Giovanni Battista Crespi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Il Cerano)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
image illustrant un sculpteur image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien et un sculpteur italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crespi.
Giovanni Battista Crespi
SaintBoromeo.JPG

St-Charles Borromée plante une croix aux portes de Milan (1602)
Détail de la série des Quadroni di San Carlo

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Giovanni Battista Crespi, dit Il Cerano, (né le à Romagnano Sesia, dans la province de Novare dans le Piémont - mort le à Milan) est un peintre, sculpteur et architecte italien de la Renaissance appartenant à l'école lombarde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Battista Crespi, est le fils du peintre Raffaele Crespi, son premier et, semble-t-il, son seul maître, qui l'initia à la peinture, et de Camilla. Il fut élevé avec son frère Ortensio (1578-1631) qui devint son principal collaborateur.

On a longtemps cru que Giovanni Battista Crespi avait été surnommé le Cerano en référence à la petite ville de Cerano, où l'on croyait qu'il était né. À l'occasion d'une exposition de ses œuvres tenue au Palazzo Reale de Milan du 23 février au 5 juin 2005, les commissaires de l’exposition ont découvert, au cours de leurs recherches, qu’il était en fait né à Romagnano Sesia, non loin de Cerano, où toutefois sa famille déménagea plus tard (d'où la confusion).

Giovanni Battista Crespi s'attacha au cardinal Federico Borromeo, archevêque de Milan, et dirigea l'Académie de Milan.

Entre 1602 et 1603, il participe à la première série de grands tableaux de la cathédrale, avec les Scènes de la vie de saint Charles Borromée, réalisant jusqu'en 1610, six grands compositionsde la série dédiée aux Miracles de saint Charles.

Durant la première décennie du XVIIème siècle, il travaille aussi à Santa Maria à San Celso, toujours à Milan, et il exécute pour Mortara et pour Novare deux retables signés et datés de 1610.

À la suite d'un séjour probable à Mantoue en 1617, il achève en 1618, pour san Marco de Milan, le dramatique Baptême de sant Augustin.

Durant la dernière phase de sa vie il entreprend La Bataille contre les Albigeois du Museo Civico de Crémone, autrefois à san Domenico ; il laissa cette œuvre inachevée[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses tableaux les plus remarquables sont :

À remarquer :

  • Le tableau dit des trois mains (Quadro delle tre mani), dû à la collaboration de Il Cerano, Il Morazzone et Giulio Cesare Procaccini, sur le même projet.
  • Sa participation au cycle monumental des Quadroni di San Carlo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raffaella Bentivoglio Ravasio, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 639
  2. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 39
  3. Joséphine le Foll, « Musée Calvet, Miracle au pays des papes », Beaux Arts, no 53,‎ , p. 84

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « Il Cerano 1573-1632, Protagonista del Seicento lombardo », catalogue de l'exposition du Palazzo Reale de Milan (du 23 février au 5 juin 2005), sous la direction de Marco Rosci, Federico Motta Editore, Milan, 2005, 311 pages, (ISBN 88-7179-474-5) (en italien).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.