Hugues de Vienne († 1277)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hugues de Vienne
Autres noms Hugues d'Antigny,

Hugues de Neublans

Titre comte de Vienne
Autre titre seigneur de Pagny
Suzerains Hugues IV de Bourgogne,

Jean Ier de Chalon

Biographie
Dynastie de Vienne
Naissance vers 1220
Décès vers 1277
Père Hugues d'Antigny († 1243)
Mère Béatrix de Mâcon (de Bourgogne)
Conjoint Alix de Faucogney (Villersexel)
Enfants Philippe,

Jean


Image illustrative de l’article Hugues de Vienne († 1277)

Hugues IV de Neublans, alias Hugues d'Antigny (puis Hugues de Vienne), est le fils d'Hugues III de Neublans d'Antigny, seigneur de Pagny, Pouilly, Seurre et St-Georges (motte castrale puis faubourg sud de Seurre), et de Béatrix de Bourgogne-Mâcon-Vienne, fille du comte Guillaume IV de Vienne et de Mâcon, lui-même arrière-petit-fils du comte Étienne Tête Hardie de Bourgogne, de Vienne et de Mâcon. Il est le fondateur de la lignée franc-comtoise des comtes de Vienne qui va perdurer jusqu'au XVIIIe siècle sous le nom de Maison de Vienne, en fournissant de nombreux prélats et militaires dont l'amiral Jean de Vienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est seigneur de Pagny après la mort de son père.

En 1247, son frère Henri (II de Vienne), souche des seigneurs de Sainte-Croix (Henri Ier) de la Maison d'Antigny, hérite le titre de comte de Vienne de leurs oncles maternels Henri (Ier) et Guillaume (V) de (Mâcon)-Vienne, frères de leur mère Béatrice, morts sans postérité[1]. Henri décédant en 1250, le titre échoit à Hugues et passera à son épouse Alix à sa mort vers 1277.

Il adopte le nom et les armes de l'ancienne Maison de Vienne (branche des comtes anscarides de Bourgogne et de Mâcon), comme en atteste une lettre de 1257 adressée aux doyen et Chapitre de Lyon.

Le 21 janvier 1263, Jean de Bernin, alors archevêque de Vienne, acquit d'Hugues sa part du comté de Vienne ainsi qu'un palais près du monastère de Saint-Pierre[2]. Malgré cette vente, Hugues garda le titre de « comte de Vienne » jusqu'à sa mort.

En 1265, Hugues reprend en fief de ses cousins les comtes palatins de Bourgogne, les terres de Longepierre et de Mornant[3]. En 1266, il fait un échange de terre considérable avec son suzerain, le duc de Bourgogne.

Famille[modifier | modifier le code]

Il a épousé Alix (Alais) de Faucogney (1220-1285), fille d'Aimon III de Faucogney, dame de Pouilly-sur-Saône (probablement en douaire de son mari : Pouilly et sa région sont des fiefs des Neublans-Ste-Croix) avec qui il a eu de nombreux enfants[4],[5] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, page 374
  2. Ulysse Chevalier, Documents historiques inédits sur le Dauphiné. 9e livraison, Jean de Bernin, archevêque de Vienne (1218-1266) ... (lire en ligne)
  3. Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, 1885-1905 (lire en ligne), tome 5, page 255, n° 3452
  4. « Base de données généalogique »
  5. D'autres sources lui donnent pour femme Alix/Alais de Thoire-Villars, † 1302, dame de Pouilly/Saône, fille d'Humbert III ou IV : si ce n'est une erreur ou une confusion, serait-ce une autre épouse d'Hugues de Vienne d'Antigny ?
  6. Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. (lire en ligne), p. 190-191.