Human Torch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Human Torch
Personnage de fiction apparaissant dans
Marvel Mystery Comics.

Nom original The Human Torch[1]
Alias Jim Hammond, The Torch
Naissance créé à Brooklyn, New York, Etat de New York, États-Unis[1]
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Espèce Androïde
Cheveux Blonds[1]
Yeux Bleus[1]
Activité Aventurier, ancien chef d’entreprise, ancien officier de police ; citoyen des États-Unis sans casier judiciaire[1]
Caractéristique
  • Combattant de rue accompli
  • Combattant non armé qualifié
Pouvoirs spéciaux
  • Génération, manipulation et résistance au feu
  • Vol dans les airs
  • Capacité de survivre sans oxygène pendant de longues périodes
Adresse Aucune[1]
Taille 1,90 m[1]
Famille Célibataire
Phinéas T. Horton (créateur, décédé), la Vision (copie temporelle, décédé), Adam-II, Volton, les Gremlins (« frères », androïdes conçus par Horton)[1]
Affiliation Membre des Envahisseurs (les trois incarnations), ancien membre des Secret Avengers, de l’Équipe des Gagnants (All-Winners Squad (en)), de la Légion des Morts-vivants (Legion of the Unliving, membre réserviste), des Vengeurs de la Côte Ouest, d’Oracle Incorporated, des Héros à Louer, du V-Battalion, des Descendants, du S.H.I.E.L.D.[2] ; ancien partenaire de Toro et de Sun Girl (en)[1]
Ennemi de Namor (anciennement)

Créé par Carl Burgos
Première apparition (en)

(fr) The Best of Marvel – Le plus grand combat des Fantastiques
(Arédit, avec Fantastic Four Annual #4 ; Marvel Mystery Comics #1 a été publié dans Marvel : Les Origines no 2)[1]

Éditeurs Timely Comics
Atlas Comics
Marvel Comics

Jim Hammond, alias Human Torch (litt. la « Torche humaine ») est un super-héros évoluant dans l'univers Marvel de la maison d'édition Marvel Comics.

Créé par le dessinateur Carl Burgos pour Funnies, Inc., une société qui produit des bandes dessinées destinées à être publiées par d'autres éditeurs, la série, accompagnée de plusieurs autres dont The Sub-Mariner de Bill Everett, est publiée par l'éditeur Timely Comics pour la première fois dans le premier numéro du comic book Marvel Comics en octobre 1939[3]. En 1940, Funnies cesse ses activités et vend les droits des personnages, dont Human Torch, à Timely Comics.

Human Torch est l'un des plus anciens personnages de super-héros. Il appartient aujourd'hui à Marvel Comics mais n'a été utilisé que sporadiquement après-guerre, en raison de sa similitude avec son homonyme Marvel la Torche humaine (Johnny Storm), créé en 1961 par Stan Lee et Jack Kirby dans la série Fantastic Four.

Historique de la publication et biographie du personnage[modifier | modifier le code]

Origines et parcours[modifier | modifier le code]

Human Torch est un androïde créé par le scientifique Phineas Horton. À cause d'un défaut de fabrication, il est capable de l'enflammer au contact de l'air. Après avoir appris à contrôler ce pouvoir, il devient un super-héros et prend le nom de « Human Torch ». L'androïde prend également une identité civile, sous le nom de Jim Hammond.

Le personnage devient une vedette de l'éditeur Timely Comics : les auteurs de sa série lui font plusieurs fois affronter un autre de leurs héros, Namor le Prince des mers (Namor The Sub-Mariner), jouant sur le contraste entre le feu et l'eau[4]. À cette occasion, Human Torch et Namor sont les deux héros qui participèrent au premier crossover de l’histoire des comics, quand ils menèrent leur bataille dans Marvel Mystery Comics #8 et 9. On peut donc considérer que la naissance de l’univers Marvel comme un univers partagé des héros de Timely Comics d’abord, puis de Marvel Comics ensuite, eut lieu au cours de ces deux épisodes[1].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il combat les nazis. Après le conflit, les super-héros passent temporairement de mode ; Human Torch disparaît alors, comme beaucoup d'autres personnages du même type.

En 1961, alors que les super-héros reviennent à la mode à la faveur de l'Âge d'argent des comics, le scénariste Stan Lee donne le nom et les pouvoirs du personnage à la Torche humaine (Johnny Storm), membre des Quatre Fantastiques. Deux ans plus tard, dans le quatrième épisode annuel des Fantastiques, Stan Lee fait réapparaître la Torche humaine d'origine — ressuscitée par le Penseur fou — le temps d'un combat contre son homonyme moderne.

Du fait de la présence d'un personnage portant le même nom et ayant une apparence identique, la Torche humaine androïde ne fait plus que des apparitions occasionnelles dans l'univers Marvel. En 1989, il est une nouvelle fois ressuscité, cette fois par le dessinateur John Byrne qui en fait un temps un membre des Vengeurs de la Côte Ouest. Le personnage meurt à nouveau en voulant sauver Tara, sa « fille », de l'Axus Mundi. Ses camarades super-héros lui offrent ensuite des funérailles nationales.

Par la suite, il est à nouveau ressuscité pendant le crossover Dark reign et devient membre des Vengeurs secrets.

Homonyme[modifier | modifier le code]

Human Torch est la première « Torche humaine » et ne doit pas être confondu avec le personnage de la Torche humaine (Johnny Storm), un membre de l'équipe des Quatre Fantastiques.

En France, afin d'éviter la confusion avec Johnny Storm, les traduction du personnage de Human Torch faites par les éditions Lug et Semic utilisèrent sa dénomination anglophone de « Human Torch ».

Pouvoirs et capacités[modifier | modifier le code]

Human Torch est un être synthétique, un androïde conçu et construit en matériaux artificiels. Il est doté de capacités d'intelligence créative, d'activité auto-motivée illimitée et d'émotions humaines.

En complément de ses pouvoirs, il a été membre du NYPD dans les années 1940 et a suivi une formation à l'académie de police de New York. Il a aussi reçu une formation au combat à mains nues par Captain America et est un expert dans l'utilisation de ses pouvoirs surhumains au combat. Il est également un combattant de rue accompli.

Les pouvoirs principaux de Human Torch sont sa capacité mentale à contrôler l’énergie calorique ambiante, ainsi que de pouvoir envelopper son corps entier (ou une portion de celui-ci) avec une forme de plasma surchauffé et enflammé, sans que cela ne lui cause de dommages[1].

Quand il s'enflamme, il est généralement enveloppé d’un plasma de faible intensité (rougeoyant, d'une température d’environ 415 °C) et d’une épaisseur variant de 3 à 12 cm. Cependant, il peut créer des chaleurs et des flammes d'une intensité beaucoup plus élevée. Quand Human Torch parle des températures les plus élevées qu’il peut atteindre, il les nomme sous le qualificatif de « flamme nova » ; la température exacte de cette « flamme nova » n’est pas connue[1].

Il n'est pas affecté par la chaleur de ses propres flammes, tout comme celles générées par d'autres sources, même lorsque seule une partie de son corps est enflammée. Sa chair ne peut pas être brûlée ou ébouillantée par une source de chaleur inférieure à la chaleur maximale qu'il peut générer[1].

Quand il dépense son énergie à un rythme normal, il peut rester sous sa forme enflammée pendant environ 16,8 heures[1]. Au début de sa carrière, cette période était beaucoup plus courte ; il lui est arrivé plusieurs fois de se retrouver dépourvu de sa flamme en situation de combat, ayant épuisé son énergie. Par ailleurs, il ne peut pas maintenir sa « flamme nova » pendant de longues périodes[1].

Il peut également libérer d’un seul coup toute son énergie en une seule « explosion nova », générant alors une chaleur d’environ 550 000 °C, similaire dans ses effets à la chaleur dégagée par une explosion nucléaire s’étendant sur une zone d’environ 275 mètres de diamètre (Human Torch a déclaré être capable de détruire un petit astéroïde avec son « explosion nova »)[1]. Quand il utilise cette attaque, la violente décharge pompe en une seule fois toutes ses réserves d’énergies — à l’exception du strict minium pour le maintenir en vie —, épuisant en un seul coup sa flamme. Par la suite, il a besoin de 12 heures en moyenne pour récupérer d’une telle dépense d’énergie[1].

Il peut également créer diverses formes avec sa flamme, à partir de n’importe quelle partie de son corps (il utilise généralement ses mains pour « sculpter » ses formes enflammées, mais c’est juste par habitude). Il peut ainsi créer de longues traînées de feu, des sphères de flammes, voire des formes plus sophistiquées telles des lettres de feu dans le ciel. Ces « objets-flammes » conservent leur forme aussi longtemps que Human Torch maintient sa concentration sur ceux-ci. Ils brûleront pendant environ 3 minutes avant de s’éteindre, sauf s'il les alimente avec son énergie. La température de ces projections est d’environ 1 550 °C, soit approximativement la température de fusion de l’acier. Il peut aussi contrôler les autres flammes qu’il n’a pas créées lui-même[1].

Le plasma qu'il génère possède une forte teneur en hydrogène, son corps secrétant un nuage chaud d’atomes d’hydrogène monoatomique autour de lui. Avec celui-ci, il dispose de suffisamment de flottabilité pour être capable de voler dans les airs, grâce un effort mental en fournissant une puissance suffisante pour soulever une masse de 90 kg en plus de la sienne[1]. Quand il libère un jet de flammes à partir de ses jambes, il peut atteindre une vitesse maximale de 225 km/h[1].

Il a également la capacité de contrôler mentalement la chaleur ambiante dans son environnement immédiat, même quand il se trouve sous sa forme non-enflammée. Il peut ainsi abaisser la température des objets jusqu’à environ 0°C, l’augmenter de plusieurs centaines de degrés ou éteindre des flammes. Le rayon d'action de ce pouvoir est d’environ 25 mètres. La chaleur qu’il retire à l’environnement de cette manière est ensuite absorbée dans son corps. S’il absorbe une quantité trop importante de chaleur sans être enflammé, sa flamme s'allumera automatiquement. La quantité maximale exacte de chaleur et/ou de flammes qu’il peut absorber dans son corps en étant lui-même enflammé n'est pas connue, mais il a prouvé qu’il n’était pas capable d’absorber une puissance équivalente à sa propre « explosion nova » sans se mettre en danger mortel[1].

Sa flamme étant alimentée par la présence d’oxygène dans l'air, elle s’éteint automatiquement si la pression de l’air devient trop faible, si l’oxygène qui l'entoure est entièrement consumé, ou s'il se trouve dans le vide spatial. Sa flamme peut également être éteinte par des matériaux ininflammables tels l’eau, le sable, l’amiante ou la mousse générée par les extincteurs ; cependant, il peut contrer ses substances si sa flamme est portée une intensité telle qu’elle vaporise immédiatement ces matériaux à son contact. Par exemple, s’il est atteint par de faibles quantités d’eau (environ 20 à 25 litres), il peut la transformer en vapeur avec très peu d’efforts. Une quantité plus importante d’eau pourra éventuellement éteindre sa flamme, si celle-ci est a une intensité normale (415 °C) et, dans ce cas, il lui faudra attendre l’évaporation complète de l’humidité résiduelle de son corps avant d'allumer de nouveau sa flamme[1].

Avec sa flamme, Human Torch génère également de la lumière, principalement dans la région infrarouge du spectre lumineux, qui est invisible pour un œil humain normal. Seulement 10 % de sa production totale d'énergie est située dans le spectre visible. Ainsi, même en étant enflammé, il apparaît beaucoup plus sombre à l’œil nu d'un observateur quelconque, si l'on tient compte de la puissante énergie qu'il dégage habituellement avec ses pouvoirs[1].

Il est capable de survivre sans oxygène, entrant alors en stase.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x « Encyclopédie - Torche humaine (la) (Hammond) », marvel-world.com (consulté le 25 juin 2020)
  2. (en) All-New Invaders (vol. 1) #5, Marvel Comics.
  3. (en) Will Murray, « Introduction », dans Carl Burgos, Paul Gustavson, Bill Everett et al., Marvel Comics 1 : 80Th Anniversary Edition, New-York, Marvel Entertainment, (ISBN 9781302514532, lire en ligne)
  4. Jacques Sadoul, 93 ans de BD, J'ai Lu, 1989, p. 165

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]