Idas et Lyncée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans la mythologie grecque, Idas et Lyncée (en grec ancien Ἴδας καὶ Λυγκεύς / Ídas kaì Lugkeús) sont les fils d'Apharée, roi de Messénie, et d'Aréné. Ils sont parfois désignés sous le nom d’« Apharétides » en référence à leur père.

Mythes[modifier | modifier le code]

Les yeux de Lyncée[modifier | modifier le code]

Lyncée était le pilote du navire Argo lors de l'expédition des Argonautes. Ses regards, capables de percer les nuages les plus noirs et les murailles les plus épaisses[1] comme de traverser buissons, bois et rochers, lui permettaient de voir ce qui se passait au ciel et dans les enfers[2] (de là viennent en partie, par paronymie, la vue exceptionnelle attribuée dès l'Antiquité au lynx[3] et l'expression populaire d'« œil de lynx »[2]) :

« Non possis oculo quantum contendere Lynceus...[4] »

Selon les Histoires incroyables de Palaiphatos, la légende qui attribue à Lyncée la capacité de voir même ce qui se trouve sous terre vient de ce qu'il s'occupa d'extraction de métaux, remontant des sacs de cuivre et de fer du sous-sol où il s'éclairait au moyen de lampes qu'il y avait placées.

Le choix de Marpessa[modifier | modifier le code]

Marpessa fut l'épouse d'Idas, mais Apollon l'enleva et ils vécurent un temps ensemble.

Quand Zeus lui demanda de choisir entre ses deux soupirants, elle revint à Idas.

Le combat contre Castor et Pollux[modifier | modifier le code]

Idas et Lyncée moururent au cours d'un combat contre leurs cousins Castor et Pollux. Lyncée ayant osé disputer à Castor (selon certaines versions ; selon d’autres à Hilaire) un troupeau de génisses, les Dioscures s'étaient emparé du bétail des deux Apharétides[5]. Idas et Lyncée s'embusquèrent sur les hauteurs du Taygète. Ayant aperçu Castor à travers les branches d'un chêne, Lyncée le désigna à Idas, qui le tua. Pollux se précipita à leurs trousses et tua Lyncée. Idas lança une pierre sur Pollux qui mourut. Alors Zeus foudroya Idas et ramena Pollux avec lui[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fables de Pollux.
  2. a et b Gilles Henry, Petit Dictionnaire des expressions nées de l'Histoire, Tallandier, , 256 p. (ISBN 9791021027411, lire en ligne), « Avoir des yeux de lynx », p. 22-23.
  3. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Nathan, , 4833 p. (ISBN 9782321000136, lire en ligne), « Lynx ».
  4. Horace, Épîtres, I, 1, 28.
  5. Pindare, Odes [détail des éditions] [lire en ligne], Néméennes, X, vers 61 sqq.
  6. Georges Hacquard, Guide mythologique de la Grèce et de Rome, 1976[réf. incomplète].