Pulchrana grandocula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hylarana grandocula)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les amphibiens image illustrant les Philippines
Cet article est une ébauche concernant les amphibiens et les Philippines.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Herpétologie.

Pulchrana grandocula
Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Sous-classe Lissamphibia
Super-ordre Salientia
Ordre Anura
Sous-ordre Neobatrachia
Famille Ranidae
Genre Pulchrana

Nom binominal

Pulchrana grandocula
(Taylor, 1920)

Synonymes

  • Rana grandocula Taylor, 1920
  • Hylarana grandocula (Taylor, 1920)
  • Rana philippinensis Taylor, 1920
  • Rana yakani Taylor, 1922

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Pulchrana grandocula est une espèce d'amphibiens de la famille des Ranidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique des Philippines. Elle se rencontre sur les îles de Mindanao, de Basilan, de Biliran, de Bohol, de Samar, de Leyte, de Camiguin et les Dinagat[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'holotype mesure 40 mm[3].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Taylor, 1920 : Philippine Amphibia. Philippine Journal of Science, vol. 16, p. 213–359 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Brown & Guttman, 2002 : Phylogenetic systematics of the Rana signata complex of Philippine and Bornean stream frogs: reconsideration of Huxley's modification of Wallace's Line at the Oriental-Australian faunal zone interface. Biological Journal of the Linnean Society, vol. 76, p. 393-461 (texte intégral).
  3. Taylor, 1920 : Philippine Amphibia. Philippine Journal of Science, vol. 16, p. 213–359 (texte intégral).