Idi-ilum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Idi-ilum
Description de cette image, également commentée ci-après
Statue d'Idi-ilum au musée du Louvre à Paris, AO 19486
Naissance XXIIe siècle av. J.-C.
Décès XXIIe siècle av. J.-C.
Profession
shakkanakku

Idi-ilum est un shakkanakku[note 1] ou un gouverneur affranchi de la tutelle akkadienne de la cité antique de Mari du XXIIe siècle av. J.-C.. Si les premiers shakkanakku sont mis en place par la dynastie akkadienne après le sac de la ville par Sargon ou son petit-fils Naram-Sin vers -2300, ces gouverneurs vont peu à peu gagner leur indépendance vis-à-vis du pouvoir central et créer leur propre dynastie, celle des shakkanakku.

La statue du musée du Louvre[modifier | modifier le code]

Une statue comportant une dédicace du shakkanakku Idi-ilum est conservée au musée du Louvre à Paris (France). Elle comporte une inscription cunéiforme en akkadien dont la traduction pourrait être « Idi-ilum, sakkanakku de Mari, à Ishtar (ou Innana), sa statue, a voué. Celui qui cette inscription ferait disparaître, que Ishtar (ou Innana) sa race supprime. »[1]. La statue est découverte brisée dans la cour 148 du palais royal de Mari[2]. Cette statue achéphale porte une tunique drapée luxueuse et bordée d'une frange terminée par des glands, retenue à la taille par une ceinture inconnue en Mésopotamie[2]. Cette statue a peut-être fait l'objet d'un culte postérieur, à l'époque du roi Zimri-Lim (début du XVIIIe siècle av. J.-C.), culte appelé kipsum, dont les statues étaient positionnées dans la salle du trône du complexe palatal, face au roi sur une tribune[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ou šakkanakku

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parrot André. Les fouilles de Mari. In: Syria. Tome 19 fascicule 1, 1938. p. 17
  2. a b et c « La Statuette d'Idi-Ilum », sur Musée du Louvre (consulté le 12 janvier 2014)