Hublot (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hublot et Hublot (homonymie).

Hublot
logo de Hublot (entreprise)

Création 1980
Personnages clés Jean-Claude Biver (président)
Ricardo Guadalupe (CEO)
Carlo Crocco (Fondateur)
Forme juridique Société anonyme
Siège social Nyon
Drapeau de Suisse Suisse
Actionnaires LVMH Moët Hennessy Louis VuittonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Horlogerie
Produits Montres
Société mère LVMH
Sociétés sœurs TAG Heuer
Dior Montres
Effectif 350Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.hublot.com

Capitalisation Coté en bourse

Hublot est une entreprise suisse de montres de luxe, fondée en 1980 par Carlo Crocco et basée à Nyon dans le canton de Vaud. Pionnière dans l'utilisation du caoutchouc pour créer ses bracelets, elle se caractérise par sa conception de montres basées sur ce que la société appelle « l'art de la fusion ». Hublot a été racheté le par le leader mondial du luxe LVMH[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

1980 : naissance de la marque[modifier | modifier le code]

Carlo Crocco a grandi dans une famille italienne d'horlogers. En 1967, il dessine sa première montre. En 1980, il crée la société MDM Genève (acronyme de Marie-Danielle Montres, puis Montre Des Montres) et sa marque de montres Hublot. Les montres Hublot ont l'originalité d'être en or et assortie d'un bracelet en caoutchouc[2]. Il a fallu 3 ans pour réaliser la montre Hublot, dont le caoutchouc se régénère au contact quotidien de la peau[3].

En 2004, Carlo Crocco confie les rênes de l'entreprise à Jean-Claude Biver, l'ancien patron de la marque horlogère Blancpain, pour se concentrer sur la fondation MDM qui bâtit des orphelinats en Inde. Chaque année, 10 % des bénéfices de MDM-Hublot sont reversés à la fondation[4].

2004 : nouvelle direction[modifier | modifier le code]

Détail d’un bracelet en caoutchouc

Jean-Claude Biver, nommé CEO membre du conseil d'administration le 2 mai 2004[3] et maintenant détenteur de 20 % de la société[5], a mis sur pied une nouvelle collection qui est présentée à Bâle en avril 2005, avec notamment le chronographe Hublot Big Bang[6]. Le chronographe Big Bang remporte le prix du design 2005 (grand prix d’horlogerie de la ville de Genève)[7], le prix de la montre sport (lors de la cérémonieWatch of the year), le prix best oversized watch (Editor's choice Watch of the year).

Durant les deux années suivantes, le modèle Big Bang se déclina en divers modèles assortis de complications horlogères : Tourbillon, Grande date, Indication de la réserve de marche, Rattrapante. Le concept de « Fusion » s'exprime dans la recherche de matériaux inédits, d’alliances entre eux et d’alliages nouveaux. Il existe deux modèles différenciés par leur taille de 41 ou 44 mm. En 2007, une nouvelle Big Bang Plongeur voit le jour, c’est la 3e version en termes de taille : la Big Bang King a un boîtier surdimensionné de 48 mm, mais qui s’adapte facilement à toutes tailles de poignets.

Depuis 2008 : LVMH[modifier | modifier le code]

En avril 2008, le groupe de luxe LVMH rachète Hublot pour un montant estimé à 250 millions d'euros, alors que le joaillier est en pleine croissance : les ventes ont quadruplé entre 2005 et 2007, et les bénéfices représentent 20 % du chiffre d'affaires[5].

En 2011, l'entreprise reproduit la Machine d'Anticythère de l'Antiquité en la miniaturisant[8]. Pour aider les archéologues, l'équipe de recherche et développement de la manufacture développe un drone appelé Bubblot capable d'aller à 300 m de profondeur et équipé d'un détecteur de métaux et d'un aspirateur pour remonter des éléments[9].

En janvier 2014, Jean-Claude Biver est nommé président de la division Montres du groupe LVMH[10].

Depuis 2015: second bâtiment[modifier | modifier le code]

En septembre 2015, la manufacture s'agrandit et inaugure un deuxième bâtiment ce qui double sa surface de production[11]. Le coût de construction est de 20 millions de francs[12]. Le bâtiment est relié au premier bâtiment par une passerelle inspirée des passerelles de courses automobiles de formule 1[11].

Bâtiment de la Manufacture Hublot et sa passerelle

Partenariats[modifier | modifier le code]

La marque Hublot se caractérise également par ses partenariats avec des marques sportives comme celui avec les clubs de football du Paris Saint-Germain, de la Juventus de Turin et le Bayern de Munich. Hublot s'est également associée en 2013 au groupe de musique Depeche Mode[13].

En 2011, elle s'associe également avec la marque automobile Ferrari[14] et crée le modèle de grande complication MP-O5 inspiré des moteurs de voiture. Ce modèle possède une autonomie marche de réserve de 50 jours[15] qui constitue un record mondial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florentin Collomp, « LVMH s'offre les montres suisses Hublot », sur Lefigaro.fr,
  2. « Hublot Genève », sur Horlogerie-suisse.com
  3. a et b « Hublot, des montres d’exception et un design révolutionnaire depuis plus de 25 ans », sur Montres-de-luxe.com,
  4. Valérie Fromont, « Carlo Crocco, de l’horlogerie à l'humanitaire », sur Letemps.ch,
  5. a et b « Le groupe LVMH rachète l'horloger Hublot », sur Wikinews.org,
  6. Nicolas Salomon, « Jean-Claude Biver (Hublot) : Interview au sommet », sur Leguidedesmontres.org,
  7. « Big Bang - Prix du design », sur Lacotedesmontres.com,
  8. Fabienne Reybaud, « La machine d'Anticythère révèle ses mystères », sur Lefigaro.fr,
  9. « Quand la soucoupe plongeante remonte le temps », Atlantico,‎ (lire en ligne)
  10. « Jean-Claude Biver », sur www.hublot.com (consulté le 8 février 2017)
  11. a et b « Hublot double la surface de sa manufacture », sur Fédération horlogère suisse,
  12. « Pelé et Bar Refaeli inaugurent une manufacture Hublot », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  13. Maxime Bourdier, « Hublot : quand horlogerie de luxe rime avec anticonformisme », sur Boursorama.com,
  14. « Hublot entend poursuivre sa croissance et mise sur Ferrari », sur Arcinfo,
  15. « Hublot propose une montre avec 50 jours de réserve de marche », Le Temps,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]