I Origins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
I Origins
Réalisation Mike Cahill
Scénario Mike Cahill
Acteurs principaux
Sociétés de production Verisimilitude
WeWork Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Romance
Science-fiction
Durée 106 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

I Origins est un film de science-fiction dramatique indépendant, écrit, produit et réalisé par Mike Cahill, sorti en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ian Gray (Michael Pitt), un jeune étudiant doctorant en biologie moléculaire, porte ses recherches sur l'évolution de l'œil et pour cela photographie les yeux des humains depuis des années. Il rencontre Sofi (Àstrid Bergès-Frisbey), une jeune fille énigmatique, et ont tous deux un coup de foudre et ce malgré leurs notions différentes de la vie, il est scientifique et elle, spiritualiste. Tout bascule lorsqu'elle est victime d'un accident mortel dans un monte-charge.

Après une longue période de deuil, Ian continue ses recherches. Sept ans plus tard, il épouse Karen (Brit Marling), sa partenaire de laboratoire, et ont un fils. Sur demande d'un docteur de l'hôpital, le Dr Simmons (Cara Seymour), des scans de l'iris de l'enfant sont effectués par ce dernier. Les scans correspondent à l'iris d'une personne morte, ce qui est impossible vu que chaque œil est unique. Le couple découvre ensuite qu'en Inde, à Delhi, les yeux d'une jeune fille ont été scannés trois mois auparavant et correspondent à ceux de Sofi. Karen convainc Ian de prendre l'avion et de rechercher la fillette. Il la retrouve et effectue des tests pour vérifier s'il y a des correspondances entre la fillette, qui se nomme Salumina (Kashish), et Sofi. Les résultats n'étant pas totalement concluants, il est très déçu. Il veut ramener Salumina chez elle, mais en voyant l'ascenseur béant, elle se met à hurler et pleurer, et se cramponne à lui.

Scène post-crédits[modifier | modifier le code]

Après le générique final, une scène post-crédits montre le Dr Simmons effectuant des scannings d'iris de personnalités décédées et trouvant une correspondance pour la plupart d'entres-elles. Les personnalités sont John Kennedy, l'aviatrice Amelia Earhart, Elvis Presley, John Lennon, Martin Luther King, Saddam Hussein, Che Guevara, Albert Einstein, Malcom X, la militante Margaret Sanger, le Mahatma Gandhi, l'auteur Mari Sandoz, Nikola Tesla, Indira Gandhi, Robert Oppenheimer, Louis Armstrong, Lenine, Jacqueline Kennedy, l'architecte Frank Lloyd Wright, Adolf Hitler, les mafieux Meyer Lansky et Al Capone, Margaret Thatcher, Salvador Dali, Abraham Lincoln et Nelson Mandela.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film eu lieu aux États-Unis, dans les villes de Brooklyn et Chatham, dans l'état de New York, mais aussi à New Delhi, en Inde. Le réalisateur Mike Cahill explique pourquoi l'Inde était le pays le plus approprié pour son scénario :

« J’ai situé le troisième acte de l’histoire en Inde parce que nous parlons à la fois de science et de spiritualité. Dans ce pays unique, la notion d’âme est très ancrée dans tous les aspects de la vie, aussi bien religieux que quotidien. L’Inde est aussi un pays qui a engagé un vaste programme pour scanner l’iris de tous ses citoyens. À ce jour, le programme indien Aadhaar – lancé en 2009 et connu officiellement sous le nom de Unique Identification Authority of India – est probablement le plus ambitieux des projets de reconnaissance biométrique existant sur notre planète. Le gouvernement met sur pied une base de données qui concernera plus d’un milliard d’humains. Tourner là-bas avait donc beaucoup de sens. »

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

En regard du box-office, I Origins a reçu des critiques mitigées. Il obtient 52% d'avis positifs sur Rotten Tomatoes, sur la base de 102 commentaires collectées, soutenant que « le réalisateur-scénariste Mike Cahill reste un talent intrigant et ambitieux, mais avec le film dramatique inégalé de science-fiction I Origins à sa portée dépasse ses limites. »[1]. Sur Metacritic, il obtient une note favorable de 57/100, sur la base de 36 commentaires collectées, ce qui lui permet d'obtenir le label « Critiques mitigées ou moyennes »[2] et est évalué à une moyenne de 3/5 pour 11 critiques de presse sur Allociné.

« (...) Une curiosité aussi originale que poétique, et une méditation sur le regard scientifique d'une rare justesse. »

— Noémie Luciani, Le Monde, 23 septembre 2014[3].

« Une curieuse tentative de SF indé moyennement inspirée. »

— Jacky Goldberg, Les Inrocks, 23 septembre 2014[4].

« Cela peut paraître flou, mais Mike Cahill effectue la mise au point avec talent, parvenant à exposer sa réflexion sans perdre de vue l’essentiel : communiquer des émotions au spectateur (...). »

— Yannick Vely, Paris Match, 23 septembre 2014[5].

« Entre fable, science-fiction et poésie, un récit aussi candide qu'audacieux. »

— Corinne Renou-Nativel, La Croix, 25 septembre 2014[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Date Distinction Catégorie Nom Résultat
16 au 26 janvier 2014 Festival du film de Sundance[7],[8] Prix Alfred P. Sloan Mike Cahill Lauréat
5 au 14 septembre 2014 Festival du cinéma américain de Deauville Grand prix Nomination
3 au 12 octobre 2014 Festival international du film de Catalogne[9] Meilleur film Lauréat
14 au 30 novembre 2014 Festival du film Nuits noires de Tallinn Meilleur film indépendant nord-américain Nomination
25 juin 2015 Saturn Awards Meilleur film indépendant I Origins Nomination

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« I Origins (2014) », sur Rotten Tomatoes
  2. (en)« I Origins », sur Metacritic
  3. Noémie Luciani, « « I Origins » : l’œuvre de Dieu, la part de l’homme », sur Le Monde,
  4. Jacky Goldberg, « I Origins », sur Les Inrocks,
  5. Yannick Vely, « "I Origins": la critique », sur Paris Match,
  6. Corinne Renou-Nativel, « « I Origins », les yeux dans les yeux », sur La Croix,
  7. (en)Gregg Kilday, « Sundance: 'I Origins' Wins Alfred P. Sloan Prize », sur The Hollywood Reporter,
  8. (en)Andrew Stewart, « Sundance: Mike Cahill Awarded Alfred P. Sloan Prize for ‘I Origins’ », sur Variety,
  9. (en)Emiliano De Pablos, « ‘I Origins’ Wins Best Pic at Sitges Festival », sur Variety,

Liens externes[modifier | modifier le code]