Hypoxis angustifolia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Hypoxis angustifolia, l'hypoxis à feuilles étroites[2], est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Hypoxidaceae. Cette plante, également appelée « étoile jaune », se rencontre de l’Afrique du Sud à l’Afrique tropicale ainsi qu’à l'Île Maurice et Madagascar[3].

Ce sont des plantes herbacées vivaces, géophytes, pouvant atteindre 45 cm de haut, qui survivent à la mauvaise saison grâce à leur rhizome vertical.

Description[modifier | modifier le code]

Hypoxis angustifolia est une plante herbacée vivace, pouvant atteindre 45 cm de haut, poussant à partir d'un rhizome vertical et subglobuleux, de 1,5 à 3 cm de long[4], qui se présente sous forme de touffes couvrantes[5]. La partie souterraine de la plante est un rhizome tubérisé, vertical, subglobuleux, équatorialement entouré de racines contractiles robustes[6] ou allongé comme une carotte, dont la longueur peut aller de 8 à 25 cm[7].

Les feuilles, linéaires à lancéolées, dressées, glabres, de 10 à 15 cm de long et variant de 4 à 6 mm de large, sont étroites et pileuses[3]. Elles peuvent atteindre 40 cm de long[4].

L'inflorescence en corymbe, de 15 à 20 cm de long, regroupe de 1 à 4 fleurs jaunes de 10 à 18 mm de diamètre, portées par des hampes effilées[7]. Les pédoncules velus mesurent entre 1,5 à 2,5 cm de long. Le périanthe, de 10 à 18 mm de diamètre lorsqu'il est épanoui, est composé de six (exceptionnellement 4) tépales elliptiques, de couleur jaune ou jaune brillant (ou les tépales intérieurs jaunes et les tépales extérieurs verts), parfois avec une bande rouge le long de la nervure centrale, finement pileux sur la face abaxiale, et pouvant atteindre 11 mm de long sur 2 à 4 mm de large. Le périanthe persiste sur le fruit à maturité[6]. Les étamines ont des anthères lancéolées, profondément sagittées, avec un filament court, de 1,5 à 2,5 (4,5) mm de long, et des thèques de 1,6 à 2,4 mm de long, libres à l'apex. Le pistil présente un ovaire turbiné, densément pileux, de 3 à 4 mm de long, un style de 0,5 à 1,6 mm de long, surmonté d'un stigmate de 1,1 à 2,6 mm de long[6],[8].

Le fruit est une capsule à déhiscence loculicide, turbinée, cylindrique, de 5 à 15 mm de long sur 2 à 4 mm de large, finement poilue. Les graines sont brun foncé, globuleuses et mesurent de 0,8 à 1,2 mm de diamètre. La testa présente des papilles à cuticule finement ridée, avec 3 ou 4 côtes longitudinales étroites en forme d'ailes sur chaque papille[4],[6].

Biologie[modifier | modifier le code]

La floraison apparaît de septembre à février[7].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Hypoxis angustifolia s'étend en Afrique dans les territoires suivants[9]:

Cette plante préfère les expositions au soleil ou à mi-ombre[5], et pousse dans les savanes des hautes terres, les prairies, les crevasses de rocher, les terrains boisés ouverts à flanc de montagne et les pitons rocheux. Elle peut également se trouver sur les termitières dans les sols sablonneux ainsi que sur les sols argileux lourds[9].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

L'espèce Hypoxis angustifolia a été décrite en premier par le botaniste français Jean-Baptiste de Lamarck et publiée en 1789 dans l’Encyclopédie méthodique (Botanique) 3(1): 182 (1789) Paris[10]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (3 janvier 2020)[11] :

  • Hypoxis angustifolia var. angustifolia
  • Hypoxis biflora Baker

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon World Checklist of Selected Plant Families (WCSP) (3 janvier 2020)[12] :

  • Hypoxis angustifolia var. angustifolia
  • Hypoxis angustifolia var. buchananii Baker, J. Linn. Soc. (1878)
  • Hypoxis angustifolia var. luzuloides (Robyns & Tournay) Wiland (2002)
  • Hypoxis angustifolia var. madagascariensis Wiland (2002)

Utilisation[modifier | modifier le code]

D’un point de vue médicinal, les feuilles pilées macérées sont utilisées en bains locaux pour les prolapsus utérins ou vaginaux.

Les rhizomes réduits en pulpe et utilisés en cataplasme servent comme antiseptique, désinfectant et cicatrisant ainsi que pour soigner les blessures, coupures, plaies et crevasses[13].

Restes archéologiques[modifier | modifier le code]

Des restes de rhizomes carbonisés, identifiés comme appartenant à l'espèce Hypoxis angustifolia, ont été retrouvés par une équipe de chercheurs franco-sudafricains dans la grotte de Border Cave (KwaZulu-Natal), habitée par Homo sapiens à l'époque paléolithique. Les plus anciens de ces restes auraient 170 000 ans[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 3 janvier 2020
  2. « Hypoxis angustifolia Lam., 1789 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) (consulté le ).
  3. a et b « Pacific Bulb Society | Hypoxis », sur pacificbulbsociety.org (consulté le )
  4. a b et c (en) « Flora of Zimbabwe: Species information: Hypoxis angustifolia », sur www.zimbabweflora.co.zw (consulté le ).
  5. a et b « http://wildflowernursery.co.za/indigenous-plant-database/hypoxis-angustifolia/ »
  6. a b c et d (en) « Hypoxis angustifolia Lam. », sur Plants of the World Online (consulté le ).
  7. a b et c « Hypoxis angustifolia », sur www.westfordbridge.co.za (consulté le )
  8. (en) Justyna Wiland-Szymanska, « The Genus Hypoxis (Hypoxidaceae) in Central Africa », Annals of the Missouri Botanical Garden, vol. 88, no 2,‎ , p. 302-350 (DOI 10.2307/2666228, lire en ligne).
  9. a et b (en) « Hypoxis angustifolia Lam. », sur e-monocot.org (consulté le )
  10. (en) « Hypoxis angustifolia Lam. », sur International Plant Names Index (IPNI) (consulté le ).
  11. The Plant List (2013). Version 1.1. Published on the Internet; http://www.theplantlist.org/, consulté le 3 janvier 2020
  12. WCSP. World Checklist of Selected Plant Families. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet ; http://wcsp.science.kew.org/, consulté le 3 janvier 2020
  13. « http://www.ethnopharmacologia.org/recherche-dans-prelude/?plant_id=7040 »
  14. « Les premiers hommes modernes mangeaient des tubercules », sur www.cnrs.fr, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :