Hugues XII de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hugues XII de Lusignan
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjointe
Enfants
Hugues XIII de Lusignan
Jeanne de Lusignan
Yolande de Lusignan
Guy Ier de Lusignan
Hugues XIII de Lusignan, Comte de Marche et Angouleme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armoiries Lusignan.svg
blason

Hugues XII de Lusignan, dit le Brun († après le ), était le fils de Hugues XI, comte de la Marche et de Yolande, fille du duc de Bretagne, Pierre Ier Mauclerc.

Il a été sire de Lusignan, comte de La Marche et d'Angoulême (1250-1270), comte de Porhoët, seigneur de Fougères et de Fère-en-Tardenois (1256-1270), seigneur de Chilly (1256-?), vicomte d'Aubusson (1262-1270).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né après 1236, Hugues était le fils aîné d'Hugues Xi, seigneur de Lusignan et demi-frère utérin du roi Henri III d'Angleterre, et de Yolande de Bretagne[1], fille du duc Pierre Ier. Mineur à la mort de son père, il est placé sous la régence de sa mère jusqu'en 1256, qui gouverne en son nom les comtés de La Marche et d'Angoulême.

Son grand-père, Hugues X, se fit croisé[2] et mourut à Damiette en 1249. Son père, Hugues XI, suivit lui aussi son seigneur, Alphonse de Poitiers, lorsque celui-ci partit à la Septième Croisade. Il meurt peu après, le , à la bataille de Fariskur[3], l'une des plus importantes de la croisade.

En 1256, devenu majeur, Hugues reprit le gouvernement de ses comtés et reçut de sa mère celui de Porhoët ainsi que les seigneuries de Fère-en-Tardenois, Chilly et Longjumeau, et en 1262, il acquit la vicomté d'Aubusson de Raynaud VII d'Aubusson. Ce ne fut probablement pas avant le mois de , que le comte de Poitiers reçut l'hommage de Hugues XII. Celui-ci se signala par ses violences contre l'évêque et le clergé d'Angoulême.

En , Hugues s'embarqua à la suite du roi Saint Louis, pour la Huitième Croisade et participa au siège de Tunis. Les forces croisées furent frappées par l'épidémie de fièvre et de dysenterie qui sévissait et Hugues mourut de la peste quelques jours après son souverain, décédé le à Carthage. D'après le Père Anselme, Hugues ne serait mort qu'en 1282 et aurait été enterré dans l'abbaye de La Couronne, en Charente.

Son fils Hugues lui succéda dans ses titre, sous la tutelle de sa mère, Jeanne de Fougères.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Hugues avait épousé, le à l'abbaye de Savigny, Normandie, Jeanne de Fougères[4], fille et héritière de Raoul III de Fougères, laquelle fit son testament le et vécut encore plusieurs années.

Ils eurent pour enfants :

  • Hugues XIII (1259 † 1303), sire de Lusignan, comte de La Marche, d'Angoulême (1270-1302), seigneur de Fougères (dès 1276-1302), de Chilly (1301-?).
  • Yolande (), comtesse usufruitière de La Marche, d'Angoulême (1308-1314), dame de Fougères (1308-1314). Elle épouse en premières noces Hélie Ier Rudel († ap. ), sire de Pons, seigneur de Montignac, de Bergerac, de Mouleydier, de Gensac) ; en secondes noces Robert de Mareuil, seigneur de Matha.
  • Guy Ier (1260/65 † nov. 1308), surnommé parfois Guyard ; Seigneur de Couhé, d'Archiac, de Cognac. Puis à la mort de son frère Hugues, sire de Lusignan, comte de La Marche, d'Angoulême, seigneur de Fougère (1302 † 1308). Il décède de maladie et est inhumé dans l'église des Jacobins de Poitiers.
  • Jeanne (~1260 † 1323), dame de Couhé, de Peyrat. Mariée en premières noces à Piers de Genneville (~1256 † 1292), seigneur de Vaucouleurs, de Meath et de Ludlow ; en secondes noces à Bernard-Ezy IV d'Albret, sire d'Albret, vicomte de Tartas, qui, après la mort de Guy, vendit les comtés au roi de France Philippe IV Le Bel.
  • Marie (1269 † ap.1322), comtesse de La Marche (1308-1309) et de Sancerre (1288-1306). Mariée en 1288 à Etienne II, seigneur de Charenton, comte de Sancerre († ). Sans postérité.
  • Isabeau ou Isabelle († ap. 1304), religieuse à l’abbaye royale de Fontevrault. Elle était encore vivante en 1304 et aurait épousé Jean de Vescy, un seigneur anglais, mort vers 1290.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, La Marche, par. XI, Tome III, p.80
  2. Testament enregistré sous le n° LXXVI, del 1248 du Cartulaire de l'abbaye royale de Notre-Dame des Châtelliers
  3. (la) Matthieu Paris, Chronica majora, Hugo Brunus comes de Marchia cuius pater paulo ante obit apud Damiatan
  4. (la) Etienne Baluze, Chronicon Savigniacense, Miscellaneorum, Liber II, Collectio Veterum