Ignacio Piñeiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ignacio Piñeiro
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
La HavaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Label

Ignacio Piñeiro, né le 21 mai 1888 à La Havane et mort dans la même ville le 12 mars 1969, est un musicien cubain dont le nom est attaché à l’orchestre Septeto Nacional (en). il a écrit quelque 327 œuvres, principalement des sons cubains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ignacio Piñeiro est né à La Havane le 21 mai 1888[1]. Il a passé son enfance dans le quartier populaire de Pueblo Nuevo, où il a terminé ses études primaires et a commencé à s'intéresser à la musique en participant à des chorales d'enfants.

Il a commencé sa carrière artistique avec les touches et le groupe de guaguancó El Timbre de Oro , plus tard il a dirigé Los Roncos de Pueblo Nuevo[2].

En 1926, Ignacio Piñeiro fait partie du groupe Sexteto Occidente de Maria Teresa Vera qu’il accompagne à New York. De retour à Cuba en 1927 il fonde le Septeto Nacional (en)[3]. Le nom indiquait que, contrairement au Sexteto Habanero, créé deux ans plus tôt, l’orchestre incorporait des musiciens originaires de tout le pays.

Mi-1929, il se rend à l'Exposition ibéro-américaine, restant en Espagne pendant une période de trois mois pour enregistrer et diverses présentations. Le succès obtenu à Séville fait de cette présentation du " Septeto Nacional " une consécration, mais c'est aussi une révélation pour le public espagnol[4],[5].

Ignacio Piñeiro jouait de la contrebasse et composait les principaux titres du répertoire, principalement des rumbas et du son. Pour raisons financières, il quitta le groupe en 1935, et le trompettiste Lazaro Herrera en prit la direction jusqu’à sa dissolution en 1937. À partir de 1954 le groupe se recréa à plusieurs occasions sous la direction de son créateur. Plusieurs de ses compositions furent chantées par des salseros comme Ray Barretto (Don lengua) et Rene Alvarez (A la lae la la).

En 1999, Piñeiro a été intronisé à titre posthume au Temple de la renommée internationale de la musique latine[6].

Quelques compositions[modifier | modifier le code]

  • Donde estabas anoche
  • Don lengua
  • Esas no son cubanas
  • A la lae la la
  • Mentira
  • Bardo
  • No jueges con los santos
  • Las cuatro palomas
  • Noche de conga.
  • Coco mai mai.
  • Suavecito
  • Echale salsita (certains y voient l'origine du mot "salsa" mais ce point est sujet à discussions) (le refrain a été repris par George Gershwin pour son morceau Ouverture cubaine !)[7].
  • Lindo Yambu
  • El Son hay que llevarlo en el corazón
  • Asturias, Patria querida (paroles, 1926) - Le folkloriste Fernando de la Puente Hevia considère que l'origine des paroles est à Cuba. Il soutient aussi qu'Ignacio Piñeiro écrit les paroles de cette chanson en l'honneur de son père, qui était asturien et était retourné dans les Asturies pour y mourir en 1926[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « IGNACIO PIÑEIRO » (consulté le )
  2. (es) Ignacio PiñeiroUno de los más importantes músicos cubanos NombreIgnacio Piñeiro MartínezNacimiento21 de mayo de 1888La Habana et CubaFallecimiento12 de marzo de 1969La Habana, « Ignacio Piñeiro - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  3. (en) « Septeto Nacional and Ignacio Piñeiro », sur afrocubaweb.com (consulté le )
  4. « Carrefour des Amériques - #18 : Maurice Ravel et ses amis cubains à Paris », sur Musiq3, (consulté le )
  5. « Septeto Nacional, Ignacio Pineiro - Cubalatina », sur www.cubalatina.com (consulté le )
  6. (en) « Graciela Peréz Grillo Biography, Songs, & Albums », sur AllMusic (consulté le )
  7. Last Night in Orient- LNO ©, « Echale Salsita · Ignacio Piñeiro », sur Last Night in Orient (consulté le )
  8. « «Sobre el «Asturias, patria querida»» de José Ignacio Lajara - Cartas de los lectores en La Nueva España - Diario de Asturias », sur mas.lne.es (consulté le )
  9. Last Night in Orient- LNO ©, « Asturies, Patria querida : "L'himnu más guapu de tolos que nel mundu se canten y sienten" », sur Last Night in Orient (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]