Hymne national du Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hymne national du Tibet
Image illustrative de l'article Hymne national du Tibet
Chant de l'hymne national du Tibet à Portland le 10 mars 2012, jour du soulèvement tibétain.

Hymne national de Drapeau du Tibet Tibet
Autre(s) nom(s) Gyallou
Paroles Trijang Rinpoché
1950
Adopté en 1950
Fichier audio
Fichier audio externe Hymne national du Tibet

Hymne national du Tibet sur Youtube" (avec texte en tibétain)
Hymne national du Tibet (instrumental)

L'hymne national du Tibet (tibétain : བོད་རྒྱལ་ཁབ་ཆེན་པོའི་རྒྱལ་གླུ།, Wylie : bod rgyal khab chen po'i rgyal glu, THL : bö gyelkhap chenpö gyellu) fut composé fin 1949 ou début 1950 par Trijang Rinpoché, précepteur du 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso. Bien qu'interdit dans la région autonome du Tibet, il est considéré comme l'hymne du peuple tibétain par le Gouvernement tibétain en exil.

Dans son livre Sept ans d'aventures au Tibet, l'Autrichien Heinrich Harrer rapporte qu'une série de mesures furent prises lorsque se précisa la menace d'une « libération » du Tibet par la République populaire de Chine, arrivée au pouvoir le 1er octobre 1949. Le nouveau ministre de la défense décida que le tibétain devait être utilisé pour donner les ordres. Un nouvel hymne fut composé pour remplacer la musique de l'hymne national du Royaume-Uni, God Save the Queen que jusque-là on jouait aux parades militaires. Les paroles exaltaient l'indépendance du Tibet et rendaient hommage à son illustre dirigeant, le dalaï-lama[1].

Paroles de l'hymne[modifier | modifier le code]

En écriture tibétaine[modifier | modifier le code]

Tibetananthemtibetan.gif

Transliteration[modifier | modifier le code]

Bö Gyelkhap Chenpö Gyellu
Si Zhi Phen De Dö Gu Jungwae Ter
Thubten Samphel Norbue Onang Bar.
Tendroe Nordzin Gyache Kyongwae Gön,
Trinley Kyi Rol Tsö Gye,

Dorje Khamsu Ten Pey,
Chogkün Jham Tse Kyong,
Namkö Gawa Gyaden,
Ü-Phang Gung la Regh

Phutsong Dezhii Nga-Thang Gye
Bhod Jong Chul Kha,
Sum Gyi Khyön La
Dekyi Dzogden Sarpe Khyap.

Chösi Kyi Pel Yon Dhar
Thubten Chog Chur Gyepe
Dzamling Yangpae Kyegu
Zhidae Pel La Jör.

Bhöd Jong Tendrö Getzen Nyi-ö-Kyi
Trashi O-Nang Bumdutrowae Zi,
Nag Chog Munpae Yul Ley,
Gyal Gyur Chig.

Traduction en français[2][modifier | modifier le code]

Tel un trésor qui exauce tous les vœux de bonheur et de bienfait,
La parole du Bouddha s’élève scintillante comme un diamant.
Vous Protecteurs qui veillez sur l’immense royaume du Dharma et des êtres,
Puissiez-vous étendre votre amour et votre compassion
Tel un océan sur le monde et dans l’univers.
Que la tête de l’Empereur, couronné de cent vérités, puisse atteindre le zénith.
Qu’une joie et un bonheur infinis recouvrent l’ensemble des trois provinces du Tibet,
afin que rayonne la gloire prestigieuse du pouvoir spirituel et temporel.
Que l’enseignement du Bouddha irradie dans les dix directions,
Et amène tous les êtres de tous les univers jusqu’au bonheur et à la paix.
Les qualités du Dharma et du peuple tibétain,
Resplendissent tel un soleil aux cent mille rayons bienfaisants.
Puisse leur pouvoir éclatant être victorieux du combat contre la sombre ignorance.

Traduction en anglais[3][modifier | modifier le code]

Like a treasure that grants all happiness and kindness wishes,
Buddha’s word rises glittering like a diamond.
You, Protectors, who care for the immense royalty of doctrines and beings
If you could spread your love and compassion _Like an ocean over the world and universe.
Hoping that the emperor’s head, crowned by humndreds of truth, can reach zenith.
That joy and infinite happiness stretches over the three regions of Tibet,
so that beams the prestigious glory of spiritual and temporal power.
That Buddha’s instruction radiates in ten directions,
and brings all the beings of all the universe unto happiness and peace.
That the qualities of the Doctrine and from the tibetan people Shine like a sun with a hundred thousand of rays.
Be their brilliant power victorious of the struggle against dark ignorance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997, (ISBN 0-87477-888-3) : « The new defense minister's first decision was that all orders were to be given in Tibetan. A new national anthem was composed to replace "God Save the Queen," the tune of which had hitherto been played at important military parades. The text consisted of a glorification of the independence of Tibet and a tribute to its illustrious ruler, the Dalai Lama ».
  2. http://www.tibet-info.net/www/Hymne-national-tibetain.html
  3. http://www.aemt.asso.fr/Tibetan-Hymn.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]