Hugues Dauphin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugues de La Tour du Pin.
Hugues Dauphin
Titre de noblesse
Baron de Faucigny (d)
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
SeigneurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Anne d'Albon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Hugues Dauphin, dit Hugues de La Tour du Pin ou encore de Faucigny (en latin Hugo Delphinus, dominus de Fucigniaco), mort en 1321, est un cadet de la famille de La Tour du Pin, héritier du titre de dauphin de Viennois, et fait baron de Faucigny.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Hugues est le fils de Humbert de La Tour du Pin et de Anne d'Albon, qui lui apporte le titre de dauphin de Viennois, à la mort de son frère, en 1282[1]. Anne d'Albon est la fille du dauphin de Viennois Guigues VII et de Béatrice de Faucigny.

Baron de Faucigny[modifier | modifier le code]

En 1304, la Grande dauphine Béatrice lègue a son petit-fils la majeure partie du Faucigny, il forme ainsi une sorte d'apanage des Dauphins de Viennois[2],[3]. Béatrice garde cependant, jusqu'à sa mort en 1310, le contrôle sur son ancien fief[2],[4].

Lorsque le comte Amédée II de Genève entreprend la construction de Château de Gaillard en juillet 1304, le baron est inquiet de voir s'élever sur sa ligne de frontière une telle forteresse, tout comme le comte de Savoie[3],[5]. Afin d'éviter un conflit, Hugues Dauphin fini par prêter serment au comte de Genève le 27 septembre, à Saconnex[3]. Les deux seigneurs signent par ailleurs un traité de défense mutuelle pour leurs châteaux de Monthoux et le fameux château de Gaillard[6]. Les tensions entre les maisons de Viennois, de Genève et de Savoie reprennent. L'année suivante, en 1305, une trêve est signée entre les différentes parties, les comtes de Savoie et de Genève, le Dauphin et son fils, le baron, ainsi que Jean Ier de Chalon, beau-père du comte de Genève[7]. Un compromis est trouvé et signé en 1306[8],[9]. Toutefois, en 1307, un nouvel accord secret est entrepris entre le nouvel évêque de Genève, Aymon de Quart, le comte de Genève, le nouveau Dauphin Jean II et le baron Hugues[10].

Le conflit s'atténue avec la mort du comte de Genève, son successeur se rapprochant des Savoie. Hugues Dauphin est d'ailleurs l'un des deux exécuteurs testamentaires du comte, avec Jean Ier de Chalon-Arlay, beau-frère du comte[11],[12]. Dans ce nouveau contexte pacifié de la région, il est marié, en 1309 à Bonneville, avec Marie Catherine, fille du comte de Savoie Amédée V[13],[14]. Ils n'ont pas d'enfants[4],[14].

Il accorde le une charte de franchises à la ville de Cluses[15].

La baronnie de Faucigny reste cependant un enjeu majeur entre les différentes puissances voisines. Le , les fils du comte de Savoie, Édouard et Aymon, signent un accord avec le nouveau comte Guillaume III de Genève où ils s'engagent à diviser la baronnie, en cas de mort sans héritier du seigneur Hugues[14]. Au cours de l'année, un proche du baron est assassiné, relançant une nouveau coalition réunissant le Dauphin et le seigneur de Gex s'effectue contre la Savoie, toutefois la maison de Genève n'y prend pas part[14]. Elle échoue[14].

Hugues de Faucigny meurt en 1321[2],[4] (on trouve parfois la mention de l'année 1329). Humbert II, fils cadet de Jean II de Viennois, hérite de la baronnie[4],[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. 
  • Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 61-63, « Le château de Gaillard ».
  • Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne). Consultable sur « Régeste Genevois », sur le site de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) - digi-archives.org (consulté en novembre 2017).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge, Éditions L'Harmattan, , 620 p. (ISBN 978-2-7475-1592-4), p. 36.
  2. a b c et d Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Roanne, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4), p. 18..
  3. a b et c Duparc 1978, p. 232-233 (Lire en ligne).
  4. a b c et d Nicolas Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge : Économie et société (fin XIIIe début XIVe siècle), L'Harmattan, coll. « Logiques historiques », , 620 p. (ISBN 978-2-74751-592-4, lire en ligne), p. 38. .
  5. Histoire d'Annemasse et des communes voisines 2006, p. 61 (Lire en ligne).
  6. Histoire d'Annemasse et des communes voisines 2006, p. 57 (Lire en ligne).
  7. Accord du , publié dans le Régeste genevois (REG 0/0/1/1559).
  8. Duparc 1978, p. 236-239 (Lire en ligne).
  9. Compromis du , publié dans le Régeste genevois (REG 0/0/1/1573).
  10. Duparc 1978, p. 240-241 (Lire en ligne).
  11. Acte du , publié dans le Régeste genevois (REG 0/0/1/1594).
  12. Duparc 1978, p. 244 (Lire en ligne).
  13. Acte du , publié dans le Régeste genevois (REG 0/0/1/1647).
  14. a b c d et e Duparc 1978, p. 254-255 (Lire en ligne).
  15. Ruth Mariotte Löber, Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, Annecy, Librairie Droz - Académie florimontane, , 266 p. (ISBN 978-2-60004-503-2), p. 59.