Hyperinflation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hyperinflation est, en économie, une forme atypique d'inflation qui se manifeste par une hausse extrêmement rapide des prix qui tend à éroder la valeur réelle de la monnaie d'un pays. Les agents économiques ont alors tendance à fuir devant la monnaie, c'est-à-dire que le contrat de confiance est rompu, entrainant une forte thésaurisation, une accélération des transactions financières vers des devises ou des valeurs fortes et stables. Mouvements spéculatifs et augmentation exponentielle du niveau général des prix et du coût de la vie conduisent en général à d'importantes réformes structurelles.

Définition selon la norme comptable (UE)[modifier | modifier le code]

La norme comptable IASB n° 29, au niveau de l'Union européenne[1] (Information financière dans les économies hyperinflationnistes) précise que :

« L'hyperinflation est révélée par certaines caractéristiques de l'environnement économique d'un pays qui comprennent, sans s'y limiter, les points suivants : 1/ la population en général préfère conserver sa richesse en actifs non monétaires ou en une monnaie étrangère relativement stable. Les montants détenus en monnaie locale sont immédiatement investis pour maintenir le pouvoir d'achat ; 2/ la population en général apprécie les montants monétaires, non pas dans la monnaie locale, mais dans une monnaie étrangère relativement stable. Les prix peuvent être exprimés dans cette monnaie ; 3/ les ventes et les achats à crédit sont conclus à des prix qui tiennent compte de la perte de pouvoir d'achat attendue durant la durée du crédit, même si cette période est courte ; 4/ les taux d'intérêt, les salaires et les prix sont liés à un indice de prix ; et 5/ le taux cumulé de l'inflation sur trois ans approche ou dépasse 100 %. »

Des causes souvent liées au niveau d'endettement d'un pays[modifier | modifier le code]

Un billet de 100 millions («SZÁZMILLIÓ») de billions de pengő («B.-PENGŐ», où «billion» est à interpréter selon l’échelle longue [mille milliards]), soit 1020 pengő, en 1946
Un échantillon de billets de banque zimbabwéens imprimés entre juillet 2007 et juillet 2008 illustre l'important taux d'inflation du pays
Billets de banque yougoslaves imprimés en 1993 et 1994 (à noter le billet de cinq cents milliards)

Parmi les causes analysées à la lumière des cas historiques d'hyperinflation, on peut retenir :

  • un contexte politique d'exception (guerre internationale, guerre civile, catastrophe, crise économique, etc.) ;
  • le niveau très élevé de la dette publique cumulée ;
  • l'impossibilité d'honorer le service de la dette ;
  • le niveau d'imposition des ménages et des entreprises ;
  • le manque de transparence des comptabilités publiques ;
  • une évolution instable de la masse monétaire ;
  • l'absence de régulation des changes ;
  • la perte de confiance des acteurs financiers internationaux ;
  • l'impossibilité pour l’État d'emprunter à l'étranger ;
  • la multiplication hors-contrôle des agents producteurs de moyens de paiement ;
  • l'indexation systématique entre salaires, taux d'intérêt et hausse des prix ;
  • une baisse dramatique du niveau de l'épargne ;
  • une absence suffisante de verrous de sécurité (réglementations d'urgence, arrêt des cotations, fermeture des banques, contrôle des prix, etc.).

Cette liste n'est pas limitative et aucune de ces causes n'est plus déterminante qu'une autre, car, au regard du contexte et de la situation, chaque cas d'hyperinflation apparaît comme unique.

Conséquences sur le comportement des agents économiques[modifier | modifier le code]

Globalement, en cas de phase hyperinflationniste, l'économie d'un pays fonctionne à très très court terme. On note que :

  • les entrepreneurs tendent à s'intéresser plus à la gestion de leur trésorerie qu'aux décisions de production et d'investissement ;
  • l'impact sur le coût des produits alimentaires, ou de première nécessité, entraîne une rupture des chaînes de production et affecte l'équilibre économique ;
  • l'affaiblissement du système fiscal, puisque traditionnellement, il existe un délai entre le moment où l'impôt est payé et le moment où il entre dans les caisses de l'État. En cas d'hyperinflation, ce délai annihile la valeur de l'impôt perçu.
  • dans le cas d'une monnaie fiduciaire matérialisée par des espèces, l'Institut d'émission ne parvient que difficilement à répondre à la demande ;
  • la monnaie perdant ses principales fonctions (moyen d'échange, réserve de valeur et unité de compte), on assiste à une généralisation du troc ou à un transfert vers d'autres moyens d'échange plus fiables.

Les cas d'hyperinflation dans l'Histoire[modifier | modifier le code]

Des phases d'inflation supérieure à 100 % par an ont été notamment observées :

Hyperinflation en Allemagne (1923)[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « IFRS norme n°29 - économies hyper-inflationnistes », sur http://www.focusifrs.com/menu_gauche/normes_et_interpretations/textes_des_normes_et_interpretations/ias_29_information_financiere_dans_les_economies_hyperinflationnistes
  2. Tableau de dépréciation du papier-monnoie : dans le département de la Seine ; calculé sur l'unité de 100 liv. assignats, et 100 liv. mandats ; à partir du premier janvier 1791, (v. st.) jusqu'au premier thermidor, an IV [19 juillet 1796] ; précédé de la loi du 5 messidor [an V], Paris, Chez Calixte Volland, 1797.
  3. (en) Dr. Steve H. Hanke, « Inflation Nation », The Wall Street Journal,‎ (consulté en )
  4. Braum, Juan et al. Economía chilena 1810-1995: estadísticas históricas. Santiago: Universidad Católica de Chile, 2000. p. 101
  5. La grande série des hyperinflations
  6. Historic inflation Chile

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Blanchard, Daniel Cohen et David Johnson, Macroéconomie, Paris/Londres, Pearson, 2013, (ISBN 978-2744076367).
  • Gregory Mankiw, Macroéconomie, De Boeck, 2010.