'émission Taratata diffusée le sur France 2 et dans le jeu Qui veut gagner des millions ?Jean-Pierre Foucault donne Elton John comme « bonne réponse » à la question : « Qui a inspiré la chanson Il jouait du piano debout à Michel Berger ? » (TF1).
  11. « Les chansons numéros un en France dans les années 1980 », Dominic DURAND/InfoDisc (consulté le 6 juin 2015)
  12. (nl) Dutchcharts.nl – France Gall – Il jouait du piano debout. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 5 août 2014.
  13. (nl) Nederlandse Top 40 – France Gall search results. Nederlandse Top 40. Stichting Nederlandse Top 40. Consulté le 5 août 2014.
  14. « TOP - 1980 », sur Top France (consulté le 7 juin 2015)