Hubert Laws

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hubert Laws
Description de l'image Hubert_Laws.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Hubert Laws
Naissance
Houston, Texas, États-Unis
Genre musical Jazz, classique
Instruments Flûte traversière
Années actives 1964 -
Labels RKO/Unique, Sony Records, Music Masters Jazz, CTI, Columbia
Site officiel www.HubertLaws.com

Hubert Laws est un flûtiste américain né le à Houston, dans l'État du Texas. Fort d'une carrière de plus de 40 années, Laws est un musicien particulièrement doué, et un des seuls flûtistes contemporains doté d'un répertoire allant du jazz à la musique classique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hubert Laws, Jr. est né le dans la section Studewood de Houston, au Texas, deuxième des huit enfants d'Hubert Laws, Sr. et de Miola Luverta Donahue. Plusieurs de ses frères et sœurs se sont également lancés dans l'industrie musicale, notamment le saxophoniste Ronnie et les chanteurs Eloise, Debra et Johnnie Laws. Il a commencé à jouer de la flûte au lycée après avoir proposé de remplacer le flûtiste habituel de l'orchestre de l'école. Il est devenu un adepte de l'improvisation jazz en jouant dans le groupe de jazz Houston, les Swingsters, qui a par la suite évolué pour devenir le Modern Jazz Sextet, les Night Hawks et les Crusaders. À 15 ans, il était membre des premiers Jazz Crusaders lors de son séjour au Texas (1954-1960) et a également joué de la musique classique au cours de ces années.

Gagnant d'une bourse à la Juilliard School of Music de New York en 1960, il étudie la musique en classe et avec le maître flûtiste Julius Baker, et joue avec le New York Metropolitan Opera Orchestra (membre) et le New York Philharmonic Orchestra, 1969–1972. . Au cours de cette période, il interprète les compositions classiques de Gabriel Fauré, Stravinsky, Debussy et Bach sur l'enregistrement de la CTI, Rite of Spring, en 1971, avec une section de cordes et des piliers de jazz comme Airto Moreira, Jack DeJohnette, Bob James et Ron Carter, mérité lui un public d'aficionados de musique classique. Il reviendrait à ce genre en 1976 avec un enregistrement de Roméo et Juliette de Tchaïkovski.

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

Année Titre Label notes
1964 The Laws of Jazz Atlantic
1966 Flute By-Laws Atlantic
1968 Laws' Cause Atlantic
1969 Crying Song CTI
1970 Afro-Classic CTI
1971 The Rite of Spring CTI
1972 Wild Flower Atlantic
1972 Morning Star CTI
1973 Carnegie Hall CTI
1974 In the Beginning CTI
1975 The Chicago Theme CTI
1975 The San Francisco Concert CTI
1976 Romeo & Juliet Columbia
1978 Say It With Silence Columbia
1978 Land of Passion Columbia
1980 Family Columbia
1980 Hubert Laws and Earl Klugh: How to Beat the High Cost of Living Columbia
1983 Make It Last Columbia
1990 My Time Will Come Music Masters Jazz
1994 Storm Then the Calm Music Masters Jazz
1998 Hubert Laws Remembers the Unforgettable Nat "King" Cole RKO/Unique
2002 Baila Cinderella Scepterstein
2004 Moondance Savoy Jazz
2005 Hubert Laws Plays Bach for Barone & Baker Denon Records
2006 Hubert Laws Live - 30-year Video Retrospective Spirit Productions
2009 Flute Adaptations of Rachmaninov & Barber Spirit Productions

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec Chet Baker

  • She Was Good to Me (1972)
  • Studio Trieste (1982)

Avec George Benson

  • Tell It Like It Is (A&M/CTI, 1969)
  • The Other Side of Abbey Road (CTI, 1969)
  • White Rabbit (CTI, 1972)
  • Good King Bad (CTI, 1975)
  • In Concert-Carnegie Hall (CTI, 1975)
  • Pacific Fire (CTI, 1983)

Avec Kenny Burrell

  • God Bless the Child (CTI, 1971)

Avec Ron Carter

  • Uptown Conversation (Embryo, 1970)
  • Blues Farm (CTI, 1973)
  • Spanish Blue (CTI, 1974)
  • Anything Goes (Kudu, 1975)

Avec Chick Corea

  • The Complete "Is" Sessions (1969)
  • Tap Step (1980)

Avec Paul Desmond

  • From the Hot Afternoon (A&M/CTI, 1969)

Avec Charles Earland

  • Intensity (Prestige, 1972)

Avec Gil Evans

  • Blues in Orbit (Enja, 1971)

Avec Astrud Gilberto

Avec Grant Green

  • The Main Attraction (CTI, 1976)

Avec Johnny Hammond

  • The Prophet (Kudu, 1972)

Avec Herbie Hancock

  • Dis is da drum: Butterfly (Polygram, 1994)

Avec Eddie Henderson

  • Mahal (Capitol, 1978)

Avec Freddie Hubbard

  • First Light (CTI, 1971)
  • Sky Dive (CTI, 1972)

Avec Bobby Hutcherson

  • Highway One (Columbia, 1978)
  • Conception: The Gift of Love (Columbia, 1979)

Avec Solomon Ilori

  • African High Life (Blue Note, 1964)

Avec Jackie and Roy

  • Time & Love (CTI, 1972)
  • A Wilder Alias (CTI, 1973)

Avec Milt Jackson

  • Milt Jackson and the Hip String Quartet (Verve, 1968)
  • Goodbye (CTI, 1973)

Avec Quincy Jones

Avec Harold Mabern

  • Greasy Kid Stuff! (Prestige, 1970)

Avec Herbie Mann

  • Glory of Love (CTI, 1967)

Avec Arif Mardin

  • Journey (Atlantic, 1974)

Avec Gary McFarland

  • America the Beautiful, An Account of its Disappearance (1968)
  • Today (1969)

Avec James Moody

  • Great Day (Argo, 1963)

Avec Airto Moreira

  • Free (CTI, 1972)

Avec Alphonse Mouzon

  • Morning Sun (1981)

Avec Milton Nascimento

  • Courage (A&M/CTI, 1969)

Avec Jaco Pastorius

  • Jaco Pastorius (Epic, 1976)

Avec Houston Person

  • Broken Windows, Empty Hallways (Prestige, 1972)

Avec Dave Pike

  • Manhattan Latin (Decca, 1964)

Avec Mongo Santamaria

  • Mongomania (Colombia, 1967)

Avec Lalo Schifrin

  • Black Widow (CTI, 1976)

Avec Don Sebesky

  • Giant Box (CTI, 1973)

Avec Melvin Sparks

  • Akilah! (Prestige, 1972)

Avec Leon Spencer

  • Bad Walking Woman (Prestige, 1972)
  • Where I'm Coming From (Prestige, 1973)

Avec Gábor Szabó

  • Mizrab (CTI, 1972)

Avec Bobby Timmons

  • Got to Get It! (Milestone, 1967)

Avec Stanley Turrentine

  • Nightwings (Fantasy, 1977)
  • If I Could (1993)

Avec McCoy Tyner

  • Together (1978)
  • La Leyenda de La Hora (1981)

Avec Walter Wanderley

  • When It Was Done (A&M/CTI, 1968)
  • Moondreams (A&M/CTI, 1969)

Avec Randy Weston

  • Blue Moses (CTI, 1972)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]