Ibie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ibie
(ruisseau de Plauzine)
Illustration
L'Ibie en mars 2008 à Lagorce.
Caractéristiques
Longueur 32,9 km [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen (Vallon-Pont-d'Arc)
Régime cévenol
Cours
Source pied du Coiron
· Localisation Saint-Jean-le-Centenier
· Altitude 384 m
· Coordonnées 44° 34′ 02″ N, 4° 32′ 17″ E
Confluence Ardèche
· Localisation Vallon-Pont-d'Arc
· Altitude 88 m
· Coordonnées 44° 23′ 36″ N, 4° 23′ 58″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Ardèche
Arrondissements Largentière
Cantons Villeneuve-de-Berg, Vallon-Pont-d'Arc
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« V5050540 », Géoportail

L'Ibie est une rivière du sud-est de la France, dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle prend sa source au sud de Saint-Jean-le-Centenier puis parcourt 32,9 km[1] avant de rejoindre l'Ardèche à Vallon-Pont-d'Arc. La direction générale de son cours est sud-sud-ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Ibie part au pied du plateau du Coiron, à la limite des communes de Saint-Jean-le-Centenier et Villeneuve-de-Berg où elle traverse le quartier Serrelonge. Sa vallée, peu encaissée, le devient davantage après Saint-Maurice-d'Ibie. Enfin, en sortant du plateau calcaire, elle s’élargit sur le cours inférieur. La rivière conflue avec l'Ardèche quelques centaines de mètres sous Vallon-Pont-d'Arc.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Ardèche, l'Ibie traverse les six communes[1] suivantes, dans deux cantons, de l'amont vers l'aval, de Saint-Jean-le-Centenier (source), Villeneuve-de-Berg, Rochecolombe, Saint-Maurice-d'Ibie, Lagorce à Vallon-Pont-d'Arc (confluence).

Soit en termes de cantons, l'Ibie prend source dans le canton de Villeneuve-de-Berg, puis traverse le canton de Vallon-Pont-d'Arc, tout en restant dans le seul arrondissement de Largentière.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hydronymie[modifier | modifier le code]

À partir de sa source et jusqu'à sa confluence avec le ruisseau de Chaumette, elle est appelée ruisseau de Plauzine.

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Ibie a treize affluents référencés[1] :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La rivière présente des caractéristiques communes aux rivières cévenoles : un débit moyen toute l'année, avec des crues violentes à l'automne et un niveau très bas et parfois à sec à la fin de l'été.

Presque tous les étés, le bas de la rivière paraît asséché, la rivière s'infiltrant dans le sol calcaire. Des résurgences permettent de retour à la surface de la rivière, celle-ci pouvant être plusieurs centaines de mètres en aval de la « disparition de l'eau ».

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il est possible de se baigner dans la rivière, certains « trous d'eau » étant suffisamment profonds et larges. Le « trou de la Lune », situé au niveau d'un pont submersible de la D558 sur l'Ibie, avec sa petite cascade (barrage du moulin de Noé), en fait partie.

Au printemps, il est aussi possible de faire du canoë.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ibie (V5050540) » (consulté le 18 janvier 2015)