Hugues III de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hugues III de Lusignan
Titre de noblesse
Seigneur de Lusignan
Biographie
Naissance
V. 970
Décès
V. 1012
Surnom
le Blanc
Autres noms
Hugues le Blanc
Époque
Xe – XIe siècle
Période d'activité
Famille
Père
Mère
Avierne
Fratrie
Joscelin
Albuin Ier
Adeline
Adalgarde
Conjoint
Arsende [d'Aulnay]
Enfants

Hugues IV de Lusignan
Anne la Blanche

Aimery le Blanc
Autres informations
Grands-Parents

Hugues Ier le Veneur
Aleait

Inconnu
Inconnue
Héritier

Hugues III de Lusignan[1],[2] dit le Blanc[3],[4],[5],[6] né vers 970 et mort vers 1012 est un noble poitevin, seigneur de Lusignan (v. 980-1012). Il possédait également les châteaux de Frontenay[7] et de Civray[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et entourage[modifier | modifier le code]

Hugues III le Blanc est le fils d'Hugues II le Cher[6],[9] (av. 950-v. 980), seigneur de Lusignan et d'Avierne (av. 947/955-ap. 959/977)[10]. Son frère cadet, Joscelin (v. 974-ap. 1012/1019) est pourvu des seigneuries de Vivonne[11] et de Chizé.

Hugues est un membre important de l'entourage des comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine. Il semble avoir été un proche de la duchesse Emma[12], mère de Guillaume V le Grand.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Arsende[modifier | modifier le code]

Elle est l'hypothétique fille de Cadelon ou Châlon II (av. 915/920-ap. 967/987), vicomte d'Aulnay, et d'Arsende (av. 954-ap. 967) son épouse[13], et la sœur du vicomte Cadelon III d'Aulnay ; mais sans preuve.

Hugues III de Lusignan épouse Arsende[14] (v. 984-ap. 1014) et ont :

Sans certitude :

  • Aimery dit le Blanc[15] (av. 1012-v. 1072).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom attesté dans les chartes. Hugues III est le premier de la lignée à porter le nom de Lusignan.
  2. Cartulaire de l'abbaye royale de Saint-Jean d'Angély (éd. Georges Musset), vol. 1, t. XXX, Saintes, coll. « Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis », (lire en ligne), VIII ; IX, p. 29-30 :

    « Hugonis de Lesiniaco »

    Une génération après l'investiture du castrum de Lusignan à Hugues II par le comte de Poitiers, son fils Hugues III souscrit deux chartes de Guillaume V entre 1010 et 1012 avec le patronyme "de Lusignan".
  3. Surnom dans les chartes.
  4. a et b Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers : [931-1155] (éd. Louis Rédet), t. III, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie 48, p. 49-50
    1012 : Avec l'autorisation du seigneur Hugues [III] le Blanc, Gautier Granier et son épouse Anne la Blanche, probablement fille d'Hugues [III], donnent au monastère de Saint-Cyprien l'église Saint-Vincent de Mezeaux avec tout ce qui en dépend et trois quarts de la dîme de toute la paroisse, de la récolte, des légumes, du lin, de la taverne et toute la dîme des vignes. (L'acte est daté de 1004-1020 par Louis Rédet, pourtant, il est souscrit par le duc Guillaume V et ses fils Guillaume et Eudes. Ce dernier étant le fils du mariage de Guillaume V avec Brisque, sœur de Sanche-Guillaume de Gascogne en 1011, la charte ne peut pas être antérieure à 1012. Le surnom du seigneur de Gautier Granier permet de l'identifier avec Hugues III de Lusignan dont le surnom est fourni par la Chronique de Saint-Maixent. La charte ne peut donc non plus être postérieure à 1012. Le surnom identique de l'épouse de Gautier Granier incite à y voir une fille d'Hugues III).
  5. Surnom d'après la Chronique de Saint-Maixent.
  6. a et b « Chronicon Sancti-Maxentii Pictavensis », dans Chroniques des églises d'Anjou (éd. Paul Marchegay et Emile Mabille), Paris, Renouard, coll. « Société de l'histoire de France », (lire en ligne), année MCX, p. 424 :

    « Hugo filius Hugonis Bruni, qui fuit Albi, qui fuit Cari, qui fuit Hugonis Venatoris. »

    Hugues fils d'Hugues le Brun, fils d'Hugues le Blanc, fils d'Hugues le Cher, fils d'Hugues le Veneur.
  7. Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe – XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , chap. 43 (« L'arborescence des châteaux »), p. 202
  8. Le « Conventum » (vers 1030) : un précurseur aquitain des premières épopées (éd. George Beech, Yves Chauvin et Georges Pon), Genève, Droz, (lire en ligne), p. 127-128
  9. La Chronique de Saint-Maixent (751-1140) (éd. et trad. Jean Verdon), Paris, Les Belles Lettres, , p. 183
  10. Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent (éd. Alfred Richard), vol. I, t. XVI, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), LXXII, p. 89
    959/977 : Hugues [II le Cher] et sa femme Avierne donnent au monastère de Saint-Maixent leur alleu situé dans le village de Vasles dans la viguerie de Thouars avec les maisons, les enclos domaniaux, les terres, les prés, les lacs et les cours d'eau et le village de Bougon dans la viguerie d'Exoudun avec terres et prés.
  11. Le « Conventum » (vers 1030) : un précurseur aquitain des premières épopées (éd. George Beech, Yves Chauvin et Georges Pon), Genève, Droz, (lire en ligne), p. 127 ; 141 :

    « Joscelino avunculo Hugoni »

    Hugues IV de Lusignan revendiquait Vivonne comme son héritage puisque son oncle Joscelin en avait été le seigneur.
  12. Sidney Painter, « The Lords of Lusignan in the Eleventh and Twelfth Centuries », Speculum, vol. 32, no 1,‎ , p. 27-47 (lire en ligne [PDF])
  13. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers : [931-1155] (éd. Louis Rédet), t. III, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie 463, p. 286
    987 ou 988 : Cadelon, vicomte d'Aulnay, Arsende, sa femme, et leurs fils donnent aux mêmes toutes les terres qu'ils possèdent à Saleignes.
  14. a et b Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers : [931-1155] (éd. Louis Rédet), t. III, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie 49, p. 49-50
    1012-1014 : Hugues [IV] de Lusignan donne à Saint-Cyprien une grande forêt située entre l'église Saint-Vincent de Mezeaux et la route de Poitiers à Lusignan. L'acte est souscrit par sa mère Arsende, par son cousin Rorgon alors clerc et par son beau-frère Gautier Granier. (Louis Rédet donne un intervalle de datation compris entre 1004 et 1018. Cependant, Hugues IV de Lusignan ne devient seigneur qu'à la mort de son père en 1012. D'autre part l'acte porte aussi le seing de l'évêque Gislebert. Or nous savons qu'en 1014, après la mort de cet évêque, Guillaume V a installé à Poitiers son candidat à l'épiscopat, Géraud, qu'il avait fait sacrer par l'archevêque Seguin de Bordeaux. Cette charte est donc antérieure à 1014).
  15. a et b Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers : [931-1155] (éd. Louis Rédet), t. III, Poitiers, coll. « Archives historiques du Poitou », (lire en ligne), partie 433, p. 273-274
    1032 (vers) : Gautier Granier et sa femme Anne [la Blanche] donnent à Saint-Cyprien leur alleu de Mongadon sur le cours de la Vonne à un mille de distance de Lusignan avec ses vignes, ses terres, ses forêts et ses manses. Leurs filles Aitilide, Raingarde et Abeline, Hugues [V] et Rorgon [de Lusignan], [le viguier de Vivonne] Hugues le Clair et son frère Joscelin [des Églises], Aimery le Blanc, le vicomte Acfred [III de Châtellerault, neveu d'Anne la Blanche], le viguier Renaud [de Lusignan] et ses fils Letger et Aimery souscrivent l'acte.
  16. « La captivante histoire du hameau de Mezeaux », la Nouvelle République,‎ (lire en ligne)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe – XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell, Université de Nantes, 4 vol., 2 797 p., décembre 2018. [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]