Idris Davies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Idris Davies
Naissance
Rhymney, près de Merthyr Tydfil, sud du pays de Galles
Décès (à 48 ans)
Rhymney, près de Merthyr Tydfil, sud du pays de Galles
Activité principale
Poète, mineur, enseignant.
Auteur
Langue d’écriture Gallois, anglais

Idris Davies (6 janvier 1905 - 6 avril 1953) est un poète gallois. Né à Rhymney, près de Merthyr Tydfil au Sud du Pays de Galles, il s'investit dans la poésie, écrivant d'abord en gallois, mais plus tard exclusivement en anglais.

Il est le seul poète à couvrir les événements significatifs du début du XXe siècle dans les vallées et le pays minier du sud du pays de Galles, en direction du travail de la mine. Il est surtout connu pour les vers de « Bells of Rhymney », de son « Gwalia Deserta » de 1938 signifiant littéralement « Wasteland of Wales » (Terres en friche du pays de Galles)) qui furent plus tard adaptés en chanson populaire.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

La Rhymney Valley au sud du pays de Galles.
Memorial (en Anglais et Cymraeg), Victoria Road, Rhymney

Davies est né au 16, Field Street, Rhymney, Monmouthshire. Il est le fils du responsable gallois des élévateurs des houillères, Evan Davies et de sa femme Elizabeth Ann[1]. Après avoir quitté l'école locale à l'âge de quatorze ans, Davies a travaillé sous terre pendant les sept années suivantes comme mineur dans la fosse McLaren voisine à Abertysswg et plus tard à Maerdy Pit, Pontlottyn. Après un accident dans lequel il perd un doigt sur le front de taille et une participation active à la grève générale de 1926, la fosse ferme et il se trouve sans emploi. Il passe les quatre années suivantes à suivre ce qu'il appelle "le long et solitaire chemin d'auto-apprentissage"[1], sensibilisé à la poésie de Shelley par un autre collègue mineur[2].

Il se forme au métier d'enseignant grâce à des cours au Loughborough College et à l'Université de Nottingham. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il occupe des postes d'enseignant dans diverses écoles de Londres où il se lie d'amitié avec Dylan Thomas. Avant la publication de son premier livre en 1938, le travail de Davies paraît dans le Western Mail, le Merthyr Express, le Daily Herald, le Left Review et le Comment (un périodique hebdomadaire de poésie, de critique et de nouvelles, édité par Victor Neuburg et Sheila Macleod). [citation nécessaire]

En 1947, il retourne enseigner dans une école de la Rhymney Valley[3]. Les poèmes de sa deuxième anthologie, publiés par Faber and Faber en 1945, ont été sélectionnés par T. S. Eliot. Eliot pensait que les poèmes de Davies avaient une prétention à la permanence, les décrivant comme « le meilleur document poétique que je connaisse sur une époque particulière dans un lieu particulier »[1].

Son dernier recueil, « Selected Poems », a été publié peu de temps avant sa mort. À cette époque, Dylan Thomas écrit à Davies une lettre étonnamment touchante. Thomas avait lu The Bells of Rhymney dans le cadre d'un St. David's Day, diffusé à la radio, mais a déclaré qu'il ne pensait pas le poème particulièrement représentatif de l'œuvre de Davies car il ne manifestait pas assez sa colère[4].

Mort et héritage[modifier | modifier le code]

Mémorial à Idris Davies à Rhymney.

Davies est décédé d'un cancer de l'abdomen, à l'âge de 48 ans, chez sa mère au 7, Victoria Road, Rhymney, le lundi de Pâques 6 avril 1953. Il a été enterré au cimetière public de Rhymney[1]. Des plaques commémoratives se trouvent Victoria Road[5] et à la bibliothèque municipale[2].

Après sa mort, plus de deux cents de ses poèmes manuscrits, une courte pièce de théâtre ainsi que les manuscrits de ses « journaux de guerre » complets ont été déposés à la Bibliothèque nationale du Pays de Galles à Aberystwyth. Plus tard, davantage de ses poèmes non publiés et la plupart de sa prose - un roman inachevé, des essais, des notes de cours et certaines de ses lettres - ont été trouvés. Certains de ces documents ultérieurs sont apparus à titre posthume dans « The Collected Poems of Idris Davies » (1972); « Idris Davies » (1972) et « Argo Record No. ZPL.1181: Idris Davies » (1972)[1].

Une sculpture commémorative moderne a été érigée à Rhymney, avec une inscription « When April came to Rhymney with shower and sun and shower » (« Quand avril est venu à Rhymney avec averse et soleil et averse » - la première ligne de son poème « Rhymney »[6].

En septembre 2006, sa tombe rénovée a été dévoilée, lors d'un service de « ré-inauguration », dans le cimetière de la ville[7].

Points de vue[modifier | modifier le code]

Le frontispice de l'éditeur de « Gwalia Deserta » fournit un résumé des sentiments de Davies[Note 1].

Dans un journal, Davies écrit : « Je suis socialiste. C'est pourquoi je veux autant de beauté que possible dans notre vie quotidienne, et je suis donc un ennemi de la pseudo-poésie et du pseudo-art de toutes sortes. Trop de poètes de la gauche, comme ils se nomment eux-mêmes, ont grandement besoin d'être informés de la différence entre la poésie et la propagande ... Ces gens devraient lire William Blake sur l'imagination jusqu'à ce qu'ils en montrent des signes de compréhension. L'air redeviendra clair et la terre sera, sinon pleine d'elle, digne de la chanson. »[8].

Travaux[modifier | modifier le code]

Gwalia Deserta XXXVI

In the places of my boyhood
The pit-wheels turn no more,
Nor any furnace lightens
The midnight as of yore.

The slopes of slag and cinder
Are sulking on the rain,
And in derelict valleys
The hope of youth is slain.

And yet I love to wander
The early ways I went,
And watch from doors and bridges
The hills and skies of Gwent.

Though blighted be the valleys
Where man meets man with pain,
The things by boyhood cherished
Stand firm, and shall remain.

Gwalia Deserta (1938)

.

Le premier volume publié de Davies est l'ouvrage poétique de 1938, Gwalia Deserta. Les vers qu'il contient sont inspirés en partie par des catastrophes minières telles que celle de Marine Colliery à Cwm près de Ebbw Vale en 1927, par l'échec de la Grève générale de 1926 au Royaume-Uni, la Grande Dépression au Royaume-Uni et leurs effets combinés sur les vallées du sud du Pays de Galles.

Les vers de Bells of Rhymney, peut-être l'œuvre la plus connue de Davies, figurent dans la partie XV du livre. Les strophes suivent le modèle de la bien connue comptine "Oranges et citrons". À la fin des années 1950, les vers ont été adaptés en une chanson folklorique par Pete Seeger et sont devenus un standard folk rock. La chanson, intitulée "The Bells of Rhymney", a été reprise par beaucoup d'autres depuis. Plus récemment, certaines des autres strophes de Davies de « Gwalia Deserta » ont également été mises en musique par l'interprète gallois Max Boyce comme la chanson « When We Walked to Merthyr Tydfil in the Moonlight Long Ago ».

En février 2010, le travail de Davies a été mentionné par le député David T. C. Davies du Parti conservateur et Hywel Williams, le député Plaid Cymru, lors d'un débat parlementaire sur les soins de santé au Pays de Galles[9].

L'album de 2017, Every Valley, du groupe londonien de Rock alternatif (Public Service Broadcasting band), comprend une version de Gwalia Deserta XXXVI mise en musique et rebaptisée Turn No More. Elle est interprétée par le chanteur de Manic Street Preachers, James Dean Bradfield[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

De son vivant :

  • Gwalia Deserta (literally Wasteland of Wales) (1938) Dent
  • The Angry Summer: A Poem of 1926 (1943) Faber and Faber
  • Tonypandy and other poems (1945) Faber and Faber
  • Selected Poems (1953) Faber and Faber

Publications posthumes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « L'auteur de cette séquence lyrique est ému d'une belle indignation née de l'expérience. Son poème est donc le tollé d'une communauté autant que celui d'un individu. Il exprime les espoirs, la trahison et la souffrance des habitants du Sud. Pays de Galles. Il a la simplicité d'une chanson folklorique, d'une chanson folklorique moderne riche de l'idiome et de l'image de la scène contemporaine et de la vision de la vie. Ces chansons sonnent vraies et leur attrait est plus que littéraire. L'auteur prend sa place avec les poètes gallois comme WH Davies et Huw Menai comme étant autorisé par son peuple à chanter pour eux, et à montrer au monde en musique ce qu'ils ont souffert et souffrent encore en réalité »
    "The author of this lyrical sequence is moved by a fine indignation born of experience. His poem, therefore, is the outcry of a community as well as that of an individual. It expresses the hopes, betrayal, and suffering of the people of South Wales. It has the simplicity of folksong, of a modern folksong rich with the idiom and image of the contemporary scene and outlook on life. These songs ring true and their appeal is more than a literary one. The author takes his place with Welsh poets such as W. H. Davies and Huw Menai as one authorised by his people to sing for them, and to show the world in music what they have suffered and are still suffering in actuality"

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Davies, Idris (1905–1953) Biography », Welsh Biography Online (consulté le )
  2. a et b (en) A Carol for the Coalfield and other poems (2002) Gwasg Carreg Gwalch, Corgi Series (ed. Meic Stephens); (ISBN 0-86381-702-5).
  3. (en) « Track leading to Blaen-Rhymney (C) Robin Drayton », geograph.org.uk (consulté le )
  4. (en) Idris Davies, « Welcome to Rhymney: Stage 2 of 13 » [archive du ], Poetspriestsandpubs.org
  5. (en) « Plaque, Victoria Road (C) Robin Drayton », geograph.org.uk (consulté le )
  6. (en) « Memorial to Idris Davies », sur geograph.org.uk (consulté le )
  7. (en) Darren Devine, « Fresh memorial to miner-poet Idris », Wales Online, (consulté le ).
  8. (en) Daniel G. Williams, Black Skin, Blue Books: African Americans and Wales, 1845-1945, University of Wales Press, (ISBN 9780708319871, lire en ligne), p. 105
  9. (en) « 25 Feb 2010: Column 513 in Hansard » (consulté le ).
  10. (en) Jude Rogers, « Public Service Broadcasting: 'We wanted to do something on a more human level' », sur the Guardian, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]