Idris II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idris.
image illustrant le Maroc image illustrant le Maghreb
Cet article est une ébauche concernant le Maroc et le Maghreb.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Idris ben Idris ben Abdellah
« Idris al-Azhar »
Titre
Émir du Maghreb al-Aqsa
10 rabiâ I 188 AH[1] – 12 joumada II 213 AH[2]
()
25 ans 6 mois et 2 jours
Prédécesseur Idris ben Abdellah ben Hassan
Successeur Mohammed ben Idris ben Idris
Biographie
Dynastie Idrissides
Date de naissance 3 rajab 177 AH[1] ()
Lieu de naissance Volubilis
Date de décès 12 joumada II 213 AH ()[2]
Lieu de décès Fès
Sépulture Mausolée de Moulay Idris, Fès
Père Idris ben Abdellah ben Hassan
Mère Kenza bent Ishaq ben Abdelhamid

Moulay Idrîs II (arabe : إِدرِيس بن إِدرِيس بن عَبد اللَّه بن الحَسَن [idrīs ben idrīs ben `abd allah ben al-ḥasan]), né à Walili (Volubilis) au Maroc trois mois après la mort de son père en 791, est un émir idrisside. Il prit le pouvoir à onze ans. Il est mort en 828.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la mort d'Idrîs Ier le 1er rabiâ II 177 AH[3] (), sa femme Kenza al-Awrabiya (fille d'Ishaq ben Abdelhamid, chef de la tribu berbère des Awarbas) est enceinte. Trois mois plus tard, elle met au monde un garçon qui reçut le nom d'Idrîs.

Râchid (arabe : رَاشِد [rāšid]), un client affranchi d'Idrîs Ier qui l'avait accompagné dans son exil depuis Bagdad jusqu'au Maroc, va exercer une sorte de régence avec Abû Khalil al-`Abdîy. Idrîs II grandit sous la protection de Râchid, de sa mère et des Berbères.

À onze ans il est proclamé héritier du pouvoir de son père, mais c'est le compagnon de son père Rashid qui avait le pouvoir en attendant la majorité d'Idrîss II. Mais loin de s'appuyer sur les Berbères il préféra le soutien des arabes. En 808, il fit assassiner l'un des chefs berbères qui l'avait soutenu. Ne se sentant plus en sécurité à Walili (Volubilis), il se réfugia à Fès. La ville fondée par Rashid se développait sur la rive droite de l'oued Fès (quartier des Andalous), il préféra s'installer sur la rive gauche fondant le quartier de Kairouan.

Ces deux villes jumelles virent leur population augmenter assez rapidement avec l'afflux d'exilés en provenance de Cordoue et de Kairouan.

Idriss II imposa sa souveraineté sur tout le Maghreb El Aqsa. Il forma un corps d'élite de plus de cinq cents guerriers arabes aguerris. Ceux-ci contribuèrent à établir son autorité et à conquérir de nouveaux territoires. Le royaume s'agrandit à vue d'œil.

Le nouveau souverain agrandit Fès. En 814 (199 de l'Hégire), comme son père, il marcha sur Tlemcen et se maria avec une descendante du frère d'Idriss I, Souleyman le prince de Tlemcen. Il y séjourna trois années et rebâtit la mosquée.

Berbères et Zenata sont soumis, le roi supprime le kharidjisme et se trouve à la tête d'un royaume qui s'étend de Souss El Aqsa jusqu'au Chélif. Haroun ar-Rachid s'en mord les doigts[évasif]. Il eut douze enfants mâles: Mohammed, Abdoullah, Aïssa, Idriss, Ahmed, jaâfar, Yahia, Qassim, Omar, Ali, Daoud et Hamza.

Idriss II mourut en 828 (213 de l'Hégire), à l'âge de trente-six ans. Cette mort subite donna lieu à beaucoup de spéculations. Certains pensent qu'il a été empoisonné[Qui ?]. Son fils Muhammad ben Idris lui succéda.

Le tombeau[modifier | modifier le code]

Entrée du mausolée d'Idris II dans la médina de Fès (Maroc)

Vers 1458, son tombeau, que l'on croyait jusque-là à Walili avec son père, fut découvert dans la médina de Fès par le vizir wattasside Zakarîyâ Yahyâ du sultan mérinide `Abd al-Haqq. Zakarîyâ Yahyâ pensait en faire une opération politique à son profit, mais ce fut un descendant d'Idrîs qui en profita pour se faire proclamer sultan de Fès.

Fes Mausoleum Innenraum copy.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « مظاهر الثقافة في عهد الأدارسة: فاس مدينة الشعر والشعراء -1-  », dans: دعوة الحق, no. 145 [1]
  2. a et b « أبعاد الحضارة المغربية في إفريقيا والبحر الأبيض المتوسط والمحيط الأطلسي -2- », dans: دعوة الحق, no. 181 [2]
  3. «  لمحة مضيئة حول نشأة الدولة الإدريسية بالمغرب », dans: دعوة الحق, no. 286 [3]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]