Huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence
Image illustrative de l'article Huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence
Oliveraies de la vallée des Baux-de-Provence à Aureille

Appellations Huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence
Type appellation AOC
Année
Pays Drapeau de la France France
Région mère Provence
Similaire Olives cassées de la vallée des Baux-de-Provence AOC,
Olives noires de la vallée des Baux-de-Provence AOC
Localisation Bouches-du-Rhône
Région voisine Huile d'olive de Provence AOC, Huile d'olive d'Aix-en-Provence AOC
Saison deux saisons sèches (hiver et été)
deux saisons pluvieuses (automne et printemps)
Climat méditerranéen sous influence du mistral
Jours soleil 2 700 à 2 900 h/an
Sol calcaire
Superficie totale 150 000 ha
Superficie plantée 2 000 ha
Exploitations 1 853 oléiculteurs
10 moulins
Variété Salonenque, Beruguette, Grossane, Verdale
Type production huile d'olive vierge extra
huile d'olive vierge.
Production 400 tonnes
Densité 24 m2 / arbre avec 4 mètres minimum entre les arbres
Rendement 6 tonnes / ha maximum ; butoir : 8 tonnes / ha

L'huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence est protégée par une appellation d'origine contrôlée (AOC) depuis un décret pris par l'INAO le et paru au Journal officiel n° 199 le [1]. Elle est produite dans les environs des Baux-de-Provence et des Alpilles, dans le nord du département des Bouches-du-Rhône en France.

Caractéristiques du produit[modifier | modifier le code]

Moulin à huile de Maussane.
Moulin coopératif de Mouriès

En Provence, l'huile d'olive a plusieurs terroirs classés en Appellation d'origine contrôlée (AOC). Celle de la vallée des Baux-de-Provence fait partie des cinq appellations reconnues par l'INAO. Comme toutes les autres huiles d'olives issues du pourtour de la Méditerranée et des régions à climat méditerranéen, elle est un des fondements de la cuisine méditerranéenne (ou régime crétois et principale source d'oméga -9). Ses caractéristiques organoleptiques varient en fonction du terroir et des pratiques agronomiques, de la variété (ou cultivar) et du stade de maturité à la récolte. Elle peut être utilisée aussi bien crue (dans des sauces pour salade ou à la place du beurre dans les pâtes par exemple) que cuite (pour la cuisson de viandes ou de légumes ou pour la friture). Cette huile a des propriétés bénéfiques pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, grâce à sa teneur en vitamine A, vitamine E et en acides gras mono insaturés. Les bienfaits liés aux vitamines sont surtout observés lors de consommation d'huile froide, comme dans les salades, car les vitamines sont détruites au-delà de 40 °C. Par rapport aux autres acides gras insaturés, l'huile d'olive est assez stable à la cuisson et garde en ce cas ses effets bénéfiques sur le cholestérol.

Historique[modifier | modifier le code]

La notoriété de l'huile d'olive des Baux doit beaucoup à Maître Cornille, qui fut président du moulin coopératif de Maussane[2]

Zone de production[modifier | modifier le code]

Oliveraie près des Baux

Elle s'étend sur les communes d'Arles, Aureille, Les Baux-de-Provence, Eygalières, Eyguières, Fontvieille, Lamanon, Maussane-les-Alpilles, Mouriès, Paradou, Saint-Martin-de-Crau, Orgon, Saint-Étienne-du-Grès, Saint-Rémy-de-Provence, Sénas et Tarascon[1].

Variétés[modifier | modifier le code]

La variété grossane sur un olivier de Mouriès

Méthode d'élaboration[modifier | modifier le code]

AOC Huile d'olive de la vallée des Baux-de-Provence

Commercialisation[modifier | modifier le code]

La commercialisation de l'huile d'olive se fait essentiellement par les grandes et moyennes surfaces (GMS) avec 66 % du marché. Viennent ensuite le hard discount (17 %), l'industrie agro-alimentaire (14 %), les épiceries et les marchés (6 %). La vente directe sur le lieu de production n'est pas encore une pratique courante puisque les producteurs et les moulins n'assurent chacun que 3 %. Le secteur de vente le plus dynamique reste le hard discount avec une progression annuelle qui augmente de 3 à 4 %[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mariangela Vicini, Huiles d'olive et vinaigres de France, Gremese, 2004,‎ (ISBN 978-88-7301-554-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]