Igor Mitoraj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Igor Mitoraj
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
Maître
Distinction
Œuvres principales
Porta Italica, bronze, (1997), par Igor Mitoraj - parc du musée olympique de Lausanne.

Igor Mitoraj, né le à Oederan en Allemagne et mort le dans le 10e arrondissement de Paris en France[1], est un sculpteur polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Igor Mitoraj est né en 1944 à Oederan (Saxe) d’une mère polonaise et d’un père français. Il est diplômé de l'Académie des beaux-arts de Cracovie où il a été l'élève de Tadeusz Kantor. Il vit depuis 1968 en France et en Italie. Au début des années 1970, fasciné par les arts précolombiens, il part au Mexique où il commence à sculpter. Il rentre en Europe en 1974 et, en 1976, il expose ses œuvres à Paris à la galerie La Hune.

En 1979, il se rend à Carrare en Toscane où il commence à utiliser le marbre comme support principal, tout en continuant à travailler la terre cuite et le bronze. En 1983, il installe son atelier à Pietrasanta. Igor Mitoraj est considéré comme un des plus éminents artistes contemporains[réf. nécessaire]. Certaines de ses sculptures, souvent de grande taille, sont exposées en plein air dans de nombreuses villes en Europe, aux États-Unis et au Japon.

Certaines œuvres d'Igor Mitoraj provoquent de vives polémiques[réf. nécessaire] comme celles présentées en sur la Piazza Trento à Tivoli, en face de l'église Sainte Maria Maggiore et de l'entrée de la Villa d'Este. On y a vu la célébration du rite séculier de l’inchinata[2].

Durant l'été 2011 ses œuvres sont exposées au sein de la Vallée des Temples à Agrigente (Sicile) et se mélangent subtilement à ce site classé au patrimoine de l'Humanité.

Il est mort le dans un hôpital de Paris[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le thème majeur des œuvres d'Igor Mitoraj est le corps humain, sa beauté et sa fragilité. Son œuvre s'inscrit dans une démarche résolument postmoderniste. S'inspirant de la statuaire antique, en particulier ses proportions idéales, l'artiste rappelle cependant au public sa nature humaine et son imperfection. Ses sculptures sont délibérément blessées ou écorchées et se retrouvent parfois même clouées au sol.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « le fichier INSEE des personnes décédées », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  2. L'Inchinata est une cérémonie religieuse qui a lieu tous les ans la veille de l'Assomption
  3. (it) « L'arte in lutto, è morto lo scultore Igor Mitoraj »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]