Hugues VII de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hugues VII le Brun de Lusignan
Titre de noblesse
Seigneur de Lusignan
Biographie
Naissance
V. 1060
Décès
V. 1148
Surnom
le Brun
Famille
Père
Mère
Audéarde de Thouars
Fratrie
Mélisende de Lusignan
Rorgon de Lusignan
Conjoint
Sarrasine de Lezay
Enfants
Hugues VIII de Lusignan
Guillaume Ier d'Angles
Rorgon Ier
Simon Ier de Lezay dit le Brun
Galeran
Denise
Autres informations
Conflit

Hugues VII le Brun de Lusignan, né vers 1060, mort vers 1148, fut seigneur de Lusignan. Il détenait également les châteaux de Frontenay, Couhé, Chizé, Angles, Benet et Soubise[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Hugues VI de Lusignan dit le Diable et d'Audéarde, fille du vicomte Aimery IV de Thouars. Il a pour neveu Simon II, seigneur de Parthenay[2].

Hugues VII fut excommunié pour avoir commis des exactions sur les terres appartenant à l'évêque de Poitiers. En 1144, il fit amande honorable devant l'évêque Bernard de Saintes, l'évêque[3] et le chapitre de Poitiers[4].

Croisade[modifier | modifier le code]

Le 31 mars 1146, Il se rendit à l'assemblée convoquée par le roi à Vézelay[5] et prit la croix suite à la prédication de Bernard de Clairvaux. Il fut l'un des nombreux croisés de la famille et accompagna Louis VII de France à la deuxième croisade en 1147[6].

Il meurt sûrement en Orient l'année suivante[7].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épousa, dans les années 1070[8], Sarrasine[9],[10] (v. 1085-av. 1144)[4] fille (ou sœur) de Guillaume de Lezay (♰ 1137)[11], seigneur de Lezay[12] et de Talmont[13]. Ils eurent :

  • Hugues VIII de Lusignan[4],[14] (v. 1097-ap. 1171), seigneur de Lusignan.
  • Guillaume Ier d'Angles[4] (v. 1097-ap. 1151), seigneur d'Angles-sur-l'Anglin, épousa Marguerite[14] (av. 1130-ap. 1151)[15] ; sans postérité.
  • Rorgon Ier[4],[14] (v. 1105-ap. 1169)[16] seigneur d'Angles-sur-l'Anglin. L'identité de sa première épouse nous est inconnue (av. 1143-av. 1168), sans postérité connue. Il épousa en secondes noces Almodis (av. 1157-av. 1201), dont il eut, sans certitude Guillaume II (av. 1168-1237/39) seigneur d'Angles et Aude d'Angles (av. 1169-ap. 1181) moniale à Montazais.
  • Simon Ier[14] de Lezay[4], dit le Brun[16] (v. 1110-v. 1181), fut seigneur de Lezay et du château d'Angles-sur-l'Anglin[17] pour les enfants de son frère Rorgon encore mineurs. D'une union avec une inconnue, il eut Guillaume Ier de Lezay[18] (av. 1150-ap. 1203).
  • Galeran[4] (av. 1130-v. 1168)[16].
  • Denise[14] dite Aumou (av. 1130-ap. 1173) mariée à Geoffroy IV, vicomte de Thouars (v. 1125-v. 1173).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clément de VASSELOT de REGNE, Le "Parentat" Lusignan (Xe-XIVe siècle) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , chap. 43 (« L'arborescence des châteaux »), p. 202
  2. AD 86, 1 H 8/1, n°1, d'après original perdu, copie du 16 janvier 1623
    1120-1121 : Hugues [VII] le Brun de Lusignan et sa femme Sarrasine donnent pour le salut de leur âme et de celles de leurs parents à l'abbé Ely de Cadouin, en Périgord, le lieu appelé Bonnevaux dans la forêt de Gâtine pour qu'il puisse y construire un monastère, un moulin et y cultiver des jardins et y faire des pâtures. Comme Sancie de Vivonne et son fils Hugues [IV] de Vivonne possèdent une partie de cette forêt, ils donnent leur accord avec le second mari de Sancie, Guillaume de Rochemeaux. Hugues [VII] a voulu également leur donner le droit de couper le bois nécessaire pour toute la construction et suffisamment de terres pour faire paître leurs cochons et pour deux attelages de quatre boeufs mais la donation de la terre a été contestée par Sancie. Comme elle se mourrait, Hugues [VII] s'est rendu à son chevet et a obtenu son accord. Les fils d'Hugues [VII], Hugues [VIII], Guillaume, Rorgon et son neveu Simon de Parthenay donnent leur accord. Hugues de Celle est témoin.
  3. Gilbert de La Porrée, évêque de Poitiers (de 1142 à 1154).
  4. a b c d e f et g Evêché et chapitre de Saintes (éd. Louis Audiat), t. X, Saintes, coll. « Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis », (lire en ligne), partie II, p. 25-26
    1144, Chapitre de la Cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : Hugues [VII] de Lusignan a menti en réclamant au moment d'une vacance épiscopale à Poitiers qu'il devait recevoir, par droit héréditaire, la somme de 1000 sous. Pour cela, il a mené de graves exactions sur les fiefs qu'il tenait de l'évêque de Poitiers et a été excommunié. L'archevêque Geoffroy de Bordeaux a servi de médiateur dans cette affaire et Hugues de Lusignan, conduit à la repentance fait amende honorable devant l'évêque Bernard de Saintes, l'évêque et le chapitre de Poitiers et renonce à ses prétentions sur cette somme. Ses enfants, Hugues [VIII] de Lusignan, Guillaume d'Angles, Rorgon, Simon de Lezay et Galeran promettent également d'abandonner cette querelle sur la tombe de leur mère défunte, Sarrasine. Le domaine de Celle-Lévescault qui était au centre du litige restera désormais en paix sous la garde des seigneurs de Lusignan, conditions qu'ils promettent d'observer fidèlement dans les mains de l'évêque.
  5. SUGER, Vie de Louis le Gros / par Suger, suivie de l'Histoire du roi Louis VII / publiées d'après les manuscrits par Auguste Molinier, Paris, Éditions Picard, coll. « Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l' histoire », (lire en ligne), p. 158-159
  6. Documents pour l´histoire de l´église de Saint-Hilaire de Poitiers (éd. Louis Rédet), t. CXXX, coll. « Mémoires de la Société des Antiquaires de l´Ouest », (lire en ligne), p. 214
    1200, 23 février : Hugues [IX] le Brun, comte de la Marche, seigneur de Lusignan et de Couhé, revendiquait une redevance annuelle de 5 sous sur la terre de Plantefourche près de Couhé appartenant à l'église de Saint-Hilaire. Les chanoines assuraient que cette querelle avait déjà été abandonnée par son arrière grand-père, Hugues [VII] de Lusignan, avant de partir à Jérusalem et affirmaient que ni lui ni ses ancêtres n'avaient perçu les 5 sous. Après une enquête, il abandonne cette querelle en compagnie de son fils unique, Hugues [X].
  7. Peut-être lors de la bataille du mont Cadmos.
  8. Clément de VASSELOT de REGNE, Le "Parentat" Lusignan (Xe-XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 1 : Textes (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, (lire en ligne), p. 671
  9. Sarrasine souscrit pour la première fois un acte vers 1112 en compagnie de son mari et de son fils aîné.
  10. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers (éd. Louis Rédet), t. III, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie 51, p. 50-51
    1112 (vers) : Hugues [VII] le Brun [de Lusignan], sa femme Sarrazine et leur fils Hugues [VIII] concèdent à Saint-Cyprien de Poitiers tout ce que leur a laissé Hugues de Mezeaux, c'est-à-dire l'église Saint- Vincent de Mezeaux et tout le fief presbytéral qu'il tenait en fief du monastère, la moitié d'un étang et un moulin. Hugues de Celle souscrit.
  11. SUGER (texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri), Œuvres, t. I : Ecrits sur la consécration de Saint-Denis, L'œuvre administrative, Histoire de Louis VII, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Les classiques de l'histoire de France au Moyen Age » (no 8, LXXXII), , p. 172-177
  12. Sarrasine hérita de la châtellenie de Lezay.
  13. Eustachie, sœur de Sarrasine, hérita de la seigneurie de Talmont qu'elle apporta à son mari, Ebles de Mauléon.
  14. a b c d et e Documents pour l´histoire de l´église de Saint-Hilaire de Poitiers (éd. Louis Rédet), coll. « Mémoires de la Société des Antiquaires de l´Ouest », (lire en ligne), partie CXXX, p. 147-148
    1143, Bonneaux : Hugues [VII] le Brun [de Lusignan] et ses fils, Hugues [VIII], Simon, Rorgon et Guillaume exposent en présence de l'archevêque Geoffroy de Bordeaux le différend qui les opposent aux chanoines de Saint-Hilaire à Benet où ils prétendent lever la taille quand ils le veulent et des taxes sur l'avoine, les poules et les cas coutumiers et exercer les droits de chevage, de fressange, de cavalcade et la corvée bisanuelle et à Plantefourche, près de Faye où ils perçoivent une redevance en lapins. Ils renoncent à ces coutumes en échange d'une rente de huit livres annuelles à Benet, sans rien pouvoir exiger de plus des hommes de cette terre. Sarrazine, femme d'Hugues [VII], sa fille Denise, et la femme de Guillaume de Lusignan [Marguerite], souscrivent.
  15. Cartulaire de Notre-Dame de la Merci-Dieu autrement dite de Bécheron, au diocèse de Poitiers (éd. Étienne Clouzot), t. XXXIV, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), p. 345
    1151, 27 septembre (av.) : Guillaume d'Angles et son épouse Marguerite donnent des usages du bois dans la forêt de Gâtine à l'abbaye de la Merci-Dieu pour construire l'abbaye et toutes ses granges.
  16. a b et c Cartulaire de Notre-Dame de la Merci-Dieu autrement dite de Bécheron, au diocèse de Poitiers (éd. Étienne Clouzot), t. XXXIV, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie LXXII, p. 66
    1163-1169 : Hugues [le Brun], seigneur de Lusignan exempte de péages l'abbaye de la Merci-Dieu dans toute l'étendue de sa terre. Son frère Geoffroy et ses oncles Simon le Brun, Rorgon et Galeran souscrivent.
  17. Cartulaire de Notre-Dame de la Merci-Dieu autrement dite de Bécheron, au diocèse de Poitiers (éd. Etienne Clouzot), t. XXXIV, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie XL, p. 40-41
    1171-1177, Lezay : Simon [Ier] le Brun, seigneur d'Angles et de Lezay et son frère Rorgon, avant qu'il ne se marie pour la seconde fois, avaient donné à Notre-Dame de la Merci-Dieu une terre située à Aspe (Yzeures-sur-Creuse) près de l'écluse des moines pour qu'ils puissent y construire une cave ou en extraire des pierres pour les utiliser en leur abbaye, les pâturages des Froux pour les animaux de la grange des moines sise au-dessus de Tournon. Après quoi, Simon et son fils Guillaume [Ier] ainsi que ses petits-fils, Simon [II], Joscelin [Ier], et les autres ont confirmé cette donation.
  18. Cartulaire et chartes de l'abbaye de l'Absie (éd. Bélisaire Ledain), t. XXV, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie III, p. 132-133
    1169, 15 avril, Vouvant : Geoffroy [Ier] de Lusignan [seigneur de Vouvant], le premier jour après l'enterrement son frère Hugues [le Brun], à Lusignan, en présence de leur mère Bourgogne de Rancon et son oncle Simon de Lezay, donne à l'abbaye de l'Absie une rente de vingt sous en échange de la célébration d'une messe annuelle pour l'anniversaire de la mort de son frère, une rente de deux sous et cinq deniers, le droit de pacage de la maison de Vauvert, la taille de la Barre Marian qui avait déjà été donnée par sa mère et une taille de vingt setiers sur des terres que les frères tenaient déjà en fief de Thibaut Chabot. L'acte est ensuite dressé à Vouvant en présence de son cousin Guillaume de Lezay.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]