Hyacinthaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famille des Hyacinthaceae, les Hyacinthacées, regroupe des plantes monocotylédones ; elle comprend entre 500 et 1 000 espèces réparties en 40 à 70 genres.

Cette famille cosmopolite ne comporte que des plantes herbacées, pérennes, le plus souvent à bulbe.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du genre Hyacinthus qui est « le nom grec d'une fleur, dédiée à Hyacinthe, (personnage masculin dans la mythologie grecque), personnification du printemps, tué par Apollon et changé en fleur »[1].

Classification[modifier | modifier le code]

La prise en compte de cette famille, sa délimitation et ses genres font encore débat chez les botanistes.

Cette famille n'existait pas en classification classique de Cronquist (1981), les espèces étant alors placées parmi les Liliaceae.

En classification phylogénétique APG (1998), cette famille existe et est rattachée à l'ordre des Asparagales.

En classification phylogénétique APG II (2003) la famille des Hyacinthaceae peut être supprimée, optionnellement. Dans ce cas, ses espèces sont classées parmi les Asparagaceae.

En classification phylogénétique APG III (2009) cette famille est invalide et ses genres sont incorporés dans la famille des Asparagaceae, au sein de laquelle des auteurs l'assimilent à la sous-famille des Scilloideae (en)[2].

Principaux genres[modifier | modifier le code]

Parmi les genres rencontrés en France on peut citer :

On peut également citer :

Statut, pression, menaces[modifier | modifier le code]

La jacinthe des bois est localement menacée par l'artificialisation des forêts ou une gestion trop intensive. Des scilles sont souvent confondues avec la jacinthe des bois : la scille (Hyacinthoides hispanica) a été introduite (vers le XVIe-XVIIe siècle) en Europe de l'Ouest, dont en Grande-Bretagne où elle est devenue dominante dans les bois. La jacinthe des bois fait l'objet d'un plan national de restauration et d'opérations de réintroduction[3] au Royaume-Uni.

Genres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. P.-V. Fournier. Les quatre flores de la France, Lechevalier, Paris, 1990 (ISBN 978-2-7205-0529-4), page 176
  2. (en) Michael F. Fay, James L. Reveal et Mark W. Chase, « A subfamilial classification for the expanded asparagalean families Amaryllidaceae, Asparagaceae and Xanthorrhoeaceae », Botanical Journal of the Linnean Society, vol. 161, no 2,‎ , p. 132–136 (ISSN 0024-4074, DOI 10.1111/j.1095-8339.2009.00999.x, lire en ligne, consulté le 16 avril 2019)
  3. Page du site Wildflower de l'ONG Landlife

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]