Hugh Audley (1er comte de Gloucester)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugh Audley.

Hugh (de) Audley (vers 1291 – 10 novembre 1347[1]), 1er baron Audley puis 1er comte de Gloucester, est un baron et courtisan anglais. Apprécié par le roi Édouard II, il est le seul de tous ses favoris à lui avoir survécu. Audley réussit même à jouer un rôle significatif durant les premières années du règne d'Édouard III.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et premières années à la cour[modifier | modifier le code]

Hugh Audley est issu de la famille Audley. Il est le deuxième fils de Hugh Audley et d'Isolt, veuve de Walter de Balun et fille de Roger le Rous[1]. Son père est un petit baron avec des possessions dans le Gloucestershire et l'Oxfordshire, notamment Stratton Audley. Hugh Audley est présenté à la cour, sans doute par son père. Le jeune Audley est mentionné pour la première fois en novembre 1311, comme nouveau chevalier au sein de la suite du roi Édouard II[1]. En mars 1312, Audley fait partie d'une délégation de barons neutres qui vient présenter les Ordonnances rédigées par la fronde baronniale conduite par Thomas Plantagenêt, 2e comte de Lancastre. En novembre 1313, il reçoit pour la première fois des terres en récompense de ses services et de sa loyauté. En 1315, il est envoyé par la cour pour négocier le retour du comte de Lancastre au sein du gouvernement.

Favori d'Édouard II[modifier | modifier le code]

Audley va progressivement s'élever pour devenir un des favoris du roi d'Angleterre. Étant un fidèle vassal du roi, il reçoit l'honneur le 28 avril 1317 d'épouser Marguerite de Clare, une des nièces du roi ainsi que l'une des cohéritières du comte de Gloucester, décédé en 1314[1]. Entre 1316 et 1318, Audley et ses deux beaux-frères Roger d'Amory et Hugues le Despenser sont les membres proéminents du cercle de favoris royaux. Ils exercent une grande influence sur Édouard II, même si Audley est probablement celui qui a reçu le moins d'honneurs de la part du roi. Le 20 novembre 1317, Hugh Audley est convoqué pour la première fois par le Parlement et y est créé baron Audley[1]. L'Angleterre se trouve à ce moment-là dans une situation difficile à cause des défaites militaires contre l'Écosse et la Grande famine de 1315-1317. Ces crises, additionnées aux faveurs que fait pleuvoir le roi sur ses courtisans, attirent le mécontentement des grands barons du royaume, dont le chef de file est le comte de Lancastre. Cette opposition grandissante des barons convainc Audley de quitter la cour en 1318. Audley sert ensuite Édouard II lors de ses campagnes militaires contre l'Écosse. En septembre 1319, il participe au siège infructueux de Berwick-upon-Tweed.

Rébellion contre Édouard II[modifier | modifier le code]

La cupidité de Hugues le Despenser, seul favori du roi à partir de 1318, fait de Hugh Audley et de Roger d'Amory ses victimes. En effet, Despenser commence à étendre ses possessions dans le sud du pays de Galles, dont celles de l'héritage du comte de Gloucester. Avant que Hugh Audley ne puisse officiellement prendre possession de Gwynllwg, Hugues le Despenser s'assure de la loyauté des futurs vassaux de son beau-frère. Le roi confirme finalement le Gwynllwg à son favori, tandis que Audley doit se contenter de fiefs plus modestes en Angleterre. Au début de l'année 1321, d'Amory et Audley rejoignent les seigneurs des Marches galloises qui, mécontents des intrigues de Despenser, ont occupé ses domaines. Audley est présent à Sherburn-in-Elmet en juin 1321 lorsque Lancastre prend la tête de la coalition des barons contre le roi et Despenser. En août 1321, ils parviennent à imposer l'exil de Despenser. Cette situation ne dure pas et, en décembre 1321, Édouard II ordonne le rappel de son favori et part en campagne contre les barons. À la bataille de Boroughbridge le 16 mars 1322, l'opposition des barons est anéantie. Audley, capturé au cours de la bataille, n'échappe à l'exécution que grâce à l'intercession de son épouse auprès d'Édouard II. Il est incarcéré au château de Wallingford, avant d'être transféré à celui de Berkhamsted puis à celui de Nottingham le 28 octobre 1325.

Rébellion contre Roger Mortimer[modifier | modifier le code]

Hugh Audley s'évade de Nottingham entre la fin de 1325 et l'automne 1326, date à laquelle le régime d'Édouard II et de Despenser s'effondre. Le pouvoir est alors saisi par la reine Isabelle et son amant Roger Mortimer, qui gouvernent au nom du jeune Édouard III. Ils accordent le 2 mars 1327 un pardon à Audley pour son évasion de Nottingham. Toutefois, Audley rejoint une nouvelle fois l'opposition lorsque Henri Plantagenêt se révolte en octobre 1328 contre le régime corrompu des régents. Cette rébellion échoue et Henri doit capituler en janvier 1329, tout comme ses partisans. Audley est ainsi condamné à une amende importante de 10,000 £ et voit ses terres confisquées jusqu'au paiement de l'amende. Il en est finalement exempté en octobre 1330 lorsque le roi Édouard III renverse la reine Isabelle et fait exécuter Mortimer.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Audley sert par la suite fidèlement le roi Édouard III. En 1331, il est envoyé en France en tant qu'ambassadeur. Au cours des années 1330, il accompagne le roi lors de ses campagnes militaires en Écosse. En récompense de ses nombreux services, Audley est en 1337 élevé au titre de comte de Gloucester, dont sa femme est l'héritière. Audley poursuit sa carrière militaire. En 1338, il participe au siège de Dunbar. En 1339, il accompagne Édouard III en Flandre. En 1340, il est présent au cours de la victoire navale de L'Écluse. Enfin, en 1342, Audley est envoyé guerroyer en Bretagne.

Mort en 1347, Hugh Audley est enterré aux côtés de son épouse au prieuré de Tonbridge, dans le comté de Kent.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse Marguerite de Clare, veuve de Piers Gaveston, comte de Cornouailles, le 28 avril 1317[1]. À sa mort, il ne laisse qu'une fille :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g J. R. Maddicott, « Audley, Hugh, earl of Gloucester (c.1291–1347) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.