I Must Have That Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Man.
I Must Have That Man

Single de Duke Ellington et son Cotton Club Orchestra
Sortie 1928 en musique
Enregistré 15 novembre 1928
New York
Durée 3:27
Genre Big band jazz
Format Disque single 78 tours
Auteur Jimmy McHugh et Dorothy Fields
Compositeur Duke Ellington
Label RCA Victor, Bluebird Records

I Must Have That Man (il faut que j'ai cet homme, en anglais) est une chanson d'amour standard de jazz américain, écrite par Jimmy McHugh et Dorothy Fields, et composée par Duke Ellington en 1928[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Duke Ellington (1899-1974) débute sa carrière de jazz avec succès avec son « big band Washingtonians » dans sa ville natale de Washington DC, puis dirige avec succès le célèbre Cotton Club de Harlem à New York, ou il se produit à plein temps avec son big band qu'il rebaptise Cotton Club Orchestra, du au (ou il devient une des stars internationales de l'Ère du Jazz grâce à la composition d'une importante série de tubes retransmis sur les radios américaines, et mondiales).

Il compose cette chanson d'amour (avec son tube Diga Diga Doo, écrites par Jimmy McHugh et Dorothy Fields) pour la comédie musicale Blackbirds, avec laquelle la célèbre chanteuse de jazz vocal de l'époque Adelaïde Hall fait un triomphe international à Broadway de Manhattan à New York en 1928, puis au Moulin-Rouge à Paris. Il enregistre ce tube le avec son Cotton Club Orchestra, composé de Bubber Miley, Arthur Whetsol, Freddie Jenkins, Joe Nanton, Johnny Hodges, Harry Carney, Barney Bigard, Fred Guy, Sonny Greer, Wellman Braud, avec ses célèbres « effets Ellington », arrangements « style Jungle » exotiques inspirés du Jazz Nouvelle-Orléans-Dixieland, et effets wha-wha de sourdines de ses deux trompettistes Bubber Miley et Joe Nanton[3]. Cette célèbre composition est rééditée de nombreuses fois, et reprise par de nombreuses stars de l'histoire du jazz, dont Benny Goodman, Glenn Miller, Count Basie, Louis Armstrong, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Lester Young, Django Reinhardt, ou Liza Minnelli...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]