Ignace Casimir Goube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ignace Casimir Goube
Fonctions
Maire de Rouen
13 messidor an III25 brumaire an IV
Prédécesseur G. A. Lequesne (fils)
Successeur Louis Lézurier de La Martel
Biographie
Nom de naissance Ignace Joseph Casimir Goube
Date de naissance
Lieu de naissance Valenciennes
(paroisse Notre-Dame de la Chaussée]
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Mont-Saint-Aignan
Nationalité française
Père Jean-Baptiste Goube
Mère Marie Claire Durand
Conjoint Jeanne Eugénie Leboullenger
Profession Avocat

Ignace Casimir Goube est un maire de Rouen sous la Révolution.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ignace Joseph Casimir Goube naît le à Valenciennes, paroisse Notre-Dame de la Chaussée, de Jean-Baptiste Goube, receveur de l'archevêché de Cambrai et de Marie Claire Durand. Son grand-père paternel est François Joseph Ignace Goube, marchand brasseur et son grand-père maternel est Romain Durand, chirurgien major de Valenciennes. Il a un frère, Louis César, curé de Saint-Hildevert de Gournay en 1792, qui abdiquera le 6 frimaire an II ses fonctions de curé et de prêtre. Il se mariera et ira s'installer dans la région nantaise. Ignace Casimir Goube se marie avec Jeanne Eugénie Leboullenger avec qui il aura au moins une fille.

Élève du collège des Jésuites, il est reçu avocat en 1770. Il est appelé la même année par Monsieur de Château-Giron, directeur des fermes à Rouen où il s'établit. Il devient receveur général des gabelles jusqu'en 1787-1788.

Enfermé comme suspect pendant la Révolution, il sort de prison après le 9 thermidor. Libre, il prend la tête de la municipalité de Rouen le 13 messidor an III, qu'il occupe jusqu'au 25 brumaire an IV. Il devient ensuite administrateur des hospices.

Sous le Concordat, il est nommé conservateur du 3e arrondissement forestier.

Il contribue à la création de la Caisse d'épargne de Rouen puis à la réorganisation et au rétablissement en 1819 de la Société centrale d'agriculture de Seine-Inférieure, dont il sera le secrétaire perpétuel. Il sera de 1819 à 1831 un des principaux rédacteurs du journal publié par la Société d'agriculture.

Vers la fin 1830, il se retire à Mont-Saint-Aignan où il meurt .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Traité de la physique végétale des bois, Paris, 1801.
  • Traité de la vie et de l'organisation des plantes, Rouen, Mégard, 1810.
  • Histoire du duché de Normandie, Rouen, Mégard, 1815 (3 vol.).

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix Clérembray (préf. Georges Dubosc), La Terreur à Rouen, 1793, 1794, 1795 : d’après des documents inédits, Rouen, Lestringant, , 7, ix, 603 p., 25 cm (OCLC 12774637, lire en ligne), p. 280.
  • J. G., « Biographie - M. Goube » dans Revue de Rouen et de Normandie, Volume 9, Rouen, Nicétas Périaux éditeur, 1841, p. 358-360, lire en ligne

Sources[modifier | modifier le code]