Idiomatisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Sur les autres projets Wikimedia :

En linguistique, est un idiomatisme ce qui relève des singularités propres à une langue en particulier. L'adjectif correspondant est idiomatique[1].

La structure d’une langue (grammaire et syntaxe) est souvent fondamentalement arbitraire et propre à elle-même ou à une famille de langues spécifiques. En anglais par exemple, bien qu’il soit « idiomatique » (accepté en tant que structurellement correct) de dire « cats are associated with agility », d’autres formes auraient pu se développer, telles que « cats associate toward agility » ou bien « cats are associated of agility ». Les constructions non idiomatiques, bien qu’elles soient tout à fait compréhensibles, ont une consonance de solécisme pour les gens parlant couramment la langue. Par exemple, le titre du célèbre livre English As She Is Spoke se comprend facilement, mais diffère de l'expression grammaticalement correcte en anglais (English As It Is Spoken) par le genre du pronom et par la flexion du verbe.

Considérations émiques et étiques[modifier | modifier le code]

Les locuteurs natifs monolingues vivant dans un environnement insulaire et monolingue ne sont pour la plupart pas conscients du caractère idiomatique (la qualité ou l’état d’une construction correspondant aux conventions idiomatiques de la langue donnée), parce qu’ils ne conçoivent pas ou n’ont jamais entendu d’autres structures possibles. L’exception principale se produit lorsqu’ils entendent leurs enfants acquérir la langue en expérimentant naturellement, lorsqu’ils rencontrent des erreurs d’accord ou de temps, par exemple (« Je va voir les chevals » au lieu de « Je vais voir les chevaux »). Cette corrélation nous permet de comprendre que le solécisme a une consonance « enfantine » ou « déficiente » pour les natifs monolingues. Cependant lorsque des adultes étudient une langue étrangère, ils prennent conscience naturellement de la dimension idiomatique (ou son absence) et commencent à avoir une compréhension plus mûre de celle-ci, tandis que leur cerveau travaille à éviter les détails structurels qui diffèrent des détails de la langue en question. En anglais par exemple, utiliser un article indéfini est idiomatique lorsque l’on parle de la profession de quelqu’un (I am a plumber; she is an engineer), alors qu’en français et bien d’autres langues, ces articles ne sont pas utilisés dans ce contexte (je suis plombier ; elle est ingénieur). En conséquence, un étranger qui apprend le français doit admettre et accepter ce fait pour le parler couramment.

Une réaction typiquement viscérale chez les débutants qui apprennent une langue étrangère est celle qui consiste à penser « Notre langue est plus logique », tandis que les étudiants avancés (ceux qui deviennent polyglottes) finissent par comprendre que dans la plupart des cas ces constructions ne sont pas intrinsèquement plus ou moins logiques— elles ont juste une logique différente et sont propres à une langue ou à une ramification de langues de la même famille. Dans l’exemple donné, un francophone « justifiera » le manque idiomatique d’un article défini en arguant qu’il est logiquement superflu ; on n’a pas besoin de dire : « elle est une ingénieur [discret - se dit d'une unité faisant partie d'un système et que l'on peut isoler, délimiter.] », parce qu’il est déjà évident que cette personne correspond au caractère « discret » linguistique. De telles « explications logiques » (ou qui semblent logiques) finissent par être homologuées comme courantes. Peu importe si personne ne peut trouver ou être en accord avec une logique derrière quelque facette idiomatique de langage que ce soit, c’est de fait la forme correcte, par convention normative. Souvent, les personnes étudiant une langue ne peuvent s’empêcher de penser à ce genre d’« explications logiques » pendant le processus d’acquisition de langue étrangère.

Expression idiomatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : idiotisme.

Un idiotisme[2] ou expression idiomatique est une construction ou une locution particulière à une langue, qui porte un sens par son tout et non par chacun des mots qui la composent. Il peut s'agir de constructions grammaticales ou, le plus souvent, d'expressions imagées ou métaphoriques. Un idiotisme est en général intraduisible mot à mot, et il peut être difficile, voire impossible, de l'exprimer dans une autre langue.

Par exemple, l'expression « elle le mène par le bout du nez » (signifiant « elle le contrôle », « elle fait ce qu’elle veut de lui ») est idiomatique car par convention, elle appartient à la langue française, qu’on puisse déterminer ou non son origine logique, le contexte dans lequel elle fut inventée (injustifiable), et sans considération pour sa traduction littéraire vers une autre langue (spécifique).

Faux-ami[modifier | modifier le code]

En anglais, un idiomatisme est qualifié d'idiom. En français, le terme idiome désigne une langue particulière[3].

Références[modifier | modifier le code]