Hyperoxalurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image de microscopie électronique à balayage de la surface d'un calcul rénal d'oxalate de calcium dihydraté (weddellite)

L'hyperoxalurie est une sécrétion urinaire augmentée d'acide oxalique. Elle peut être primaire ou secondaire. Les conséquences sont le risque de formation de calcul rénal en oxalate de calcium, voire la constitution d'une néphrocalcinose.

Causes[modifier | modifier le code]

Les hyperoxaluries primaires[modifier | modifier le code]

Elles sont de cause génétique et correspondent à des déficits enzymatiques qui ont tous pour conséquence d'augmenter le taux d'oxalate dans le sang. Trois types sont décrits, la première étant la plus fréquente :

Les hyperoxaluries secondaires[modifier | modifier le code]

La rhubarbe est riche en sels d'oxalate.

Elles peuvent être due à un excès d'ingestion d'acide oxalique.

Elle se voit également en cas de résection chirurgicale de l'intestin : les sels d'oxalate sont pour la majeure partie sous forme insolubles et précipités grâce à des cations comme le calcium, l'argent ou le fer, ce qui les rend non absorbables par le tube digestif Lorsque les graisses sont moins bien digérées ou absorbées (comme en cas de gastrectomie partielle, de chirurgie bariatrique, de dérivation jéjuno-iléale, de résection iléale ou de toutes autres causes diminuant l'absorption des sels biliaires et des acides gras) les acides gras de l'alimentation chélatent les cations comme le calcium et libèrent donc l'oxalate ce qui le rend soluble et donc absorbable par le tube digestif. De plus la malabsorption des acides gras peut être à l'origine d'une inflammation du colon et donc augmenter sa perméabilité à l'oxalate[1]. On parle d'hyperoxalurie entérique. D'ailleurs, dans ces situations, la prise alimentaire de calcium permet de diminuer l'absorption d'oxalate[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Primary hyperoxaluria », sur www.revistanefrologia.com (consulté le 11 mars 2016)
  2. J. L. Nishiura, L. A. Martini, C. O. G. Mendonça et N. Schor, « Effect of calcium intake on urinary oxalate excretion in calcium stone-forming patients », Brazilian Journal of Medical and Biological Research = Revista Brasileira De Pesquisas Médicas E Biológicas / Sociedade Brasileira De Biofísica ... [et Al.], vol. 35,‎ , p. 669–675 (ISSN 0100-879X, PMID 12045831, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

.