Hyneria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hyneria lindae

Hyneria
Description de cette image, également commentée ci-après
Représentation artistique de deux Hyneria dans leur milieu naturel.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Sarcopterygii
Sous-classe Tetrapodomorpha
Ordre Osteolepiformes
Famille  Tristichopteridae

Genre

 Hyneria
Keith Thomson[1], 1968

Nom binominal

 Hyneria lindae
Keith Thomson[1], 1968

Hyneria est un genre éteint de poissons à membres charnus de grande taille qui vécut durant le Dévonien supérieur (Famennien), il y a environ 360 à 358 Ma (millions d'années)[1].

La seule espèce rattachée au genre est Hyneria lindae.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Hyneria est une référence au village d'Hyner en Pennsylvanie, proche du lieu de découverte du premier individu fossile. Le nom de l'espèce lindae provient du prénom (Linda) de la femme de Keith Thomson[2].

Description[modifier | modifier le code]

En comparaison avec d'autres tétrapodomorphes ichtyens comme Eusthenopteron ou Gogonasus, les restes d'Hyneria sont relativement fragmentaires. Seuls des dents fossilisées, quelques os et un aileron de queue ont été retrouvés en Pennsylvanie.

Ses restes fossiles ont été découverts en compagnie de ceux d'Hynerpeton dans les sédiments dévoniens de Red Hill dans le comté de Clinton en Pennsylvanie (États-Unis).

Il est considéré comme proche du genre Eusthenodon[3].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Hyneria chassait principalement des amphibiens primitifs comme Hynerpeton et des requins primitifs[réf. nécessaire].

Anatomie[modifier | modifier le code]

Grâce à sa vessie natatoire transformée en poumon, Hyneria pouvait respirer hors de l'eau.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Hyneria apparaît dans le documentaire Sur la terre des géants de la BBC. Il y est représenté comme un animal atteignant les 3 à 4 mètres de longueur, pour une masse supposée de 2 tonnes. Son comportement de s'échouer sur les berges pour attraper des tétrapodes basaux comme Hynerpeton est totalement hypothétique. Il semble se baser sur celui d'une orque actuelle, le documentaire faisant de lui-même la comparaison avec la baleine tueuse. Il n'y a cependant aucune preuve qu'Hyneria ait pu avoir un tel comportement ou que son corps aurait pu tolérer un tel changement par rapport au milieu aquatique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Thomson, K.S. 1968. « A new Devonian fish (Crossopterygii: Rhipidistia) considered in relation to the origin of the Amphibia », Postilla, 124:1-13, [1]
  2. (en) Thomson, Keith Stewart, « "A new Devonian fish (Crossopterygii : Rhipidistia) considered in relation to the origin of the amphibia" », Postilla,‎ , p. 4 ; 10 (lire en ligne)
  3. (en) Gaël Clément, « Large Tristichopteridae (Sarcopterygii, Tetrapodomorpha) from the Late Famennian, Evieux Formation of Belgium », Palaeontology, vol. 45, no 3,‎ , p. 577–593 (DOI 10.1111/1475-4983.00250)