I Capuleti e i Montecchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Capulet et les Montaigu

I Capuleti e i Montecchi
(Les Capulets et les Montaigus)
Description de cette image, également commentée ci-après

Vincenzo Bellini

Genre Tragédie lyrique
Nbre d'actes deux actes
Musique Vincenzo Bellini
Livret Felice Romani, inspiré des sources italiennes, de la pièce de Luigi Scevola
Langue
originale
Italien
Durée (approx.) env. 2h10
Création
La Fenice, Venise

Personnages

  • Romeo Montecchi, chef de la famille Montaigu, amant de Giulietta
  • Giulietta Capuleti (Juliette), fille de Capellio, amante de Romeo
  • Capellio Capuleti, chef de la famille Capulet, père de Giulietta
  • Tebaldo (Tybalt), partisan des Capulet, fiancé de Giulietta
  • Lorenzo (Laurent), médecin et conseiller de la famille Capulet

I Capuleti e i Montecchi (Les Capulets et les Montaigus) est un opéra en deux actes de Vincenzo Bellini, livret de Felice Romani[1], d'après les sources italiennes de l'histoire[2]. L'opéra est créé à La Fenice de Venise le [1].

Rôles et créations[modifier | modifier le code]

Personnages Tessiture Créateur du rôle
Romeo Mezzo-soprano Giuditta Grisi
Giulietta soprano Maria Carradori-Allan
Capellio basse Gaetano Antoldi
Tebaldo (Tybalt) ténor Lorenzo Bonfigli
Lorenzo (Laurent) baryton Ranieri Pocchini

La création française eut lieu le au Théâtre italien de Paris avec Giuditta Grisi (Romeo), Giulia Grisi (Giulietta) et Giovanni Battista Rubini (Tebaldo).

La création, salle Le Peletier, dans une version française eut lieu le . L'opéra fait son entrée à l'Opéra Bastille en version de concert le 12 juin 1995. Il faut attendre novembre 1996 pour qu'une version scénique soit donnée dans une mise en scène de Robert Carsen.

Historique[modifier | modifier le code]

Bellini écrira la musique en moins de six semaines, réutilisant certains fragments de ses opéras antérieurs, Adelson e Salvini et surtout Zaira[3].

Pour l'opéra de Bellini, Felice Romani décide de remanier le livret de Giulietta e Romeo, qu'il avait écrit en 1825 pour Nicola Vaccai, déjà inspiré d'une pièce homonyme de 1818 de Luigi Scevola. L'histoire elle-même trouve sa source notamment dans les Nouvelles de Mathieu Bandello et non, contrairement à l'idée reçue, dans la pièce de Shakespeare (qui s'est d'ailleurs lui-même inspiré de Bandello)[3]. Dominique Fernandez rapporte quant à lui que l'histoire est inspirée non de Bandello mais d'une pièce antérieure de Luigi da Porto[4]

La cantatrice Maria Malibran avait coutume de chanter certaines pages du dernier acte de Vaccai qu'elle substituait à celles de Bellini.

En 1966, dans une célèbre reprise à La Scala de Milan, le chef d'orchestre Claudio Abbado confia le rôle de Roméo à un ténor, Giacomo Aragall.

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se passe à Vérone au XIIIe siècle.

Acte I[modifier | modifier le code]

Première scène[modifier | modifier le code]

Intérieur de la demeure des Capulet. Capellio Capulet demande à ses hommes de se tenir prêt à se défendre contre une éventuelle attaque des Montaigu. Lorenzo, son conseiller, tente de le raisonner et de mettre fin à la guerre entre les deux clans. Capellio ne veut rien entendre : il veut tuer Romeo, chef des Montaigu et meurtrier de son fils. En échange de son aide, il promet Giulietta en mariage à Tebaldo, le conseiller de la famille Capulet. Un ambassadeur des Montaigu (Romeo, incognito) se présente alors pour tenter une réconciliation entre les deux familles en proposant un mariage entre Giulietta et Romeo. Capellio refuse et annonce le mariage prochain de sa fille avec Tebaldo. Las, Romeo retourne dans son camp préparer ses hommes à un combat inévitable.

Deuxième scène[modifier | modifier le code]

Dans la chambre de Giulieta. Désespérée, Giulietta se résout à son mariage futur avec Tebaldo. Lorenzo, complice des deux amants, entre et introduit secrètement Romeo dans la chambre de Giulietta. Romeo annonce à son amante qu'il a échoué à convaincre Capellio de les marier. Il tente alors de convaincre Giulietta de s'enfuir avec lui, mais cette dernière, déchirée entre son amour pour Romeo et ses devoirs filiaux, refuse.

Troisième scène[modifier | modifier le code]

Dans la demeure des Capulet. Romeo, déguisé en Capulet, s'introduit secrètement dans la demeure afin d'interrompre le mariage de Giulietta et Tebaldo. Il tente à nouveau de convaincre la jeune fille quand ils sont surpris par Capellio et Tebaldo. Romeo est sauvé grâce à ses hommes, camouflés dans la demeure. Une lutte éclate entre Capulet et Montaigu.

Acte II[modifier | modifier le code]

Première scène[modifier | modifier le code]

Dans la demeure des Capulet. Après la bataille, Giulietta est rassurée par Lorenzo sur le sort de son amant. Lorenzo lui propose d'absorber un philtre qui lui donnera l'apparence d'une morte. Elle sera alors transportée dans le caveau des Capulet où Romeo l'attendra. Capellio surgit et, de peur, Giulietta avale le philtre, demandant pardon à son père qui lui refuse. Capellio se retire et ordonne à ses hommes de surveiller Lorenzo.

Deuxième scène[modifier | modifier le code]

Devant la demeure des Capulet. Alors que Romeo n'a aucune nouvelle de Lorenzo, il décide d'entrer chez les Capulet pour le chercher. Tebaldo, son rival, surgit alors et s'engage un duel. Interrompant la lutte, un chœur funèbre entre en pleurant la mort de Giulietta, faisant ainsi cesser le combat entre les deux hommes.

Troisième acte[modifier | modifier le code]

Dans le caveau des Capulet. Romeo réussit à pénétrer dans la tombe et, voyant Giulietta allongée, de désespoir il s'empoisonne. Giulietta se réveille alors et voit son amant qui agonise. Giulietta se donne alors la mort, tandis qu'entrent les Capulet et les Montaigu.

Numéros[modifier | modifier le code]

Ier Acte

  • 1 Introduction, chœur et récitatif
    • Chœur – Aggiorna appena
    • Récitatif – O di Capellio generosi amici
  • 2 Cavatine, trio et chœur – È serbata a questo acciaro (Tebaldo, Capellio, Lorenzo)
  • 3 Récitatif, cavatine et chœur
    • Récitatif – Ma già vêr noi s’avvia
    • Cavatine et chœur – Se Romeo t’uccise un figlio (Romeo)
  • 4 Scène et romance
    • Scène – Eccomi in lieta vesta
    • Romance – Oh! quante volte, oh! quante (Giulietta)
  • 5 Récitatif et duo – Propizia è l’ora
  • 6 Duo – Sì, fuggire (Romeo, Giulietta)
  • 7 Chœur et récitatif
    • Chœur – Lieta notte, avventurosa
    • Récitatif– Deh! per pietà t’arresta
  • 8 Quatuor et final – Qual tumulto!

IIe Acte

  • 9 Scène, air et chœur
    • Scène – Né alcun ritorna! (Giulietta)
    • Air avec chœur – Morte io non temo, il sai (Giulietta)
  • 10 Scène et duo
    • Scène – Deserto è il loco
    • Duo – Stolto! ad un sol mio grido (Tebaldo, Romeo)
  • 11 Chœur, grande scène, cavatine et duo
    • Chœur – Siam giunti
    • Cavatine – Deh! tu bell’anima (Romeo)
    • Duo – Ah! crudel! che mai facesti! (Giulietta, Romeo)

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Harold Rosenthal, John Warrack, Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Guide de l'opéra, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ (ISBN 978-2-2135-9567-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 154
  2. Jacques Bonnaure : « Contrairement à ce qu'on lit parfois, le livret de Romani n'est pas une adaptation de la tragédie de Shakespeare mais se réfère aux [mêmes] sources italiennes [...] » (Classica no 140 ; mars 2012)
  3. a et b L'univers de l'opéra sous la direction de Bertrand Dermoncourt, collection Bouquins, édition 2012, Robert Laffont, entrée 'Capulet et les Montaigus (les), pages 194
  4. Dominique Fernandez, Livret de l'opéra de Paris, Les Capulet et les Montaigu, page 46

Liens externes[modifier | modifier le code]