Ibni Oumar Mahamat Saleh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ibni Oumar Mahamat Saleh
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Ibni Oumar Saleh est un universitaire et homme politique tchadien, né le .

Depuis la fin des années 1990 et jusqu'à sa disparition en 2008, il a été le porte-parole de l'opposition au pouvoir en place au Tchad.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est né le 31 décembre 1949 à Biltine, chef-lieu de la région de Wadi Fira dans l'est du Tchad. Après des études supérieures de mathématiques à Orléans, il devient en 1978 docteur de l’Université d'Orléans. Il a été chercheur et professeur de mathématiques à l’Université de Ndjamena, et à l’initiative d’échanges inter-universitaires entre la France et le Tchad.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Sous la présidence d'Hissène Habré, il a été ministre, notamment de l'Enseignement supérieur et de la recherche, et ministre du Plan et de la coopération.

Après l'arrivée au pouvoir du président Idriss Déby, il est nommé recteur de l'Université de Ndjamena, tout en conservant des fonctions ministérielles (Coopération).

Parti pour les Libertés et le Développement[modifier | modifier le code]

En 1993, il fonde un parti politique, le PLD (Parti pour les Libertés et le Développement). Il est démis de ses fonctions de ministre du Plan et de la coopération le 17 mai 1994 par Déby[1].

Secrétaire général du Parti pour les Libertés et le Développement (PLD) et porte-parole de la coalition de l'opposition tchadienne CPDC (Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution), Ibni Oumar Saleh devient l'une des figures de l’opposition démocratique au régime du président Idriss Déby[2].

Arrestation et disparition[modifier | modifier le code]

Ibni Saleh a été enlevé le 3 février 2008 à son domicile par des militaires tchadiens[3]. À cette date avait lieu la courte mais violente bataille de N'Djamena, lors de la Guerre civile tchadienne (2005-2010). C'est après une attaque avortée des forces rebelles sur la capitale N'Djamena que les forces gouvernementales ont arrêté plusieurs leaders de l'opposition n'appartenant pas aux forces rebelles. Parmi eux figurait Ibni Saleh, ainsi que l'opposant tchadien Ngarlejy Yorongar. Ce dernier, début mars 2008 à Paris, affirmait craindre qu'Ibni Saleh ne soit "mort"[4].

Commission d'enquête[modifier | modifier le code]

À la suite dune mobilisation internationale, une commission d'enquête tchadienne a été mise en place, qui a conclu en septembre 2008 qu'Ibni Saleh était selon toute vraisemblance "décédé"[5],[6],[7].
Pour faire avancer une commission d'enquête internationale et véritablement indépendante, Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, a déposé en 2011 une question écrite demandant la déclassification des documents diplomatiques relatifs aux évènements de février 2008. En effet, la présence militaire au Tchad a joué un rôle de soutien logistique aux forces du président Déby lors de la bataille de Ndjamena[8]. Il est difficile cependant pour les autorités françaises de faire pression sur celui à qui le crime profite, en particulier depuis que la France dans son engagement militaire au Mali en janvier 2013 opère notamment à partir du Tchad[9].

Début 2013, peu d'information significative est disponible sur le sort d'Ibni Saleh depuis les jours qui ont suivi son enlèvement, malgré les efforts d'hommes politiques[10],[11] ou d'organisations venues au soutien de l'opposant et de ses proches[12],[13],[14].

Actions en justice[modifier | modifier le code]

2012 : Un rapport commandé par l'Union européenne, qui dénonce la corruption et les conditions d'enquête (obstruction) sur la mort d'Ibni Saleh, estime possible le lancement d'une procédure internationale[15].

Le 7 février 2012, la famille d’Ibni Oumar Mahamat Saleh a déposé plainte devant le Tribunal de grande instance de Paris pour enlèvement, séquestration, torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants[16] ; une première décision, confirmée en juin 2013 par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, autorise une enquête sur la disparition du porte-parole de l'opposition[17]. En 2013, la politique française en Afrique ayant eu recours aux forces tchadiennes, l'action en justice portée devant le TGI de Paris a mis François Hollande dans l'embarras[18],[19].

Suite à la demande de déclassification de documents émise par les magistrats chargés de la procédure en France, le ministre de la Défense a déclassifié les documents sollicités par les juges[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chantal Portillo a écrit un livre intitulé Que vaut la vie d'un homme ? (Éditions la passe du vent) sur Ibni Oumar Mahamat Saleh[21].

Guy Labertit : Ibni (1949-2008) : une vie politique assassinée au Tchad (Éditions Le Gri-Gri)[22].

Mohamed Saleh Ibni Oumar : Les Théorèmes d'Ibni (Éditions Cultura).

Hommage[modifier | modifier le code]

En 2009, les sociétés savantes de mathématiques SMF, SMAI et SFdS ont créé un prix Ibni Oumar Mahamat Saleh, annuel, à sa mémoire. Il est attribué à un(e) jeune mathématicien(ne) d’Afrique Centrale ou de l’Ouest et finance un séjour scientifique de quelques mois[23],[24]. Ces mêmes membres de la communauté scientifique responsables du prix Ibni Oumar Mahamat Saleh ont mis une pétition en ligne, par laquelle ils demandent la vérité sur le sort d'Ibni Saleh aux présidents de la république française et de la république du Tchad[25].

Un manuel de mathématiques intitulé les Théorèmes d'Ibni lui a été dédié par son fils cadet Mohamed Saleh Ibni Oumar, lui-même mathématicien.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "May 1994 - Civil service strike - Cabinet changes", Keesing's Record of World Events, Volume 40, May 1994 Chad, page 39996
  2. Tchad/Ibni: le PS exige la vérité lefigaro.fr
  3. Conférence de presse au Sénat sur l'affaire Ibni : Ne pas céder à la résignation ! - tchadenligne.com
  4. Dépêche AFP - 6 mars 2008
  5. Dépêche AFP - 2 septembre 2008 : Tchad/disparition Ibni: "Pas de réponse" de la commission d'enquête
  6. Dépêche AFP - 3 septembre 2008 Tchad: mort de l'opposant Ibni après avoir été arrêté par l'armée selon commission d'enquête
  7. "L’opposant Ibni Oumar Saleh serait décédé" rfi.fr 03/09/2008
  8. Affaire Ibni Oumar - Déclassification de documents diplomatiques 9 sept. 2011 prisonniers-politiques.over-blog.com
  9. Mali : la France monte en puissance dans le conflit lefigaro.fr - 15/01/2013
  10. Après le sommet de la Francophonie, les relations entre les présidents tchadien et français s’enveniment rfi.fr 17 octobre 2012
  11. France – Tchad : ce que Hollande et Déby se sont dit à Paris tchadonline.com 13 décembre 2012
  12. Amnesty International - Groupe de l'Orléanais
  13. La colère épistolaire du ministre tchadien de la Justice - L'Express 9 mars 2012
  14. La France doit continuer d’exiger la vérité sur la disparition de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh Le blog de Gaëtan Gorce : Communiqué commun de Jean-Pierre Sueur, Gaëtan Gorce, Amnesty International et de l'action des chrétiens contre la torture (ACAT)
  15. Au Tchad, l'enquête sur la mort d'Ibni Saleh se dirige vers un non-lieu liberation.fr 4 janvier 2012
  16. Tchad : après quatre années d’impunité, la famille d’Ibni Oumar Mahamat Saleh dépose plainte en France amnesty.fr 9 février 2012
  17. Tchad : l'enquête sur la disparition de l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh relancée sur rfi.fr
  18. Disparitions forcées: qu’est devenu le Tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh ? sur Le Tchadanthropus, 23/01/2014
  19. "L'Embarras de la France" par Yves Hardy sur amnesty.fr
  20. Position de la France par rapport à la disparition d'un opposant tchadien — réponse à la question écrite n° 22283 de M. Gaëtan Gorce, JO Sénat du 04/05/2017 - page 1588
  21. Livre "Que vaut la vie d'un homme" sur tchadenligne.com
  22. Livre : Ibni (1949-2008) : une vie politique assassinée au Tchad sur afrolibris.com.
  23. "Prix Ibni Oumar Mahamat Saleh"
  24. Centre International de Mathématiques Pures et Appliquées : "Prix Ibni" 2011
  25. Pétition de la communauté mathématique internationale à l'initiative des sociétés savantes françaises de mathématiques, SFdS, SMAI et SMF

Liens externes[modifier | modifier le code]