Ifoghas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ifoghas (homonymie).

Les Ifoghas (variantes ː Ifughas, Ifoughas, Iforas , "Ifuraces"; sing. Afaghis) sont un ensemble de tribus touarègue maraboutique nobles détenant la chefferie suprême de l'Adagh éponyme ("Tamenoukala") composé de cinq tribus historiques revendiquant un ancêtre commun, Mohamed El Makhtar Aïtta[1] très influentes au Mali et au Niger; a l'origine de la première rébellion touareg post-colonial de l'histoire, dans la région de Kidal en 1962/1963 -déclenché par l'amenokal des Ifoghas en la personne de Zeïd Ag Attaher et a été déchu de son statut d'amenokal par la tribu en conséquence- et des rébellions qui en suivirent.

Ils sont établis au Mali, dans la région de Kidal,dans les daïra de Tinzaouatin (Wilaya de Tamanrasset) et Timiaouin (Wilaya d'Adrar) dans l'Adrar des Ifoghas de part et d'autre de la frontière algero-malienne , au Gourma dans les regions de Tombouctou/Gao; dans l'Azawagh (inclut dans la noblesse Iwillimiden Kel Ataram); en Algérie dans la noblesse Ihaggaren et aussi dans l'Ajjer; au Niger dans la vallée de Tidene région d'Agadez; au Burkina-Faso dans l'Oudalan.

Ce sont essentiellement des pasteurs nomades à cheval sur les 5 pays d'Afrique ou il y'a des Touaregs; ce qui en fait une des tribus touaregue les plus répartie au Sahel/Sahara avec les Imghads; dont il partage beaucoup de points communs surtout celui de savoir si leurs noms respectifs sont-ils des statuts sociales ou des noms propres? Le débat fait rage aussi bien chez les spécialistes que chez des Touaregs ordinaires.

Fractions Ifoghas[modifier | modifier le code]

Selon Ibn Khaldoun, les Azguez, dont les Ifoghas sont formés par les Banou Ifren du Hoggar, sont divisés en trois groupes : les n'Oukiren, les n'Irdad (oiseaux), les n'Ettedel (tambours)[2]. Par contre, Cauvet s’étonne que l'histoire de cette tribu fut oubliée par eux et pourtant ils ont joué un grand rôle lors des Byzantins, alors que la tradition orale révèle une autre attache à partir du XVIe siècle, ce que Maurice Cortier a rassemblé en 1908 ou Dida Badi en 2002[3]. Le mot Ifoghas désigne un statut social avant d’être un nom propre, selon H. Claudot-Hawad[4] Les tribus Ifoghas vivant dans l'adrar des Ifoghas :

  • Les Kel Afella (« ceux du nord »), tribu de l'amenokal de l'Adagh qui détiennent l'ettebel et la chefferie suprême ou les Ifoghas à proprement parler, aussi appelé "Kel Tabankort" dans le Cercle de Tin-essako, leur fief.
  • Les Kel Taghlit
  • Les Kel Ouzzeyn
  • Les Ifergoumessen
  • Les Iriyaken

Personnalités Ifoghas[modifier | modifier le code]

POLITIQUES ET MILITAIRES

ARTISTIQUES

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://web.archive.org/web/20050831225430/www.kidal.info/docs/mythe.doc
  2. Mémoires de la Société de géographie de Genève. Société de géographie de Genève, Société de géographie de Genève. Publié par Société de géographie de Genève, p. 46, 1862 Version du livre en ligne
  3. Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle, Charles Grémont, p.105 livre en ligne
  4. Encyclopédie berbère, D. Badi, p. 3649-3657, 24 Ida – Issamadanen, Gabriel Camps livre en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lagarde, « La nomadisation des Ifoghas et son contrôle », in Edmond Bernus, Pierre Boilley, Jean Clauzel, Jean-Louis Triaud et al., Nomades et commandants. Administration et sociétés nomades dans l'ancienne AOF, Karthala, Paris, 1993, p. 113-120 (ISBN 2865374203)

Articles connexes[modifier | modifier le code]