Husky de Sibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Husky de Sibérie
Deux huskys sibériens.
Deux huskys sibériens.
Région d’origine
Région Drapeau de la Russie Russie
Caractéristiques
Taille mâles de 53,5 à 60 cm

femelles de 50,5 à 56 cm

Poids mâles de 20,5 à 28 kg

femelles de 15,5 à 23 kg

Poil Doux, lisse et de longueur moyenne, mais très épais avec un sous-poil dense[1]
Robe Toutes les couleurs sont admises, du noir au blanc pur en passant par le cuivre ou le chocolat, le gris ou le sable[1]. On rencontre communément diverses marques sur la tête, comprenant de nombreux motifs typiques à la race.
Tête Ronde, avec un stop assez marqué et un museau assez fin[1]. Le corps est très compact, musclé et Dégage une impression de robustesse en gardant une ligne élégante[1].
Yeux En forme d'amande, noirs, marrons, bleus ou vairons
Oreilles Triangulaires, dressées, attachées haut, l'extrémité arrondie pointe vers le ciel[1]
Queue Moyenne, légèrement recourbée[1], fournie en poil
Caractère Doux, gentil, affectueux, sensible, sociable, sportif et déterminé
Autre
Utilisation Chien d'attelage, chien de compagnie
Nomenclature FCI
  • groupe 5
    • section 1
      • no 270

Le husky de Sibérie, le husky sibérien, ou tout simplement appelé husky, est une race de chien originaire de Sibérie orientale, en Russie, où il est traditionnellement élevé comme chien d'attelage.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Husky signifie « enroué, rauque » en anglais, caractéristique de l'aboiement de ce chien[2].

Deux pluriels existent pour ce mot : « huskys » (pluriel conforme à l'orthographe française) ou « huskies » (anglicisme).

Historique[modifier | modifier le code]

La All Alaska Sweepstakes en 1925.

Originaire de Sibérie orientale, le husky sibérien apparut autour de 2000 av. J-C, auprès des Tchouktches, peuple à la langue d’origine paléosibérienne. Au Kamtchatka, le peuple tchouktche vivait autour du bassin de la rivière Kolyma. L'isolement de la tribu et un système méthodique d'élevage ont conduit à une amélioration continuelle de la race : les Tchouktches, en éliminant systématiquement les chiens agressifs, ont réussi à produire un chien de trait adéquat pour le traîneau mais aussi comme gardien des biens et compagnon pour les enfants. Chez eux, les chiens faisaient partie de la famille et partageaient souvent l'habitation.

La légende tchouktche veut que le husky soit né de l'amour d'un loup et de la lune : le husky a l'apparence du loup et porte la queue en croissant de lune. Selon la légende, les soirs de pleine lune, huskys et loups hurlent pour appeler la lune afin qu'elle redescende à nouveau[3].

En 1909, neuf chiens sont amenés en Alaska par un marchand de fourrure russe pour participer à la course All Alaska Sweepstakes[3], longue de 653 km. Ce premier attelage, malgré la taille plus petite des chiens, se classe troisième. Un Écossais, impressionné par l'extraordinaire résistance de ces chiens, en importa 61 autres pour se constituer trois attelages au All Alaska Sweepstakes de 1910, ils terminèrent premier, deuxième et quatrième.

Lors de l'hiver 1925, lorsqu'une épidémie de diphtérie frappe le village de Nome en Alaska, c'est un relais d'attelages de huskys, menés par les chiens Balto et Togo qui permit de livrer le sérum. Cette prouesse valut à ces chiens et à leurs maîtres une notoriété nationale[3].

La race est reconnue par l'American Kennel Club dès 1930 et le Siberian Husky Club of America est fondé en 1938. En France, les premiers huskys de Sibérie sont importés en 1970 et la première inscription au LOF a lieu en 1973. Faisant partie dans un premier temps au club « Réunion d'Amateurs de Samoyèdes et Chiens Nordiques », la race est à présent gérée par le club Siberian Husky France depuis le [3]. Le husky a été exterminé en URSS, peu ont survécu. Le Canada a toutefois préservé la race. Ils sont revenus en Russie en 1991, grâce au spécimen Nival du Loup Sibérien (Élevage Belge) qui fait partie encore aujourd’hui d’1/3 des pédigrées dans ce pays. Le nom « husky » a été proposé par Mme Tatiana Ochkova, ce qui a permis de mettre l’accent sur la différence entre les « Laika », très proches de la race mais plutôt destinés à la chasse, et les huskies qui gardent ça dans leurs gènes mais sont plutôt adeptes à traîner (d’où « chiens de traîneau »). Mme Tatiana Ochkova a monté en 1992 le premier club de huskies russes, (depuis le retour de la race dans le pays d’origine) : « le Croc blanc ».

Contrairement au husky d'Alaska, il est classé à la section 1 du groupe 5 de la fédération cynologique internationale : chien nordique de traineau de type spitz.

Description[modifier | modifier le code]

Manteau[modifier | modifier le code]

Husky de Sibérie femelle couleur sable.

Le husky de Sibérie a un pelage double qui est plus épais que celui de la plupart des autres races de chiens[4]. Il se compose de deux couches : un sous-poil dense et finement ondulé et un poil de couverture plus long et plus épais[5]. Cela protège efficacement les chiens contre les rigoureux hivers de l'Arctique et reflète également la chaleur en été. Ils peuvent supporter des températures aussi basses que −50 à −60 °C (−58 à −76 °F). Le sous-poil est souvent absent pendant la mue[4]. Leur pelage épais nécessite un toilettage hebdomadaire[4].

Un pelage excessivement long, parfois appelé "wooly" ou "woolie", est considéré comme un défaut selon les normes de la race car il manque à la fois la protection plus épaisse des poils de garde du pelage standard, obscurcit le contour bien défini du chien, provoque une surchauffe plus rapide lors de travaux sérieux de harnais, et devient facilement emmêlé et recouvert de neige et de glace[6].

Les Huskies de Sibérie se déclinent en différentes couleurs et motifs, souvent avec des pattes et des jambes blanches, des marques faciales et une pointe de queue blanche. Les exemples de couleurs de pelage incluent le noir et blanc, le cuivre-rouge et blanc, le gris et blanc, le blanc pur et le rare pelage "agouti", bien que de nombreux individus aient des taches blondes ou piebald. Certains ont également le motif "saddle back", dans lequel les poils de garde noirs sont limités à la zone du dos, tandis que la tête, les reins et les épaules sont soit rouge clair, soit blancs. Il existe une grande variété de marques faciales frappantes, de lunettes et d'autres marques. Toutes les couleurs de pelage, du noir au blanc pur, sont autorisées[5],[7],[8],[9]. Les motifs de pelage Merle ne sont pas autorisés par l'American Kennel Club (AKC) et le Kennel Club (KC)[5],[10]. Ce motif est souvent associé à des problèmes de santé et à une reproduction impure[11].

Yeux[modifier | modifier le code]

Husky de Sibérie rouge et blanc avec l'hétérochromie.

L'American Kennel Club décrit les yeux du Husky de Sibérie comme "en forme d'amande, modérément espacés et légèrement obliques." La norme de la race du AKC stipule que les yeux peuvent être marron, bleus ou noirs ; un de chaque couleur ou avec hétérochromie est acceptable. Ces combinaisons de couleurs d'yeux sont considérées comme acceptables par l'American Kennel Club. L'hétérochromie n'affecte pas la vision du chien[12].

Nez[modifier | modifier le code]

Les chiens de qualité pour les expositions préfèrent ne pas avoir le nez pointu ni carré. Le nez est noir chez les chiens gris, marron chez les chiens noirs, foie chez les chiens couleur cuivre et peut être de couleur beige clair chez les chiens blancs. Dans certains cas, les Huskies de Sibérie peuvent présenter ce qu'on appelle un "nez de neige" ou "nez d'hiver." Cette condition est appelée hypopigmentation chez les animaux. Le "nez de neige" est accepté en exposition[4],[13].

Queue[modifier | modifier le code]

Les queues des Huskies de Sibérie sont lourdement fournies en poils ; ces chiens ont souvent tendance à se recroqueviller avec leur queue sur leur visage et leur nez pour fournir une chaleur supplémentaire. Lorsqu'il se recroqueville pour dormir, le Husky de Sibérie couvre son nez pour se réchauffer, souvent appelé « le tourbillon sibérien ». La queue devrait être expressive, tenue basse lorsque le chien est détendu et courbée vers le haut en forme de « faucille » quand il est excité ou intéressé par quelque chose[4].

Taille[modifier | modifier le code]

La norme de la race indique que les mâles doivent idéalement mesurer entre 20 et 24 pouces (51 et 61 cm) au garrot et peser entre 45 et 60 livres (20 et 27 kg)[14]. Les femelles sont plus petites, mesurant entre 19 et 23 pouces (48 et 58 cm) au garrot et pesant entre 35 et 50 livres (16 et 23 kg)[4]. Les habitants de Nome appelaient les Huskies de Sibérie des "rats de Sibérie" en raison de leur taille de 40 à 50 livres (18 à 23 kg), par rapport à la taille des Malamutes de l'Alaska de 75 à 85 livres (34 à 39 kg)[15].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le Husky a généralement tendance à hurler plutôt qu'à aboyer[16]. On les décrit comme des artistes de l'évasion, cela peut inclure creuser sous les clôtures, mâcher à travers celles-ci, voire sauter par-dessus[17],[18],[19].

Étant donné que le Husky de Sibérie a été élevé dans un cadre familial par les Chukchis et non laissé pour se débrouiller seul, on peut lui faire confiance avec les enfants[20]. L'ASPCA classe la race comme étant bonne avec les enfants. Elle indique également qu'ils ont une grande énergie à l'intérieur, ont des besoins d'exercice spéciaux et peuvent être destructeurs "sans les soins appropriés"[17].

Les Huskies de Sibérie ont une forte tendance à la chasse en raison du fait que les Chukchis les laissaient se promener librement en été. Les chiens chassaient en meute et s'en prenaient aux chats sauvages, aux oiseaux et aux écureuils, mais avec une éducation, ils peuvent être de confiance avec d'autres petits animaux. Ils ne revenaient dans les villages des Chukchis que lorsque la neige revenait et que la nourriture devenait rare. Leurs instincts de chasse se retrouvent toujours dans la race aujourd'hui, comme en témoigne leur tendance généralement élevée à la chasse[21].

Une clôture d'environ 6 pi (1,83 m) est recommandée pour cette race en tant qu'animal de compagnie, bien que certains aient réussi à franchir des clôtures de 8 pi (2,44 m)[19]. Les barrières de confinement pour animaux électriques peuvent ne pas être efficaces[19]. Ils ont besoin de la compagnie fréquente des humains et d'autres chiens, et leur besoin de se sentir partie intégrante d'une meute est très fort[22].

Le caractère du husky de Sibérie est amical et doux[23]. Le husky ne peut pas être utilisé comme chien de garde ; les huskies de Sibérie ont généralement aucune agressivité envers les humains. De plus, la race montre souvent de l'indépendance, ce qui est un désavantage pour les chiens de service[24]. Essayer d'enseigner un comportement agressif aux huskies de Sibérie peut entraîner des problèmes mentaux chez le chien. Cela peut être dangereux pour le propriétaire[25]. Le chien est intelligent, mais peut être têtu en raison de son indépendance, de son impulsivité et de son inattention[26]. Pour obtenir l'obéissance, il est très bénéfique de commencer l'entraînement dès le plus jeune âge.

Les huskies de Sibérie ont été classés 77e sur 138 races comparées pour leur intelligence par le psychologue canin Stanley Coren[27],[28]. Cependant, les classements dans les travaux publiés de Coren utilisaient uniquement l'une des trois formes définies d'intelligence canine, "Intelligence de Travail et d'Obéissance", qui se concentre sur la facilité d'entraînement - la capacité d'un chien à suivre des instructions et des commandes dans un contexte direct, spécifiquement par des juges d'essai dans un parcours contrôlé. Le travail du husky de Sibérie en tant que chien de traîneau, avec un minimum de direction active d'un conducteur, et la dépendance d'un conducteur sur les chiens pour prendre leurs propres décisions dans des conditions difficiles, utilisent les deux autres formes, "Intelligence Instinctive" et "Intelligence Adaptative", de manière beaucoup plus importante[29].

Races proches[modifier | modifier le code]

Les malamutes, samoyèdes et chien du Groenland originaire d'Alaska et de Sibérie, sont proches du husky.

Caractère[modifier | modifier le code]

Le husky est affectueux et amical envers l'homme.
Le husky adore la neige.
Husky de Sibérie de 3 ans et demi.

Le husky de Sibérie est décrit dans le standard FCI comme d'un tempérament gentil et doux, éveillé et sociable, mais c'est un chien actif qui aime l'aventure. Il peut donc être amené à fuguer ou détruire comme tout chien dont les besoins ne sont pas respectés. Il n'est pas possessif et ne fait pas preuve de méfiance envers les étrangers ou les autres chiens. C'est un chien qui aime beaucoup les enfants. Étant donné sa force brute et son énergie plus qu’abondante, il est toutefois souvent évité dans les milieux familiaux, malgré cet amour insatiable pour les enfants et le jeu. Le husky de Sibérie est donc souvent, à tort, considéré comme un chien agressif selon la croyance populaire. D’ailleurs, un sondage de 1996 sur les morsures de chiens à travers le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, montre que le husky sibérien ne se place pas du tout à l’avant-plan sur cet aspect[30]. Bien entendu, ce caractère doux et domestique est en grande partie dû à l’élevage intransigeant mis en place par les communautés Tchouktches, en Russie. La technique consistant en la suppression automatique de chiens montrant des signes d’agressivité, plusieurs générations plus tard, il ne restait donc que ceux dont les gênes ont été corrigés pour subvenir aux besoins des peuples qui les ont élevés et dressés, sans imposer les désavantages qu’imposait la gestion d’un chien agressif. Aujourd’hui, le husky sibérien est un chien de salon aussi bien qu’il peut être un chien de la nature, on en voit dans les villes, comme dans les pâturages, et comme son ADN l’a si bien fait dans les communautés Tchouktches, le husky de Sibérie, au fil des générations, s’est adapté à un mode de vie beaucoup moins rural. Certains husky vivent aujourd’hui dans des centres-villes, dans des appartements : ils y sont heureux tant que leurs besoins sont respectés. Ces chiens sont joviaux, requièrent beaucoup d’attention de la part de leur propriétaire, et ne connaissent aucune limite à leur terrain de jeu.

Entretien[modifier | modifier le code]

Les huskys muent deux fois par an : ils changent complètement de fourrure, ce qui peut durer trois semaines ou plus. Le reste du temps, les huskys perdent relativement peu de poils.

Le toilettage (en) est proscrit dans le standard de la race.

Troubles de santé[modifier | modifier le code]

Il est sujet aux parasites (tiques et puces).

Dysplasie de la hanche[modifier | modifier le code]

L'incidence de la dysplasie de la hanche est relativement faible. Toutefois, les chiens destinés à la reproduction devraient, entre autres, faire l'objet d'une certification de la « Fondation orthopédique animale » avant l'accouplement[réf. nécessaire]. Cette certification ne peut être obtenue avant l'âge de deux ans. Les efforts soutenus des éleveurs ont permis de maintenir l'incidence de ce problème à un faible niveau.

Problèmes oculaires[modifier | modifier le code]

Selon la Canine Eye Registry Foundation (CERF), l'incidence de cataractes chez les animaux vérifiés par l'American College of Veterinary Ophtalmologist est d'environ 15 à 18 %. L'incidence véritable est probablement plus élevée, étant donné que nombre d'éleveurs d'expérience peuvent découvrir l'anomalie précocement et ne font pas certifier les chiots. Typiquement, ces cataractes affectent peu la vision du chien qui peut quand même mener une vie heureuse et normale après stérilisation. Cependant, il existe une forme de cataractes plus agressive qui progresse rapidement et peut entraîner une cécité totale vers l'âge de deux ou trois ans.

Il existe également un problème de dystrophie de la cornée au sein de la race. Cette maladie cause une perte de vision diffuse et progressive à partir de l'âge moyen. Chez plusieurs races, dont le husky, on a noté l'apparition d'un problème d'atrophie progressive de la rétine et d'atrophie rétinienne centrale progressive. Ce sont des affections d'origine génétique et le dépistage chez les couples éventuels a permis d'en réduire sensiblement l'incidence au sein de la race. À l'heure actuelle, l'incidence de l'atrophie centrale de la rétine est relativement faible.

Le husky peut également être sujet au glaucome, notamment certaines lignées développées pour la course. Le glaucome cause généralement des douleurs et une perte de vision significatives avant que le problème ne soit détecté.

Pyodermites[modifier | modifier le code]

Cette race de chien est sujette aux pyodermites, des infections bactériennes de la peau[31]. Une pyodermite est susceptible d’apparaître à la suite d'une irritation, une allergie ou une piqûre d'insecte[31]. Il s'agit de petits boutons de pus parfois sous forme de tâches accompagnées de croûtes[31].

Utilité[modifier | modifier le code]

Le husky est un chien de traîneau sélectionné pour parcourir des distances importantes à une vitesse modérée, par grands froids. Son caractère confiant en fait un piètre chien de garde.

Huskys célèbres[modifier | modifier le code]

Balto, présenté au muséum d'Histoire naturelle de Cleveland.

Balto et Togo sont célèbres pour leur participation à la course au sérum de 1925, à Nome (Alaska), afin de transporter un médicament antidiphtérique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dr Céline Lacourt (vétérinaire), « Le husky : un chien primitif, élégant, actif et robuste », télé Z,‎ , p. 9.
  2. « Le Husky sibérien : origine de la race », sur toutsurleschiens.com (consulté le ).
  3. a b c et d « Husky de Sibérie - Description », sur centrale-canine.fr, Société centrale canine (consulté le ).
  4. a b c d e et f « AKC Meet The Breeds: Siberian Husky », AKC.org (consulté le )
  5. a b et c "Get to Know the Siberian Husky", 'The American Kennel Club', Retrieved 29 May 2014
  6. (en) « Siberian Husky Dog Breed Information », sur American Kennel Club (consulté le )
  7. « FCI-Standard N° 270 – Siberian Husky », sur Federation Cynologique Internationale (AISBL),
  8. « Siberian Husky Breed Standard », sur Canadian Kennel Club,
  9. « Siberian Husky Breed Standard », sur United Kennel Club
  10. « Siberian Husky Breed Standard », sur The Kennel Club,
  11. « Coat Color Identification Guidelines & Statement on "Merle" Patterning in Siberians », sur Siberian Husky Club of America Inc.,
  12. « American Kennel Club:Official Standard of the Siberian Husky », sur American Kennel Club (consulté le )
  13. « Common Husky Questions – Siberian Husky Club of Great Britain – Huskies UK » [archive du ], Siberianhuskyclub.com (consulté le )
  14. « Siberian husky », sur Encyclopaedia Britannica, Encyclopaedia Britannica, Inc. (consulté le )
  15. « The Siberian Husky: A Brief History of the Breed in America » [archive du ], sur Shca.org (consulté le )
  16. « Siberian husky (breed of dog) – Britannica Online Encyclopedia », dans Britannica.com (lire en ligne) (consulté le )
  17. a et b Sheldon L. Gerstenfeld, ASPCA Complete Guide to Dogs, Chronicle Books, (ISBN 978-0-8118-1904-6, lire en ligne), p. 190
  18. Lisa Duffy-Korpics, Tales from a Dog Catcher, Globe Pequot, (ISBN 978-0-7627-5770-1, lire en ligne), p. 214
  19. a b et c Diane Morgan, Siberian Huskies For Dummies, John Wiley & Sons, , 202–203 p. (ISBN 978-1-118-05366-9, lire en ligne)
  20. « History », sur My Husky (consulté le )
  21. « Husky History », sur users.tpg.com.au (consulté le )
  22. DK Publishing, The Dog Encyclopedia, DK Publishing, (ISBN 978-1-4654-2116-6, lire en ligne), p. 101
  23. « Official Valid Standard Siberian Husky », sur Federation Cynologique Internationale (consulté le )
  24. « 15 Siberian Husky Secrets: 10 Breeders Give Their Best Advice to New Owners », sur Ready Set Puppy (consulté le )
  25. « Are Huskies Dangerous Dogs? », sur The Smart Canine, (consulté le )
  26. « DRD4 and TH gene polymorphisms are associated with activity, impulsivity and inattention in Siberian Husky dogs », sur ResearchGate (consulté le )
  27. Gay Salisbury; Laney Salisbury (17 February 2005), « Chó Husky » (consulté le )
  28. Stanley Coren, The Intelligence of Dogs: A Guide to the Thoughts, Emotions, and Inner Lives or Our Canine Companions, New York, Free Press, , 1st éd. (ISBN 978-0-7432-8087-7, OCLC 61461866)
  29. (en) « Canine Intelligence—Breed Does Matter | Psychology Today », sur Psychologytoday.com (consulté le )
  30. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0168159101001538 (Guy, 2001)
  31. a b et c « Le Husky sibérien : maladie de la race », sur toutsurleschiens.com (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :