Hugues (maire du palais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hugues
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire du palais
Austrasie
-
Biographie
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfant

Hugues ou Chuc est un aristocrate d'Austrasie, qui devient maire du Palais d'Austrasie de 616 à après 618.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son origine est inconnue, le prénom d'Hugues étant inconnu au sein de la noblesse franque[1],[2].

Il est cité dans le testament de Saint Bertrand du Mans, que ce dernier rédige le [3], et dans lequel l'évêque indique que peu avant, les biens d'une certaine Aureliana, femme de Dynamus, évêque d'Avignon (604-625), avaient été partagés par le roi Clotaire II entre les maires du palais Gonland et Hugues[4].

Hugues est également mentionné dans la chronique de Frédégaire :

« La trente-quatrième année du règne de Clotaire [617], le roi Agon envoya vers ce prince trois nobles députés lombards, Agiulf, Pompège et Gauton, pour le prier de remettre à sa nation les douze mille sous d’or qu’elle payait tous les ans aux Francs ; et avec adresse ces députés donnèrent secrètement trois mille sous d’or, dont mille à Warnachaire, mille à Gondeland, et mille à Chuc ; ils offrirent en même temps à Clotaire trente-six mille sous d’or. Le roi remit le tribut aux Lombards, et s’unit avec eux par serment d’une amitié éternelle. »

— Frédégaire, chronique

Descendance[modifier | modifier le code]

Aucun document ne lui mentionne de postérité, mais plusieurs aristocrates ultérieurs portent le prénom de Hugues ou des dérivés de Hugues, et sont considérés comme des descendants.

Parmi eux, il y a le sénéchal Hugobert. La difficulté est qu'Hugobert est un neustrien tandis qu'Hugues est un austrasien, mais Christian Settipani remarque qu'Hugobert a une fille du nom de Ragentrude, mère d'Hugobert, duc de Bavière et suppose que le sénéchal pourrait être fils de Waldebert, comte en Thérouanne et de Ragentrude, qu'il identifie à la maîtresse de Dagobert Ier, laquelle pourrait être petite-fille du maire de palais[5].

Une autre famille du début du VIIIe siècle comprend plusieurs porteur du prénom Hugues, les Étichonides, et Christian Settipani suppose que Bereswinde, épouse d'Etichon-Adalric, duc d'Alsace, est également issue du maire du palais[6].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues
maire du palais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint Léger
évêque d'Autun
(† 677)
 
(Adèle)
 
(Albéric)
 
Dagobert Ier
roi des Francs
(† 639)
 
Ragnétrude
 <= ? => 
Ragentrude
 
Waldebert
cte Thérouane
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etichon-Adalric
duc d'Alsace
(ca.635 † 690)
 
Bereswinde
 
 
 
Chimnechilde
 
Sigebert III
roi d'Austrasie
(630 † 656)
 
 
 
Hugobert
sénéchal
(ca.640 † 693/7)
 
Plectrude
 
Caribert
cte en Moselle
(696)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adèle
abbesse de Pfalzel
ép. Odon
 
Ragentrude
ép.Théodebert
duc de Bavière
 
Plectrude
ép.Pépin
de Herstal
 
N
ép.Bertrade
 
Hubert
évêque de Liège
(ca.657 † 727)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Haicho
 
Hugues
 
Adalbert
duc d'Alsace
 
Gerlinde
 
Hugobert
duc de Bavière
 
 
 
 
 
Caribert
comte de Laon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues
 
Alberic
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugbert
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Settipani 1989, p. 76
  2. Settipani 2014, p. 179
  3. Nominis : « Saint Bertrand » (consulté le 6 mars 2016).
  4. Settipani 2014, p. 180
  5. Settipani 2014, p. 157-8
  6. Settipani 1989, p. 55-56

Bibliographie[modifier | modifier le code]