Hyalomma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hyalomma
Description de cette image, également commentée ci-après
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Sous-classe Acari
Super-ordre Parasitiformes
Ordre Ixodida
Famille Ixodidae

Genre

Hyalomma
C. L. Koch, 1844

Synonymes

  • Nyalommasta Schulze, 1930
  • Euhyalomma Filippova, 1984
  • Delpyiella Dias, 1955
  • Hyalommina Schulze, 1919

Hyalomma est un genre de tiques de la famille des Ixodidae.

Description[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Guglielmone & al., 2010[1] :

Enjeux écoépidémiologiques et de santé publique[modifier | modifier le code]

Les Hyalomma sont considérées comme en extension (densité croissante de population) sur une partie de leur aire de répartition qui semble elle-même s'étendre depuis la fin du XXe siècle (Hyalomma lusitanicum trouvée sur un cheval près de Stuttgart en 2005, ou sur des vêtements dans le sud de l'Allemagne en 2006, H. marginatum et H. m. rufipes trouvées sur des chevaux aux Pays-Bas. En France, H. lusitanicum était présente dans le delta du Rhône, mais semble selon Rageau et Mouchet (1970) avoir fortement régressé après les épidémies de myxomatose. Morel en 1959 estimait que H. m. marginatum était possiblement présente dans le Sud-Ouest, mais qu'elle était bien présente en Corse. Les autres espèces d'Hyalomma semblent occasionnelles[3]. L'augmentation de l'aire de cette espèce préoccupe les épidémiologistes et écoépidémiologues car les tiques du genre Hyalomma sont vectrices de maladies ou zoonoses dont notamment ;

En Crimée, c'est une pullulation du lièvre, dont la chasse avait été interdite alors que ses prédateurs naturels avaient été pourchassés, qui a permis une explosion démographique des tiques et la diffusion du virus. L'épidémie a cessé après que la plupart des lièvres furent morts (du virus et/ou de conditions météo très défavorables).

En Astrakhan, la maladie est endémique et en extension depuis que les tiques Hyalomma marginatum ont bénéficié de la régulation du cours de la Volga. La canalisation du fleuve a supprimé ou diminué ses crues, qui inondaient les vallées en y noyant et régulant les populations de tiques.

Le virus semble s'être adapté aux conditions difficile du nord-est de la Sibérie[7].

Le drainage des forêts, et leur déshydratation par les routes qui les traversent et par les coupes rases, combinés au réchauffement climatique pourraient donc aussi exacerber la circulation des tiques et les "chances" qu'elles ont de contacter de nouvelles espèces réservoir et d'ainsi étendre les zones où la maladie est endémique[8].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • C. L. Koch, 1844 : Systematische Übersicht über die Ordnung der Zecken. Archiv Für Naturgeschichte, Berlin, vol. 10, p. 217–239 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guglielmone, Robbins, Apanaskevich, Petney, Estrada-Pena, Horak, Shao & Barker, 2010 : The Argasidae, Ixodidae and Nuttalliellidae (Acari: Ixodida) of the world: a list of valid species names Zootaxa, n. 2528, p. 1–28.
  2. M. Gharbi et M.A. Darghouth, « A review of Hyalomma scupense (Acari, Ixodidae) in the Maghreb region: from biology to control. », Parasite, vol. 21,‎ , p. 2 (PMID 24507485, DOI 10.1051/parasite/2014002)
  3. Pérez-Eid C. Les tiques. Identification, biologie, importance médicale et vétérinaire. Lavoisier. Paris 2007
  4. Rumer L, Graser E, Hillebrand T, Talaska T, Dautel H, Mediannikov O, et al. Rickettsia aeschlimannii in Hyalomma marginatum ticks, Germany [letter]. Emerg Infect Dis. 2011 ; 17 (2) : 325 - 326. Texte complet.
  5. Matsumoto K, Parola P, Brouqui P, Raoult D. Rickettsia aeschlimannii in Hyalomma ticks from Corsica. Eur J Clin Microbiol Infect Dis. (2004) 23: 732–734
  6. L'homme favorise la pullulation vectorielle. ex. : la fièvre hémorragique de Crimée-Congo
  7. Magnaval JF, Tolou H, Gibert M, Innokentiev V, Laborde M, Melnichuk O, Grandadam M, Crubézy E, Alekseev A. Seroepidemiology of Nine Zoonoses in Viljujsk, Republic of Sakha (Northeastern Siberia, Russian Federation). Vector-Borne and Zoonotic Dis. 2011 ; 11 (2) : 157-160. (Résumé).
  8. Bitam I, Parola P, Raoult D. « Global warming may increase Rhipicephalus sanguineus vectorized diseases ». 5th ICRRD, May, 2008, Marseille, France

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Morel, 1959 : Les Hyalomma (Acariens, Ixodidae) de France. Annales de Parasitologie, vol. 34, p. 552–555

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :