Igor Wakhévitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Igor Wakhévitch (né un dans la région de Saint-Tropez, France), fils du célèbre décorateur de théâtre et de cinéma, Georges Wakhévitch, est un compositeur français d'avant-garde actif depuis les années 1970.

Née à Kishinev (Moldavie), sa mère, de son nom d'actrice Maria Carlo, avait été l'élève à Paris des fameux acteurs et metteurs en scène russes, George et Ludmilla Pitoëff, qui l'avait accueillie au sein de leur famille. Elle était l'une des actrices favorites de Marcel Achard de l'Académie Française, et avait joué au théâtre comme partenaire de Daniel Gélin, de Michel Simon, et bien d'autres. Amie proche de Jacques Prévert, de Bernard Blier, de Jean Marais et de Jean Cocteau, Marica Wakhévitch devint plus tard la Directrice du "prêt à porter" et de la Boutique Yves Saint-Laurent, rue Spontini à Paris, à la création de la grande maison de couture. Elle fut également l'assistance d'Hubert de Givenchy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Igor Wakhévitch compose de nombreuses œuvres pour la danse contemporaine, dont de nombreuses créations au Théâtre National de l'Opéra de Paris, au Festival d'Avignon, Festival d'Israël, Festival de Shiraz-Persepolis (Iran), Gœthe Institute à Mumbai (Inde), Grand Théâtre de Genève, T.N.P. Jean Vilar (Palais de Chaillot, Paris). Il compose pour la grande chorégraphe américaine Carolyn Carlson dont il signe la musique des ses principales créations au Théâtre National de l'Opéra de Paris, au Théâtre de la Ville (Les Fous d'Or), au Festival de Shiraz-Persepolis (Human Called Being), création en première mondiale en présence effective de Son Atesse Impériale Farah Palhavi.

Tournée mondiale de Carolyn Carlson à la fin des années 1970 avec "This-That-the Other-The Beginning-The End", le monument de cinq heures de Carolyn Carlson. Il compose également la musique de l'Opéra-Poème en six parties de Salvador Dalí sur un livret de Vasquez Montalban "Être Dieu". Igor Wakhévitch est l'unique compositeur avec lequel Salvador Dali a travaillé de son vivant, interprétant notamment son propre rôle (le "divin Dali") auprès d'acteurs et actrices prestigieux, tels que Delphine Seyrig, Alain Cuny, Raymond Gérôme, avec la participation de la grande voix soprano colorature Eve Brenner, le percussionniste Sylvio Gualda (Percussioniste soliste du Théâtre National de l'Opéra de Paris, interprète de Pierre Boulez, de I. Xenakis et K. Stockhausen qui écrivent spécialement des œuvres pour lui), et les voix de Catherine Allégret, Didier Haudepin, Léon Zitrone. Les nombreuses séances d'enregistrement ayant eu lieu aux studios EMI à Paris (Boulogne).

Igor Wakhévitch s'établira finalement en Inde où il résidera de façon permanente pendant près de trente ans. En Inde, il continue à composer auprès d'artistes Indiens pour la danse, le théâtre, et pour des méditations collectives. À la suite du décès de sa mère en Inde du sud en 2003, Igor Wakhévitch vit entre l'Inde et l'Europe, se préparant notamment à publier prochainement de nouveaux albums et à se produire en concerts.

Pianiste et compositeur, Igor Wakhévitch début le piano classique dès l'âge de huit ans sous la direction de Brigitte Manceau, la nièce du grand compositeur français Francis Poulenc qui l'auditionne régulièrement. Il continue ses études de piano sous la direction de Madame Marguerite Long, de Lucette Descaves, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Il obtient un Premier Prix de piano à l'unanimité du jury à l'âge de 17 ans, puis devient l'élève d' Olivier Messiaen, obtenant un Premier Prix d'Analyse dans la classe du célèbre compositeur (voir "Pupils of Olivier Messiaen", Wikipedia in English).

Auditionné à l'âge de douze ans à Paris au Théâtre des Champs-Élysées par Herbert von Karajan, le prestigieux maestro confirmera les dons exceptionnels du jeune garçon. Igor étudie également en Suisse sous la direction du grand chef d'orchestre Igor Markévitch qui le prend sous son aile, puis d' Yvonne Loriod (la grande interprète de Mozart et de Messiaen, dont elle est l'épouse) et directement sous la direction d' Olivier Messiaen sur le propre piano du grand compositeur dans son appartement de la rue Marcadet à Paris, travaillant certaines de ses œuvres pour piano. Il participe à plusieurs tournées de conférences de Messiaen en Allemagne et en Grande-Bretagne avec le compositeur et interprétant au cours de ces conférences des œuvres d'Olivier Messiaen, de Pierre Boulez, de Beethoven et de Robert Schumann.

Igor se lie d'amitié avec le légendaire groupe britannique "Pink Floyd" et participe à de nombreux concerts du groupe psychédélique "Soft Machine" dont il est très proche, notamment très ami avec Robert Wyatt, le batteur du groupe et auteur de nombreux albums solos, dont le mythique album "Rock Bottom" (Grand Prix de l'Académie Charles Cros).

Engagé par Lucien Morisse, Igor est également programmateur sur Europe no 1 (sous la direction d'Arlette Tabart, Directrice des programmes), lançant sur les ondes dans les émissions de Sam Bernett, Patrick Topaloff et de Michel Lancelot, la musique de Robert Charlebois, Véronique Sanson, Led Zeppelin, etc.

Après sa rencontre avec Maurice Béjart dont l'influence et la proche amitié seront déterminantes sur la vie artistique d'Igor, le jeune musicien décide de consacrer son talent à développer et à faire connaître au grand public la musique électroacoustique (dont il est l'un des principaux pionniers en France avec son proche ami le compositeur Jean-Michel Jarre) et compose ses premières œuvres qui seront créées au Théâtre des Champs Elysées à Paris pour le Ballet et les Solistes, Etoiles du Théâtre National de l'Opéra de Paris ("Arachnéa") et diverses chorégraphies de Norbert Schmucki, dont "Aor", une commande du MInistère de la Culture, créée au Palais Garnier (Théâtre National de l'Opéra de Paris), œuvre qu'il co-signe avec Jean-Michel Jarre pour la partie électronique et Igor composant la partie symphonique (et la rencontre des deux univers s'interpénétrant) ; il compose également pour son ami intime le chorégraphe et danseur Olivier Patey, Premier Danseur du Ballet du Théâtre National de l'Opéra de Paris.

À la suite d'une tournée de Carolyn Carlson en Israël sur la musique d'Igor Wakhévitch, la très célèbre danseuse-chorégraphe israélienne Rina Schenfeld demandera à Igor de lui composer une œuvre pour un solo de deux heures (cela sera "Threads", dont des extraits figurent sur l'album "Let's Start" publié par EMI) dans le cadre d'une commande du Festival d'Israël (Igor est reçu à cette occasion pour plusieurs mois à séjourner à la prestigieuse fondation Mishkenot Sha Hananim à Jérusalem)

En Inde, il est invité par le "Gœthe Institute" de Mumbai à composer et travailler avec les danseuses indiennes Utarra Coorlawalla et Iliana Citaristi, puis avec le chorégraphe brésilien Paolo Perreira, dont le ballet "The Golden Light" , d'après le merveilleux et inspirant poème de Sri Aurobindo ; sans oublier un inoubliable "Harichandra" (grand saint et héros tamoul), dramaturgie du jeune acteur-metteur en scène et auteur tamoul, son ami Krishnan Parthasarathy.

Igor Wakhévitch grandira au milieu de tout ce que la France compte comme artistes légendaires dans le domaine du théâtre, de la danse, musique, cinéma, littérature : Pierre Brasseur, Peter Brook, Serge Lifar, Yves Saint-Laurent, Igor Markévitch, Marguerite Long, Herbert von Karajan, Maurice Béjart, René Clair, Leonor Fini, André Roussin, Pierre Dux, Jacques Rueff, Olivier Messiaen, Francis Poulenc, Henri Dutilleux, André Jolivet, Jacques Prévert, Joseph Kessel, Marcel Achard, Jean Cocteau et Jean Marais (dont la mère d'Igor est très proche), Balthus, Nina Vyroubova, Rosella Hightower, Zizi Jeanmaire, Boris Kochno, Delphine Seyrig, Alain Cuny, Hubert de Givenchy, Salvador Dali ; ... sans oublier son parrain, le grand décorateur Christian Bérard.

Jean-Michel Jarre est son proche ami (ils étudient et travaillent ensemble au G.R.M.), de même que le chanteur-compositeur Michel Berger qu'il rencontre quasi quotidiennement des années durant.

Igor, encore jeune homme (toujours élève à l'époque au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il a alors seize ans), est présenté par Jean Marais en personne à la légendaire actrice star du cinéma mondial Marlène Dietrich laquelle par la suite invite Igor à plusieurs reprises chez elle dans son appartement parisien de l'avenue Montaigne pour des échanges d'une émouvante intensité spirituelle. Merveilleux et exceptionnel souvenir pour le jeune musicien.

En 1991, Igor est reçu en audience privée par le Dalaï-Lama dans sa résidence de Dharmsala (Inde, Himachal-Pradesh) et organise en tant que producteur et initiateur du projet la première venue en France du "Tibetan Institute of Performing Arts" avec le spectacle "Chants et Danses du Tibet Millénaire" durant deux mois au Théâtre du Rond-Point à Paris, puis au Festival de Chateauvallon, au Festival de Huelva et à Malaga, en Espagne.

Puis en 2007, de retour en Europe, il fonde en Suisse "Teental Recitals", agence artistique consacrée exclusivement à la grande musique classique Indienne. Il travaille notamment avec le grand maître du sarod, Ustad Amjad Ali Khan, organisant également des concerts de prestige en Europe pour les plus grands maestros de la musique de l'Inde : Pandit Hariprasad Chaurasia (au Musée du Quai Branly), Ustad Zakir Hussain, Pandit Shiv Kumar Sharma ; à la Salle Pleyel à Paris, "les Grandes Voix de l'Inde du Nord" : Ajoy Chakrabarty, Ustad Rashid Khan, Pandit Rajan et Sajan Mishra ; à la Cité de la Musique, à Paris, les maîtres du chant dhrupad, "the Gundecha Brothers" ; le jeune flûtiste prodige, Shashank, ainsi que bien d'autres immenses talents de la jeune génération de virtuoses Indiens, Kaushiki Chakrabarty , Purbayan Chatterjee, Raul Sharma, les prodigieux percussionnistes de l'ensemble de percussions "les Tambours sacrés de l'Inde" ; tous ces musiciens se produisant sous la houlette de "Teental Recitals" dans les salles les plus prestigieuses (à Paris, Cité de la Musique, Salle Pleyel, Théâtre de la Ville, Musée du Quai Branly. Fondation Cini, Venise, Festival Europa-Rome, Festival International de Jazz, Madrid, Festival de Musique Sacrée, Fès-Maroc ; Théâtre de l'Octogone, Lausanne-Pully, "Nuits d'Equinoxe"- RTS à Délemont ; et bien d'autres.)

Toute la discographie d' Igor Wakhévitch a été publiée par la major EMI-Pathé Marconi, ainsi qu'un album ("Hathor") produit par Philippe Constantin et publié par la célèbre firme américaine "Atlantic Records" sous label WEA Filipacchi Music.

"Fractal Records" fête l'anniversaire des 20 ans de l'arrivée en Inde d' Igor Wakhévitch en publiant le coffret de 6 CD "Donc..." incluant les six albums publiés par EMI et Atlantic Records : Logos (1970), Docteur Faust (1971), Les Fous d'or (1973) Hathor (1974), Nagual (1977), Let's Start (1979).

De nouveaux albums (CD) sont attendus d'ici quelques temps .... et aussi en préparation des projets de concerts en "live" ... premières apparitions sur scène du compositeur.

www.igorwakhevitch.com

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Logos (Rituel sonore) (1970)
  • Docteur Faust (1971)
  • Être Dieu (1974)
  • Hathor (Liturgie du souffle pour la résurrection des morts) (1974)
  • Les Fous d'or (1975)
  • Nagual (Les Ailes de la perception) (1977)
  • Let's Start (1979)

Albums en préparation (2018-2020)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]