Ignaz von Seyfried

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seyfried.
Ignaz von Seyfried
Description de cette image, également commentée ci-après

Ignaz von Seyfried
lithographie de Josef Kriehuber 1829.

Nom de naissance Ignaz Xaver Ritter von Seyfried
Naissance
Vienne, Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Décès (à 65 ans)
Vienne, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Activité principale compositeur, chef d'orchestre
Élèves Heinrich Wilhelm Ernst, Eduard Marxsen, Franz von Suppé

Ignaz Xaver Ritter von Seyfried (né et mort à Vienne ; [1]) était un musicien autrichien, chef d'orchestre et compositeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ignaz von Seyfried fut l'élève de Mozart et Koželuh[1] pour le piano ainsi Johann Georg Albrechtsberger et Peter von Winter[1] en composition. Il a publié les œuvres complètes d'Albrechtsberger après sa mort. Il eut pour élèves Franz von Suppé, Heinrich Wilhelm Ernst et Eduard Marxsen en théorie musicale.

Chef d'orchestre[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse Seyfried fut le chef assistant d'Emanuel Schikaneder au Theater an der Wien à Vienne[2], où il entre comme directeur musical en 1797. Il y exerce jusqu'en 1828[2].

En 1805, von Seyfried dirige la première version du Fidelio de Beethoven[3], dont il est l'ami. Les mémoires de Seyfried contiennent nombre d'anecdotes à propos du maître. Il rédige aussi un Ludwig van Beethoven's Studien écrit conjointement avec Haydn et Albrechtsberger et publié seulement en 1832[2]. Beaucoup des propos sont cependant invalidés par d'autres sources[2].

Compositeur[modifier | modifier le code]

Seyfried composé plus d'une centaine œuvres pour la scène, y compris des opéras, des opérettes, des ballets et mélodrames, ainsi que de nombreuses œuvres sacrées - messes, motets, Requiems, psaumes, des hymnes, des oratorios. Il a aussi écrit des symphonies, des ouvertures et de la musique de chambre. À l'occasion de l'exécution du Requiem de Mozart lors des funérailles de Ludwig van Beethoven, il a composé un Libera me qui n'appartient pas aux textes liturgiques de la Missa pro defunctis, dans lequel il reprend des thèmes de l'œuvre de Mozart.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1037
  2. a, b, c et d Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1301
  3. Elisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 878 p. (ISBN 9 782213 624341), p. 346

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]