Hydrant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poteau incendie à Genève

Une borne d'incendie[1] ou bouche d’incendie[2] en France, borne hydrante [3] ou poteau d’incendie[4] en Suisse, ou une borne-fontaine[5] au Québec, ou borne hydranthe en Suisse (le terme en anglais et néerlandais fire hydrants est utilisé en Belgique et en Suisse,)[6] est un dispositif de lutte contre l'incendie mis en place par les communes, et par des sociétés privées (industrie, établissements recevant du public, sites militaires) dans leurs enceintes.

Cette prise d'eau est disposée sur un réseau aérien ou souterrain d'eau sous pression permettant d'alimenter les fourgons d'incendie des sapeurs-pompiers. Ces réseaux sont soit dédiés à la lutte contre l'incendie, soit destinés à l'alimentation en eau potable, à l'irrigation ou à l'industrie (eau brute). Ils sont constitués de canalisations d'un diamètre intérieur d'au moins 100 mm.

Les points d'accès au réseau (les hydrants) sont situés à proximité de la chaussée, de manière à toujours rester accessibles.

Une borne d'incendie en Savoie (France).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Statue à l'honneur de James Henry Greathead

Le mot « hydrant » provient de l'anglais fire hydrant et de l'allemand Hydrant[7]. En France, les mots « borne d'incendie », « bouche d'incendie » ou « poteau d'incendie » sont utilisés. Ceux-ci font partie de ce que le Code général des collectivités territoriales définit comme « point d'eau incendie »[8],[9]. Toutefois, en 1933 à Oran, dans les publicités, les Poteaux incendie étaient dit Hydrant[10].

En Amérique du Nord, on parle généralement de « borne-fontaine » ou de « borne hydrante ». En Suisse, on rencontre les termes de « poteau incendie » et de « bouche souterraine » dans le canton de Genève et de « borne hydrante » et « hydrant souterrain » dans les autres cantons.

Le terme borne incendie correspond à l’anglais Fire hydrant [11].

À Paris, le vocable prise d'incendie couvre tout autant les notions de bouche, poteau et borne d'incendie [12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Londres 1940

Le premier hydrant aurait été conçu par James Henry Greathead, un ingénieur anglais du XIXe siècle qui est notamment connu pour ses travaux sur le métro de Londres inauguré en 1863[13].

Types[modifier | modifier le code]

S'ils sont enterrés et accessibles par un regard, on parle de bouche d'incendie (BI), de bouche souterraine ou d'hydrant souterrain, et il est nécessaire d'y accoupler ou visser une colonne mobile, un coude d'alimentation ou une retenue pour pouvoir raccorder les tuyaux. Les bouches ont l'avantage de ne pas empiéter sur la chaussée, mais courent le risque d'être inaccessibles lorsqu'un véhicule est garé au-dessus, ainsi qu'en cas de neige ou de gel. Dans beaucoup de juridictions, il est interdit de se stationner sur une bouche d'incendie ou à une certaine distance d'une bouche d'incendie (qui est généralement de 3 à 5 mètres).

S'ils sont sous la forme d'un poteau d'environ un mètre de haut, on parle alors de poteau d'incendie (PI), de borne d'incendie, de borne hydrante ou de borne-fontaine en français canadien. On rencontre également dans certains pays une interdiction de stationner à proximité du poteau.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Hydrant relié à un fourgon d'incendie pour l'alimenter en eau

Dans le déroulement classique de l'extinction d'un feu, les tuyaux des sapeurs-pompiers sont alimentés par l'autopompe du fourgon d'incendie, pour des raisons :

  • de rapidité (pouvoir fournir de l'eau immédiatement) ;
  • de gestion (pouvoir compenser les irrégularités du dispositif d'alimentation) ;
  • de sécurité (pouvoir contrôler et garantir la pression de refoulement nécessaire au bon fonctionnement des lances en bout d'établissement).

La pompe est fournie en eau par la tonne du fourgon, et dès que possible celle-ci est alimentée par le tuyau relié à l'hydrant. Lorsque la conception du fourgon ne permet pas d'utiliser toute la capacité de la pompe en passant par la tonne, la pompe peut être directement alimentée par l'hydrant, mais le dispositif devient alors fortement dépendant de la régularité de l'alimentation.

Exceptionnellement, on peut brancher une motopompe sur le poteau ou la bouche pour alimenter directement les tuyaux (en secours ou remplacement d'une autopompe, ou pour alimenter un établissement de tuyaux en relais).

Le réseau d'eau doit alors être suffisamment dimensionné pour garantir que la canalisation souterraine reste en charge[14]. À défaut, le tuyau souple utilisé pour brancher la pompe sur l'hydrant se pince, et il y a un risque de détérioration du réseau (destruction et aspiration des joints entre tuyaux de la canalisation, voire effondrement de la canalisation sous le poids du terrain, tous ces éléments étant conçus pour résister à une pression positive).

Le réseau doit être pourvu de réserves suffisantes pour permettre l'extinction d'un incendie et l'usage normal du réseau (eau potable ou industrielle).

L'utilisation d'un hydrant par un pompier nécessite un équipement approprié de protection individuelle, tels que des gants, un casque et une clé tricoise.

Réservoirs et réseau de distribution[modifier | modifier le code]

Hydrant utilisé comme fontaine à Aigle (Suisse)
Borne d'incendie en France

En France et en Belgique, les réservoirs doivent permettre au service d'incendie de mobiliser 120 m3 d'eau en deux heures au maximum (60 m3 chaque heure), ou plus en fonction du calcul de besoin en eau effectué par le service d'incendie en fonction du risque (surface, distribution interne, activités, stockages du bâtiment présentant le plus gros risque)[15]. En France, le débit sur l'hydrant de DN 100 est mesuré pour un débit de 60 m3/h sous une pression résiduelle de 1 bar au minimum. En Suisse, le débit et la capacité des réservoirs sont déterminés pour chaque zone en fonction du risque.

En Belgique, ils peuvent être fournis indifféremment par :

  • un réseau de distribution d'eau ;
  • des réserves artificielles ;
  • des réserves d'eau naturelles.

En France, les réserves d'eau doivent être pérennes. Par exemple, un cours d'eau qui n'aurait pas de débit en été du fait de la sécheresse ne peut être répertorié, comme hydrant. De même les piscines ne sont pas prises en compte, car considérées comme non pérennes. Dans le département du Var, en France, une étude des Services du Conseil Général montre que dans les zones exposées au feu de forêt, moins de 25 % des piscines sont accessibles aux services de lutte contre l'incendie.

La plupart du temps le réseau est maillé, ce qui limite la stagnation de l'eau et permet notamment de fermer certains quartiers aux moyens de vannes de fermeture. Cette situation est particulièrement réelle dans les zones urbaines, mais cela est plus difficile dans les zones rurales. La réduction des pertes d'eau sur les réseaux d'alimentation en eau potable implique une sectorisation plus forte. Si la communication entre secteurs reste possible, la remise en service du maillage demande une intervention préalable, à charge du service des eaux.

Dans le tunnel sous la Manche, les hydrants disposent de raccords aux normes françaises (raccord symétrique Guillemin) et de raccords aux normes britanniques.

Construction[modifier | modifier le code]

Installation d'une borne-fontaine au Canada

Un hydrant est constitué de métal. Il est généralement peint en rouge (couleur réglementée en France par la NFS 62 200[14]) mais d'autres couleurs telles que le jaune et le bleu (couleur apparaissant en France pour les poteaux à usage d'aspiration sur une capacité d'eau) sont observées.

Les hydrants peuvent être également peints de façon multicolore. C'est le cas notamment aux États-Unis où certains hydrants peints en blanc, en rouge et en bleu font penser au drapeau du pays. Les couleurs des hydrants sont purement pratiques ou artistiques. Leur couleur est généralement exigée par la commune en question. Le rouge est souvent choisi pour sa visibilité.

Sous l'hydrant se trouvent des canalisations souterraines qui permettent d'alimenter l'hydrant en eau. En période d'hiver, la vanne de vidange souterraine s'ouvre lorsque la valve d'eau est complètement fermée afin que l'eau ne gèle pas.

Maintenance et inspections[modifier | modifier le code]

Un hydrant heurté par un chasse-neige. La partie arrachée est facilement interchangeable

Les hydrants nécessitent des inspections et des entretiens annuels. Leur garantie est généralement de un an mais certains disposent d'une garantie de cinq ou même de dix ans selon le fabricant. Toutefois, la garantie ne supprime pas la nécessité de contrôles périodiques de l'hydrant.

Les inspections sont généralement effectuées par les municipalités locales. Il est recommandé chaque année par les fabricants de changer les joints de culasse et les joints toriques afin que l'hydrant fonctionne correctement. Les hydrants privés ne sont pas inspectés la plupart du temps par les municipalités locales mais par des entreprises privées qui sont bien évidemment payantes.

Les hydrants peuvent être également sujets à des vandalismes, c'est une raison de plus pour laquelle il est nécessaire de les entretenir.

Ils peuvent être utilisés pour introduire des pistons racleurs dans les canalisations, pour maintenance.

Normes[modifier | modifier le code]

Signalétique néerlandaise. Certains textes prévoient des densité, des distances et des diamètres pour les prises d'incendie[12].

La norme NF S 61 221 est relative au signalement.

Normes allemandes et européennes:

  • DIN EN 14339 „Unterflurhydranten“ (Ersatz pour DIN 3221)
  • DIN EN 14384 „Überflurhydranten“ (Ersatz pour DIN 3222)
  • DIN 3321 „Anforderungen und Anerkennungsprüfungen für Hydranten“
  • ÖNORM F 2010
  • EN 1074-6 „Armaturen für die Wasserversorgung – Anforderungen an die Gebrauchstauglichkeit und deren Prüfung – Teil 6: Hydranten“
  • DVGW e. V.: Technische Mitteilung, Merkblatt W 331, Auswahl, Einbau und Betrieb von Hydranten. DVGW Deutsche Vereinigung des Gas- und Wasserfachs e. V., Bonn 2006, (ISSN 0176-3504).
  • DVGW e. V.: Technische Regel, Arbeitsblatt W 405, Bereitstellung von Löschwasser durch die öffentliche Trinkwasserversorgung. DVGW Deutsche Vereinigung des Gas- und Wasserfachs e. V., Bonn 2008, (ISSN 0176-3504).

Ouvertures sauvages et effractions[modifier | modifier le code]

Gaspillages[modifier | modifier le code]

Lorsque des fortes chaleurs surviennent, il peut arriver que des ouvertures intempestives de bouches d'incendie se produisent en France, notamment à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne[16]. Une pénurie d'eau locale ou un débit insuffisant peuvent être causés par ces ouvertures intempestives[17].

L'ouverture inappropriée des hydrants crée des geysers sauvages[16].

Le mercredi 21 juin 2017, les ouvertures sauvages ont touché environ 150 communes de la région parisienne, sur environ 500 appareils, provoquant un gaspillage d'environ 150.000 m3 d'eau selon les information du syndicat des eaux d'Île-de-France, l'équivalent de 150 000 000 litres ou 60 piscines olympiques[16].

Ceci correspond à un gaspillage sur ce même mois de 600 000 m3 d'eau en Île-de-France, soit 600 000 000 litres ou 240 piscines olympiques.

Le coût de ces ouvertures se compose d'une part du coût de l'eau, entre 60 000 et 80 000 euros, et des coûts indirects liés aux interventions de personnels[16].

D'après Le Monde, le problème s'aggrave : en 2015, 250 000 m3 d'eau ; en 2016, 450 000 m3 ; en cours d'année 2017, 600 000 m3[16].

Les maires sont désemparés et font appel aux services de l'État.

Pour faire des économies sur les dépenses d'eau, certaines municipalités font installer des systèmes de bague/kit antieffraction ; leur coût est de 600 euros par borne[16].

Appropriation[modifier | modifier le code]

Proshansky définit le concept d’appropriation pour perler de la manière dont les gens du voyages peuvent faire un usage des bornes à incendie à des fins d'alimentation en eau [18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. borne d'incendie
  2. bouche d’incendie
  3. borne hydrante
  4. poteau d’incendie
  5. borne-fontaine
  6. https://en.wiktionary.org/wiki/fire_hydrant#English
  7. Définitions lexicographiques et étymologiques de « hydrant » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  8. « Code général des collectivités territoriales - Article R2225-1 », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 22 mars 2015)
  9. « Code général des collectivités territoriales - Article L2225-1 », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 22 mars 2015)
  10. Le Journal général. Travaux publics et Bâtiment, [s.n.?], (lire en ligne)
  11. Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux Auteur du texte, TSM : techniques sciences méthodes, génie urbain génie rural, Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement, (lire en ligne)
  12. a et b Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux Auteur du texte, Techniques et sciences municipales, Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux, (lire en ligne)
  13. (en) « James Henry Greathead », Greathead One name study
  14. a et b en France cf. Norme Afnor NFS 62 200 Poteaux et Bouches d'incendie : Règles d'Installation
  15. Un consensus s'est fait en France autour des Documents D9 et D9A pour déterminer les ressources en eau à mettre en place au titre de la Défense Extérieure Contre l'Incendie :
  16. a, b, c, d, e et f Guillaume Descours et A. F. P. agence, « Les ouvertures sauvages des bouches d'incendie sont dangereuses et coûtent cher », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  17. « Ouvrir les bouches d'incendie pour se rafraîchir ? Mauvaise idée, avertissent les pompiers », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  18. Centre d'études, de documentation, d'information et d'action sociales (Paris). Auteur du texte et Office central des oeuvres de bienfaisance et services sociaux (France), Vie sociale : cahiers du CEDIAS, Musée social, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]