Iceberg B-15

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir B-15.
L'iceberg B-15A, mise à jour mars 2006.
Iceberg B-15A, janvier 2005.

L'iceberg B-15 est un iceberg détaché de la barrière de glace de Ross en Antarctique en l'an 2000. C'est le plus grand iceberg dont l’existence ait été jamais enregistrée (en date de janvier 2007) avec une superficie de plus de 11 000 km2.

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de son détachement en mars 2000 sa superficie, de plus de 11 000 km², était plus grande que celle de l'île de la Jamaïque, ou encore 25 % de plus que la Corse. Il s'est brisé en plusieurs morceaux en 2002 et 2003. Le plus large de ces morceaux, nommé B-15A, a été le plus grand objet flottant au monde avec une longueur de 122 km pour 27 km de large, et couvrait une superficie de 3 100 km² soit approximativement celle du Luxembourg. En novembre 2003, après sa séparation de l'iceberg B-15J, B-15A s'est éloigné de l'île de Ross en direction des eaux libres de la mer de Ross. En décembre 2003, un petit iceberg en forme de couteau, B-15K (environ 300 km²), s'est détaché de l'iceberg principal B-15A et a commencé à dériver vers le nord.

En 2005, les courants dominants l'ont fait lentement passer la langue de glace Drygalski, la collision brisant le bord de celle-ci à la mi-avril. L'iceberg a navigué ensuite le long de la côte, quittant le détroit McMurdo jusqu'à atteindre le cap Adare de la Terre de Victoria et s'est alors brisé en de nombreux morceaux les 27/28 octobre 2005. Le plus grand d'entre eux, toujours dénommé B-15A a une surface réduite à environ 1 700 km², alors que les trois autres morceaux de grande taille ont été appelés B-15P, B-15M et B-15N.

B15-A s'est déplacé alors plus au nord, se brisant de nouveau en plusieurs morceaux. Ces derniers ont été repérés par des patrouilles aériennes de surveillance des pêches le 3 novembre 2006. Le 21 novembre, plusieurs morceaux importants ont été aperçus à 60 km des côtes de Timaru, port du sud-est de la Nouvelle-Zélande. Le plus grand mesurait environ 1,8 km de large pour 30 à 40 mètres de haut.

Effets sur l'écologie antarctique[modifier | modifier le code]

Le 10 avril 2005 B-15A a rencontré la langue de glace de Drygalski, une avancée du glacier David qui s'étire sur la côte de la région montagneuse de la terre Victoria, en emportant un morceau de 8 km2 de cette formation. Cette collision a entraîné une redéfinition des cartes de l'Antarctique.

B-15A a empêché les courants océaniques et les vents de déclencher la débâcle du pack dans le détroit de McMurdo au cours de l'été 2004/2005, ce qui a représenté un obstacle aux campagnes annuelles d'approvisionnement de trois stations de recherche. La banquise a dû entraîner un déclin très important de la population de manchots Adélie en contraignant les parents à parcourir de grandes distances pour revenir s'occuper de leurs petits. Les phoques de Weddell et les skuas habitent aussi le détroit de McMurdo et leurs populations ont dû également en souffrir.

Iceberg B-15 brisé, parties M, N et P, 31 octobre 2005, image: Defense Meteorological Satellite Program.

En octobre 2006, on rapporte qu'une tempête en Alaska qui avait eu lieu l'année d'avant a entraîné une houle qui a brisé le B15A en morceaux. Les vagues ont traversé 13 500 km depuis l'Alaska jusqu'en Antarctique en six jours. Les scientifiques étudient actuellement cet événement qui offre un bon exemple des influences climatiques à l'échelle mondiale, avec pour but également de mieux comprendre les mécanismes du réchauffement climatique[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Alaskan Storm Plays Role of Butterfly for Antarctica", All Things Considered, 5 Oct 2006. Richard Harris, National Public Radio. [1]