Ifoghas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ifoghas (homonymie).

Les Ifoghas (variantes ː Ifughas, Ifoughas, Iforas ; sing. Afaghis) sont une tribu touarègue noble maraboutique et zénète revendiquant un ancêtre commun, Mohamed El Makhtar Aïtta[1]. Il sont établis au Mali, dans la région de Kidal, dans l'Adrar des Ifoghas, en Algérie et au Niger dans la vallée de Tidene. Ce sont essentiellement des pasteurs nomades.

Fractions Ifoghas[modifier | modifier le code]

Selon Ibn Khaldoun, les Azguez, dont les Ifoghas sont formés par les Banou Ifren du Hoggar, sont divisés en trois groupes : les n'Oukiren, les n'Irdad (oiseaux), les n'Ettedel (tambours)[2]. Par contre, Cauvet s’étonne que l'histoire de cette tribu fut oubliée par eux et pourtant ils ont joué un grand rôle lors des Byzantins, alors que la tradition orale révèle une autre attache à partir du XVIe siècle, ce que Maurice Cortier a rassemblé en 1908 ou Dida Badi en 2002[3]. Le mot Ifoghas désigne un statut social avant d’être un nom propre, selon H. Claudot-Hawad[4] Les tribus Ifoghas vivant dans l'adrar des Ifoghas :

  • Les Kel Afella (« ceux du nord »), tribu de l'amenokal de l'Adagh.
  • Les Kel Taghlit
  • Les Taghat Mallet, eux-mêmes divisés en Kel Telabit et Kel Oukkenek[5]
  • Les Kel Essouk (tribu maraboutique)
  • Les Kel Ouzzeyn
  • Les Ifergoumessen
  • Les Iriyaken

Personnalités Ifoghas[modifier | modifier le code]

ARTISTES

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://web.archive.org/web/20050831225430/www.kidal.info/docs/mythe.doc
  2. Mémoires de la Société de géographie de Genève. Société de géographie de Genève, Société de géographie de Genève. Publié par Société de géographie de Genève, p. 46, 1862 Version du livre en ligne
  3. Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle, Charles Grémont, p.105 livre en ligne
  4. Encyclopédie berbère, D. Badi, p. 3649-3657, 24 Ida – Issamadanen, Gabriel Camps livre en ligne
  5. Sadou Bocoum, « Modibo Keita et sa mauvaise gestion de la rébellion de 1963: L’homme par qui les malheurs du Mali continuent… », sur abamako.com, (consulté le 20 octobre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lagarde, « La nomadisation des Ifoghas et son contrôle », in Edmond Bernus, Pierre Boilley, Jean Clauzel, Jean-Louis Triaud et al., Nomades et commandants. Administration et sociétés nomades dans l'ancienne AOF, Karthala, Paris, 1993, p. 113-120 (ISBN 2865374203)

Articles connexes[modifier | modifier le code]