Huile de baleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Huile de cachalot)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bouteille d'huile de baleine

L'huile de baleine est l'huile animale obtenue de plusieurs espèces de baleines de la famille des balénidés, telles que la baleine de Biscaye ou la baleine du Groenland. On a aussi tiré beaucoup d'huile de baleine des cachalots, et localement des orques et des bélugas.

Elle a été la première des huiles animales à devenir très rentable. Extraite du lard de l'animal, son exploitation industrielle est l'une des causes de régression des grands cétacés.

Le moratoire décrété en 1986 par la Commission baleinière internationale sur le commerce des produits issus de la chasse aux baleines a sonné le glas de cette huile. Des substituts ont été trouvés pour la plupart de ses usages, notamment avec les huiles végétales, comme l'huile de jojoba et les huiles minérales, comme le kérosène.

Description[modifier | modifier le code]

Ancien contenant de spermaceti (Italie)

L'huile de baleine est issue de différents espèces de cétacés, de la baleine franche, au rorqual, au cachalot ou à l'hyperoodon.

Ces animaux à sang chaud possèdent une couche de lard située entre leur peau et leurs muscles, qui leur sert d'isolant pour prévenir la perte de chaleur, dont est issue l'huile de baleine[1]

La couleur de l'huile de baleine varie du jaune miel brillant au brun foncé, selon la condition de la baleine de laquelle l'huile a été extraite.

La stéarine et le spermaceti peuvent être séparés de l'huile à basses températures ; à moins de 0°C, ces composants peuvent être presque complètement cristallisés et filtrés.

Le dépôt qui résulte du chauffage de ces huiles est nommé « suif de baleine », tandis que l'huile qui reste est nommée « huile de baleine pressée ».

Le spermaceti ou « blanc de baleine » (additif E909) se trouve dans la tête du cachalot et lui permet notamment de se stabiliser dans les profondeurs[2]. Cette substance lipidique, semi-liquide et cireuse, de couleur nacrée, devenant liquide au-dessus de 30°C, donnait une huile considérée de toute première qualité pour certains emplois[3].

On extrayait donc de l'huile de baleine (en anglais : whale oil), plus précisément du rorqual rostré (hyperodoon rostratus) appelé en anglais « Sperm whale » mais cette substance n'a pas de rapport avec le liquide séminal de l'animal, même si elle a été confondue avec lui en première approche. L'huile de baleine hyperoodon était parfois appelée « en anglais « Arctic sperm oil ». Elle était moins chère mais de qualité inférieure à la vraie huile de cachalot[4].

Cette huile est un liquide cireux. Sa couleur est claire, jaunâtre avec une très légère odeur. Elle possède une composition différente de celle de l'huile de baleine commune, obtenue à partir de graisse interne (le lard) et de celle des poils. Bien qu’on l’appelle traditionnellement une « huile », c’est techniquement une cire liquide. On trouvait ce blanc de baleine autrefois « dans le commerce sous la forme de pains blancs, demi-transparents, cassants..., il produisait sous le doigt la même impression que le savon dur »[5]

L'huile de spermaceti est composée d'esters de cire contenant une faible proportion de triglycérides, d'un ester d'acide gras insaturé et d'un alcool gras à chaîne ramifiée. C'est un antioxydant naturel et un agent de transfert de chaleur. Par réaction catalytique, il transporte des dérivés du phosphore et du soufre, apportant une modification anti-usure et de friction[6].

Ces deux produits (huile de baleine et spermaceti) peuvent se retrouver sous l'appellation unique d'« huile de baleine »[1].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Extraction d'huile de baleine, illustration v. 1790
Four utilisé pour produire l'huile de baleine (Ilulissat, Groenland)

« Au XVIe siècle, devant la raréfaction des proies sur leurs côtes, les Basques partent en haute mer... Très vite, ils ne reviennent plus sur le rivage mais dépècent l’animal au large tandis que la graisse, fondue à bord, est stockée dans des tonneaux »[3],[7].

Au Canada, « entre l’instant où... l'animal (enfin mort) est amarré le long du navire et celui où son huile est prête à être stockée, il se déroule une soixantaine d’heures de travail ininterrompu... Le cétacé sera tranché, décollé, pelé, coupé et émincé en barrettes de graisse (50/60 cm) qui seront mis à fondre dans une chaudière à bois. La fonte est une opération très délicate dont dépend la couleur et la qualité de l’huile. Il faut remuer en permanence... le bouillon pour lui éviter de noircir. Le capitaine y veille personnellement. Au fur et à mesure, on enlève les résidus appelés cretons qui sont mis à sécher puis ajoutés au combustible. Lorsque l’huile est faite (elle crépite quand on y jette quelques gouttes d’eau), elle est déversée dans un réservoir appelé couloir pour se refroidir ; puis mise en barriques (saisies sur le pont) pendant 48 heures avant d’être transvasée dans les barils de cale. Elle est enfin prête… Le métier de baleinier fut probablement le plus dur de la marine à voile »[8],[9]. Aujourd’hui, il reste des traces des fonderies de transformation de la graisse de baleine » ⟨d'antan⟩[10],[2],[11].

Ouvriers de Steam Whaling, fabrique d'huile de baleine, posant sur une baleine, baie des Sept-Iles (Canada), v. 1910

Entre 1905 et 1913, dernière année d’activités de la fabrique de la société norvégienne Steam Whaling, « les chasseurs harponnaient environ 75 baleines chaque année entre juillet et octobre ». Le gras du cétacé, une fois fondu, entrait dans la fabrication d'aliments, d'autres produits et servait de combustible. « Les soixante employés et la vingtaine de pêcheurs norvégiens saisonniers de la Steam Whaling extrayaient plus de 900 000 litres d’huile par année »[12].

« Les Européens consommaient des millions de gallons d'huile de baleine... Le baleinier moyen (basque) pouvait transporter 1 250 tonneaux d'huile extraite du lard de 25 baleines. Ces « barricas » étaient entreposées dans la cale. Artisans privilégiés, les tonneliers assemblaient les tonneaux, fabriquaient et réparaient les autres contenants. Les baleiniers transportaient des douves et des fonds de tonneaux ainsi que des branches de saule ou d'aulne destinées aux cerceaux » des tonneaux d'huile de baleine[13],[14].

Production[modifier | modifier le code]

Taille d'un grand cachalot

Pour donner un ordre d'idée, il faut savoir qu'un cachalot en pleine croissance peut produire une tonne de spermaceti, qu'un rorqual bleu de 26 mètres produit 27 tonnes d'huile[13] et qu'au temps de sa commercialisation, « une seule baleine pouvait remplir de 70 à 140 barils, contenant chacun 160 litres d’huile »[2].

Reconstitution des fours de fonte d'huile de baleine sur le site archéologique basque à Red Bay, Labrador (Canada)

Utilisation[modifier | modifier le code]

Réclame pour une savonnerie d'huile de baleine, Seattle (Etats-Unis) 1886

L'huile de baleine a d'abord servi de combustible pour les lampes à huile et comme cire pour les bougies.

Elle a également été utilisée comme ingrédient dans la fabrication de certains aliments, de la margarine, aussi en parfumerie ou comme excipient cosmétique, dans la fabrication du savon, de peintures, de vernis, de la laine, dans le graissage des cuirs, l'imperméabilisation des bois, la lubrification des armes et des outils, et l'éclairage public - avant qu'elle ne soit remplacée par le pétrole, le gaz de ville, puis l'électricité[15]. Pour l'éclairage des villes, il s'agissait souvent d'huile de rorqual[13].

Ainsi C Giraud écrivait-il en 1817 :

« L'éclairage par le gaz est aujourd'hui répandu à un tel point en Angleterre, pour les rues, les boutiques, les ateliers, les spectacles, les fabriques et les temples, que l'on a craint que cette invention, en diminuant l'usage de l'huile de baleine, ne nuisît aux pêcheries anglaises[16]. »

L'huile de baleine se saponifie aisément à raison de « 0,6 de son poids d'hydrate potassique et cinq parties d'eau » pour donner un savon brun complètement soluble dans l'eau[5]. Pour certains usages, on préférait à la stéarine extraite « le spermaceti ou « blanc de baleine », pour notamment la lubrification des machines à vapeur et plus récemment des moteurs de voitures de course »[3]. Il était autrefois utilisé en grande quantité comme base dans les pommades médicamenteuses ainsi que dans les cosmétiques et les hydratants.


À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, l'huile de spermaceti était réputée pour son pouvoir illuminant et sa flamme brillante et inodore et pour ses vertus lubrifiantes grâce à sa faible viscosité et sa stabilité. À la fin du XIXe siècle, elle est remplacée par des alternatives moins coûteuses telles que le kérosène et les lubrifiants à base de pétrole. Depuis 1987, avec l'interdiction internationale de la chasse à la baleine, l'huile de spermaceti n'est plus vendue légalement.

De nos jours, l'huile de jojoba remplace avantageusement celle de spermaceti dans les industries alimentaire et cosmétique.

Commerce[modifier | modifier le code]

Importations américaines de l'huile de baleine indiquée en bleu et de celle de spermatique indiquée en rouge, entre 1805 et1905

« Depuis le Moyen Âge, et peut-être dès l’Antiquité romaine, l’huile tirée de la fonte du lard des baleines à fanons – surtout des baleines grises et franches, particulièrement riches en graisse – était un produit courant »[2].

« La cargaison d’un bateau, chargé à pleine capacité ⟨d'huile de baleine⟩, rapportait l’équivalent actuel de plusieurs millions d’euros[2].

Le commerce du spermaceti « connut son apogée du XIXe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avant que les grands cachalots, en voie d'extinction, ne soient protégés par la Commission baleinière internationale (CBI) en 1985 »[2] et que l'huile de baleine soit devenue plus chère que les autres huiles[1]. La savonnerie américaine n'emploie plus d'huile de baleine depuis 1946[1].

Législation[modifier | modifier le code]

En 1946, la France participe à la création de la CBI (Commission baleinière internationale) à la Convention de Washington puis en 1985[2] au titre de la CITES, la Convention sur le commerce des espèces menacées, dont les objectifs sont de protéger les baleines et autres cétacés, et d'interdire « toute prise d’animaux appartenant à une espèce en danger »[17]. Partant, l'huile de baleine n'entre dans plus aucun produit commercialisé en France mais cela n'est pas le cas pour d'autres pays.

Citation[modifier | modifier le code]

« Une lampe de pierre, remplie d'huile de baleine, et dont la mèche était faite d'une mousse séchée, servait à la fois à nous réchauffer et à cuire la chair des veaux marins. » (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, 1809)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henri Marcelet, Les huiles d'animaux marins. Procédés d'extraction. Analyse. Documents analytiques, Paris/Liège, Librairie polytechnique Ch. Béranger, 1924, 229p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le marché mondial de l'huile de baleine », Economie et Statistique, vol. 10, no 10,‎ , p. 898–927 (DOI 10.3406/estat.1955.9016, lire en ligne, consulté le 8 septembre 2019)
  2. a b c d e f et g @NatGeoFrance, « Quand tout était bon dans la baleine », sur National Geographic, (consulté le 7 septembre 2019)
  3. a b et c Incroyables cétacés ! (PDF), Museum National d'Histoire Naturelle, Exposition du 11 juin 2008 au 25 mai 2009 à la Grande Galerie de l’Évolution, Jardin des Plantes, Paris
  4. J. (Julius) Lewkowitsch, Chemical technology and analysis of oils, fats, and waxes, London, New York, Macmillan, (lire en ligne)
  5. a et b Jöns Jakob Berzelius (Friherre) et Olof Gustaf Öngren, Traité de chimie, A. Wahlen et Cie., (lire en ligne), « Blanc de baleine », p. 749
  6. (en) Transmission Digest, Volume 26, No. 2, October 2006, "The Science of Synthetic Sperm Whale Oil"
  7. Gouvernement du Canada Agence Parcs Canada, « Fiche de renseignements de UNESCO 2 - Lieu historique national de Red Bay », sur www.pc.gc.ca, (consulté le 8 septembre 2019)
  8. « Comment faisait-on de l’huile de baleine ? », Escales maritimes, la mer dans tous ses états, 6 mai 2014
  9. Jules Lecomte, Pratique de la pêche de la baleine dans les mers du Sud, Lecoint et Pougin, (lire en ligne), chap. XVII (« Des autres travaux : De la fonte du gras de baleine... De l'arrimage de l'huile »), p. 201-214
  10. Ces fonderies se trouvent « à Red Bay, sur les rives du détroit de Belle-Isle, dans le nord-est du Canada ; un site inscrit depuis 2013 sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité » de l'UNESCO. Lire en ligne
  11. Pierre Pomet, Histoire general des drogues, traitant des plantes, des animaux, & des mineraux ... avec un discours qui explique leurs differens noms, les pays d'où elles viennent, la maniere de connoître les veritables d'avec les falsifiées, & leurs proprietez, où l'on découvre l'erreur des anciens & des modernes ..., chez Jean-Baptiste Loyson, & Augustin Pillon, (lire en ligne), p. 74-75
  12. Émilie Dufour Lauzon, « Une fabrique d’huile de baleine dans la Baie de Sept-Îles », BAnQ, 6 juillet 2016
  13. a b et c Futura, « La chasse à la baleine, d'hier à aujourd'hui », sur Futura (consulté le 7 septembre 2019)
  14. « Civilisations.ca - La salle du Canada - La chasse a la baleine », sur www.museedelhistoire.ca (consulté le 8 septembre 2019)
  15. Philippe GAGNEBET, « Aux Açores, seul le regard harponne les baleines », La dépêche,‎ (lire en ligne)
  16. Pierre Claude François Daunou, Pierre Antoine Lebrun, Charles Giraud, Gaston Bruno Paulin Paris, Barthélemy Hauréau, Léopold Delisle, Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Institut de France, René Cagnat, Alfred Merlin. Journal des Savants Éditions Klincksieck, 1817 (Livre numérique Google)
  17. « De la baleine dans l'assiette et dans la pharmacie », sur RTBF Info, (consulté le 8 septembre 2019)