Hugues Lapaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français image illustrant le Cher
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français et le Cher.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Hugues LAPAIRE
Description de cette image, également commentée ci-après

Hugues LAPAIRE en costume berrichon

Naissance
Sancoins
Décès (à 97 ans)
Sancoins
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français et berrichon
Mouvement Régionalisme

Hugues Lapaire, né le à Sancoins (Cher) et mort le dans la même commune à l’âge de 97 ans, est un un poète, romancier, conteur et critique littéraire français. Il a reçu le prix Balzac en 1909 et été couronné par l'Académie française en 1910.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son œuvre puise son inspiration dans le terroir de sa province natale, le Berry. Il a publié une centaine d'ouvrages en français et en patois berrichon. Il a effectivement consacré sa vie à la défense des traditions et des valeurs rurales de trois provinces : le Berry, le Nivernais et le Bourbonnais. Sancoins étant dans le Cher, c’est au Berry qu’il a voué l’essentiel de son œuvre… Et pourtant, en 1789, Sancoins n’était pas berrichon, mais… bourbonnais et si on regarde la carte de la région au haut Moyen Âge, Sancoins était … nivernais !

Lapaire aura traversé 3 guerres et vu la formidable mutation des campagnes avec l’apparition du machinisme. Il s’est désolé de ces changements, et a regretté la disparition de la société paysanne. Il avait perdu son père à 2 ans et fut élevé par ses grands-parents. Son enfance ne fut pas heureuse. C’est en Bourbonnais qu’il fit ses études, au lycée de Moulins dès 1878. C’est là qu’il rencontra Alfred Crépin, le directeur du journal « Le courrier de l’Allier » qui lui donne le goût de la littérature. Mais la rencontre avec le berrichon Jean Baffier fut encore plus décisive pour son avenir. Il se mit à écrire des poésies et même des articles pour le journal : « Le réveil de la Gaule ». Plus tard, il rencontra Achille Millien et participa à plusieurs reprises à la Revue du Nivernais. Hugues Lapaire continua ensuite ses études à Paris où il se maria. Il fréquenta les cafés littéraires où il se fit connaître comme poète patoisant. Il publia ses premiers recueils de poèmes « Vieux tableaux » et « Sainte Solange ». En 1904, il écrit son premier roman « Le Courandier », et en 1906 sort « L’Epervier » ; ce sont des romans régionalistes.

Démobilisé à la fin de la première guerre mondiale, il entra dans l’Alliance Française, association de défense de la langue française, et donna des conférences dans toute l’Europe. Il fut élu président de la Fédération régionaliste française, il dirigea plusieurs collections consacrées au Berry, mais aussi au Nivernais et au Bourbonnais.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Hugues LAPAIRE a publié de nombreux livres sur l’histoire de la région, sur les coutumes, les contes, les légendes. Il écrit des poèmes, des chansons patoisantes, des romans régionaux, des pièces. Infatigable collecteur de mémoire, il laisse une œuvre considérable.

Poésie
  • Les Enfants, A. Savine, 1890
  • Toiles ébauchés, A. Savine, 1890
  • Vieux Tableaux, A. Lemerre, 1892
  • L'Annette, Crépin-Leblond, Moulins, 1894
  • Au pays du Berry, A. Lemerre, 1896
  • Sainte Soulange, 67 p., Crépin-Leblond, Moulins, 1898
  • Noëls berriauds, Crépin-Leblond, Moulins, 1898
  • Les Chansons Berriaudes
  • Au vent de galerne, 231 p., Crépin-Leblond, Moulins, 1903
  • Les Rimouères d'un paysan, 124 p., Crépin-Leblond, Moulins, 1904
Romans et nouvelles
  • Le Fardeau, 367 p., Calmann-Lévy, Paris, 1905
  • Quelques grains d'humour
  • L'Épervier
  • Jean Teigneux
  • La Tourmente
  • Âmes berrichonnes
  • Le Courandier
  • Le fardeau (Calmann-Levy)
  • Les Accapareurs
  • Les Demi-Paons
  • Au Berry des Treilles
  • Petits contes Gaulois
  • La Maison au Perron
Théâtre
  • La Demande, un acte
  • Le Sorcier amoureux, un acte en vers, 24 p., imprimerie du Petit Chauton, 1924
  • La Mare au diable, 4 actes (d'après George Sand)
  • La Mé Fanchoune, paysannerie en 3 tableaux , 48 p., imprimerie J. Foucrier, 1929)
  • Les visites, un acte en proses, (La Renaissance Provinciale, édit.)
Essais sur l'histoire, la littérature, le folklore
  • La Bonne Dame de Nohant, avec Firmin Roz, 233 p., F. Laurr, Paris, 1897
  • Le Pays Berrichon (ouvrage couronné par l'Académie Française)...(Bloud, édit.)
  • Le Patois Berrichon (Crépin-Leblond)
  • Vielles et cornemuses (Crépin-Leblond)
  • Les mémoires d'un bouvreuil (Boivin)
  • Le Célèbre Galafat (Boivin)
  • Le Berry en diligence, 45 p., Les Cahiers du Centre, Moulins, 1898
  • Les Légendes berrichonnes
  • Portraits berrichons
  • Ames Berrichonnes (Bloud, édit.)
  • Séverine, citoyenne de La Châtre en Berry, éditions du Gargaillon, Châteauroux, 1902
  • La Mé Fanchoune (Le Berrichon de Paris, édit. 1910)[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugues Lapaire, La Me Fanchoune, Paris, LE BERRICHON DE PARIS, , 52 p., p. Liste des ouvrages de Hugues Lapaire

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]